Christophe Bonneuil, Jean-Baptiste Fressoz, L’Evénement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil, collection « Anthropocène », 2013, 320 pages, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz ne sont pas des inconnus pour nous : le premier est un des coordinateurs d’Une Autre histoire des « Trente Glorieuses » (chroniqué sur notre blog), tandis que le second est l’auteur de L’Apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique. Leur volonté, arpenter de nouveaux champs de la recherche historique, connaît ici une véritable systémisation, sous la forme d’un quasi manifeste. Tout comme le terme d’écosocialisme, dans le domaine politique, place en son cœur les préoccupations environnementales actuelles, L’Evénement Anthropocène a pour postulat le basculement du climat et le bouleversement de la nature, non sans un certain catastrophisme, légitime ou non1. L’Anthropocène, un terme imaginé par Paul Crutzen au début des années 2000, se pense comme une nouvelle étape géologique de l’histoire terrestre, succédant à l’Holocène, dix mille ans en arrière. Le point de départ choisi arbitrairement pour l’Anthropocène est l’année 1784, au cours de laquelle James Watt déposa son brevet de machine à vapeur, une date toute symbolique, car il s’agit bien de prendre en considération les bouleversements induits par la révolution industrielle sur la planète et son métabolisme, au premier rang desquels l’augmentation des gaz à effet de serre et la réduction croissante de la biodiversité.

L’objectif, pour les deux coauteurs, est d’ouvrir plus largement un nouveau domaine aux historiens, en allant à l’encontre du divorce entre sciences naturelles et sciences sociales, et en s’opposant par là même à une vision dominante, exactement comme dans Une Autre histoire des « Trente Glorieuses »2. Une recherche engagée, donc, comme en témoigne d’ailleurs l’espoir des deux auteurs de voir émerger, à l’occasion de ce tournant géologique, de nouvelles formes de démocratie plus authentiques3. Concrètement, Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz pointent les risques encourus par cette histoire nouvelle, qui sont autant d’éléments hérités de la doxa officielle : une tendance à quantifier à l’excès4, l’usage d’un prisme technocratique qui conçoit la Terre comme un système que les élites surplombent (non sans risque de sur-interprétation, comme sur l’analyse des images de la Terre vue de l’espace, qui participeraient de cette vision en l’encourageant), et qui n’aurait de solutions que par en haut, qui plus est en privilégiant des scénarios technoscientifiques que les deux auteurs semblent condamner5 (« Les solutions sérieuses ne peuvent sortir que d’un surcroît d’innovation technologique dans les laboratoires, et non des expérimentations politiques alternatives « par en bas » dans l’ensemble des sociétés ! », p. 102). Surtout, c’est l’idée d’une vision globalisante des phénomènes qui est, à juste titre, critiquée, alors qu’il est nécessaire de faire la part des responsabilités entre pays, classes et activités6.

Dans la troisième et dernière partie de l’ouvrage, Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz proposent des thématiques de recherche afin de ne pas se cantonner à la simple critique de ce qui existe. Cela va du Phronocène, sur les réflexions contemporaines face à la dégradation de l’environnement7, au Polémocène, touchant aux critiques et à l’ancienneté des mises en garde face à elle, ouvrant sur des alternatives qui touchent à l’histoire contrefactuelle8, en passant par le Thanatocène sur les liens entre guerres, militarisme et destruction de la nature (comme la construction massive d’autoroutes, à finalité militaire, aux États-Unis dans les années 1950) et le Phagocène, sur les ravages induits par une société de consommation dont la genèse est à placer au tournant des XIXe et XXe siècles. Dans cette galerie, une des approches les plus passionnantes concerne le Thermocène, c’est-à-dire l’accroissement de la quantité de CO2 dans l’atmosphère. Écartant l’idée de transition énergétique, qui éclipse à tort le principe d’additions des différentes sources d’énergie9, les auteurs insistent sur l’absence d’une histoire proprement linéaire, tant les choix faits de privilégier le chauffage électrique sur le solaire (p. 130), la voiture sur le tramway (p. 131) ou le pétrole sur le charbon10 tiennent avant tout à des enjeux socio-économiques. Au-delà d’une prédilection un peu trop marquée pour les néologismes, L’Evénement Anthropocène est un livre important, riche en réflexions et en pistes d’avenir pour la recherche historique.

1« (…) ce qui nous arrive n’est pas une crise environnementale, c’est une révolution géologique d’origine humaine. » (p. 10). « (…) l’Anthropocène s’annonce violent. Il pourrait s’avérer plus conflictuel, plus insidieusement barbare que ne le furent les guerres mondiales et les totalitarismes du XXe siècle. Habiter moins effroyablement la Terre devient l’enjeu du XXIe siècle sous peine de secousses politiques et géopolitiques majeures. » (p. 43).

2« De l’Anthropocène, il existe déjà un récit officiel : « nous », l’espèce humaine, aurions par le passé, inconsciemment, détruit la nature jusqu’à altérer le système Terre. Vers la fin du XXe siècle, une poignée de « scientifiques du système Terre », climatologues, écologues, nous a enfin ouvert les yeux : maintenant nous savons, maintenant nous avons conscience des conséquences globales de l’agir humain. Ce récit d’éveil est une fable. » (p. 11). « Et ce devenir incertain, truffé d’effets de seuil, ne ressemble guère au fleuve tranquille promis par l’idéologie du Progrès. » (p. 36).

3« (…) loin de préfigurer une régression totalitaire, ces initiatives « catastrophistes » (plans de descente énergétiques territoriaux, villes en transition, etc.) ouvrent de nouveaux espaces de démocratie participative, de nouvelles scénarisations collectives du futur qui s’avèrent civiquement mobilisatrices et créatrices de liens sociaux. » (p. 59).

4« De même que, fascinée par le mouvement de la technique et de l’économie et contestant la primauté du politique, l’histoire quantitative d’il y a un demi-siècle participait de l’idéologie productiviste d’alors, le récit officiel de l’Anthropocène pourrait bien participer de l’idéologie contemporaine d’une modernisation écologique et d’une « économie verte » internalisant dans les marchés et les politiques la valeur des « services » de la nature. » (p. 70).

5Voir dans la même collection Clive Hamilton, Les Apprentis-sorciers du climat : raisons et déraisons de la géo-ingénierie, Paris, Seuil, 2013.

6« Pris dans la tempête de Gaïa, des sociologues et philosophes majeurs ont entrepris de jeter par-dessus bord du « vaisseau Terre » tout l’arsenal analytique, explicatif et critique des sciences humaines et sociales. » (p. 85), ainsi de Michel Serres.

7« La conclusion s’impose, assez dérangeante en vérité, que nos ancêtres ont détruit les environnements en toute connaissance de cause. » (p. 221).

8« Au lieu des chemins de fer, des canaux ; au lieu du gaz d’éclairage, des lampes à huile perfectionnées ; au lieu de la production de masse, une production flexible et de qualité ; au lieu d’une chimie industrielle, une chimie d’artisans experts des qualités et des provenances, etc. » (p. 233).

9« (…) si, au XXe siècle, l’usage du charbon décroît relativement au pétrole, il reste que sa consommation croît continûment, et que globalement, on n’en a jamais autant brûlé qu’en 2012. » (p. 118).

10 « Une fois prise en compte l’affinité historique entre le charbon et les avancées démocratiques de la fin du XIXe siècle, la pétrolisation de l’Amérique puis de l’Europe prend un sens politique nouveau. Elle correspond à une visée politique : ce sont les États-Unis qui l’ont rendue possible afin de contourner les mouvements ouvriers. » (p. 138). Voir Timothy Mitchell, Petrocratia. La démocratie à l’âge du carbone, Paris, Ere, 2011. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.