Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin), Bérengère Marquebreucq (coloriste), La Guerre des amants. 1 – Rouge révolution, Grenoble, Glénat, collection « Grafica », 2013, 50 pages, 13,90 €.

 Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Rouge révolution est le premier volet d’une trilogie de bande dessinée ayant pour cadre ce qu’Enzo Traverso nomme « la seconde guerre de trente ans »1, autrement dit la période allant de la Première à la Seconde Guerre mondiale. Traitement littéraire classique, c’est à travers une histoire d’amour conflictuelle que les événements vont être présentés au lecteur. Les deux protagonistes représentent d’ailleurs chacun les deux futures super-puissances, qui s’affronteront durant la guerre froide : Natalia Socolovia est une révolutionnaire russe, partisane des bolcheviques, tandis que Walter Hancock, fils d’ambassadeur américain, est un idéaliste, rêvant de la fraternité des peuples et du succès de l’espéranto. Leur rencontre se fait dans un cadre particulièrement séduisant, la prise du palais d’hiver en octobre 1917 et la découverte par Walter de ses nombreuses salles désertées, visite au cours de laquelle il sauve la vie de Natalia. Se perdant de vue, les deux personnages se retrouvent en 1920, animés par une véritable passion pour l’art. Élèves de Kandinsky, ils prennent part tous deux au voyage du train de propagande « L’étoile rouge » à travers la Russie, avant de finalement être envoyés avec leur mentor en Allemagne.

Le grand intérêt de cet album est d’offrir un éclairage plutôt réussi sur la dimension culturelle de la révolution russe, sur l’expression novatrice de certains artistes (Malevitch ou Dziga Vertov sont présents dans l’intrigue), les oppositions entre art figuratif et abstraction2, et les efforts déployés par le nouveau pouvoir pour instruire les masses populaires. A cet égard, les planches (pages 24 à 26) illustrant l’arrivée du train dans une gare de province sont exemplaires : wagons décorés de fresques de propagande, spectacle coloré et usant du langage géométrique, tracts de poésie futuriste… distribués à une population analphabète. De même, pages 14-15, la reproduction murale par Natalia de la fameuse œuvre d’El Lissitzky, « Battre les blancs avec le coin rouge », est l’occasion d’un échange fructueux avec la population spectatrice qui s’approprie la création3. Si les auteurs s’efforcent donc de présenter la face exaltante de la révolution, ainsi que les difficultés de la vie quotidienne (pour se chauffer ou se nourrir) et les horreurs de la guerre civile – Natalia est traumatisée par la découverte de l’anthropophagie à laquelle est contrainte une partie de la population du pays –, le substrat politique demeure malheureusement superficiel, et n’évite pas toujours la caricature (l’image de Trotsky, séducteur invétéré auquel Natalia succombe). Un second tome, intitulé Bleu Bauhaus, vient de paraître, avec un dossier réalisé par l’historien Lionel Richard, spécialiste des avant-gardes4.

1 Voir Enzo Traverso, 1914-1945. La guerre civile européenne, Paris, Hachette littératures, collection « Pluriel », 2009.

2 Malevitch s’insurge ainsi contre Chagall et le figuratisme, un affrontement derrière lequel se dessine une rivalité de légitimité et de pouvoir.

3 Natalia : « L’art doit descendre dans la rue pour changer le monde et délivrer un message émotionnel… » (p. 14).

4Ce second tome sera recensé sur ce blog prochainement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.