Jean-Marc Lachaud, Art et aliénation, Paris, Presses Universitaires de France, 2012, 174 pages, 12 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce petit livre interroge les approches théoriques de l’art dans et autour du marxisme, depuis Karl Marx jusqu’à nos jours, à partir d’un double questionnement : « en quel(s) sens les œuvres artistiques et littéraires peuvent-elles encore prétendre participer à un processus d’émancipation individuelle et collective et en quel(s)s sens l’expérience esthétique peut-elle être malgré tout appréhendée en tant qu’expérience libératrice ? » (p. 7, c’est l’auteur qui souligne). Jean-Marc Lachaud[1], qui enseigne l’esthétique à Strasbourg, rappelle au passage le statut riche et paradoxal de l’art dans les écrits de Marx et Engels.

Utile et didactique, cet essai dresse un parcours historique, en revenant sur de nombreux auteurs (d’Adorno à Rancière en passant par Gramsci, Benjamin, Marcuse, etc.) et en éclairant nombre de débats et enjeux: sur le réalisme, l’expressionnisme, la notion de décadence, l’engagement, l’autonomie relative de l’art ou sa fonction pédagogique. Ce faisant, il opère des rapprochements intéressants – entre Williams[2] et Althusser par exemple (p. 106-107) – et confronte rapidement les thèses de Lukacs et de Brecht – sur le formalisme –, de Naville et de Sartre – sur l’engagement –, de Rochiltz[3] et de Benjamin – sur les chocs « mécanique » ou « esthétique », la différence entre message et médium. L’éclipse tant de la critique que de l’utopie depuis les années 80, marquées par le post-modernisme, constitue un « défi-pari majeur ». Notons cependant que, contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, il s’agit peu ici du concept d’ « aliénation », mais plus de la puissance (potentielle) de l’art.

Au bout du compte, ce court ouvrage soulève plus de questions qu’il n’apporte de réponses, offrant une vue panoramique d’un siècle et demi de réflexions et discussions, à travers un (trop) rapide passage en revue des divers courants et théories. Mais c’est également son intérêt de proposer un état des lieux nuancé et complexe, auquel il manque pourtant plus de références concrètes à des œuvres et une bibliographie.

 

 



[1]    Ce chercheur est un spécialiste du marxisme et de l’art. On peut se reporter à deux de ses ouvrages, B. Brecht, G. Lukács, questions sur le réalisme, Paris, Éditions Anthropos, 1981 et 1989, ainsi que  Marxisme et philosophie de l’art, Paris, Éditions Anthropos, 1985.

[2]    Raymond Williams (1921-1988) est l’un des fondateurs de la New Left Review et des cultural studies, qui inscrit ses recherches dans un dialogue avec la tradition marxiste.

[3]    Rainer Rochlitz (1946-2002), philosophe et historien de l’art, mena une réflexion, d’abord dans le sillage de l’Ecole de Francfort, sur le politique et l’esthétique, avant de tracer sa propre voie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.