Serge Wolikow, L’Internationale communiste (1919-1943). Le Komintern ou le rêve déchu du parti mondial de la révolution, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, 2010, 287 pages, 26 € (DVD inclus).

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration de Christian Beuvain)

Ce livre constitue la réécriture du texte de l’HDR (Habilitation à diriger des recherches) du professeur d’histoire contemporaine de l’Université de Bourgogne, Serge Wolikow. Ce dernier s’est fait connaître d’un large public au fil des années en publiant ou co-dirigeant plusieurs ouvrages sur le mouvement communiste, dont Le Siècle des communistes (L’Atelier 2000), réponse collective au Livre noir du communisme initié par Stéphane Courtois. Serge Wolikow fut également un des initiateurs du Dictionnaire biographique de l’Internationale communiste (L’Atelier, 2001), qui accompagne ce livre sous la forme d’un DVD. C’est un apport très précieux car celui-ci présente près de 800 biographies de kominterniens francophones, dont certains sont évoqués dans le cadre du livre. Il s’agit donc d’un complément fort utile à la lecture du livre.

Ce n’est certes pas le premier ouvrage consacré à l’IC (Komintern en russe), livres de témoignages1 ou analyses historiques2. Récemment, ceux de Pierre Broué3, M Andrieu4 et surtout, en anglais, celui de Kevin McDermott et Jeremy Agnew5. Mais avec le livre de Serge Wolikow, il s’agit de la première synthèse publiée (en français) depuis l’ouverture des archives de Moscou. Ajoutons que c’est également la première histoire anti-stalinienne6 écrite par un auteur proche du courant communiste (ainsi, dès l’introduction, l’auteur peut rappeler à la fois le rôle décisif de la répression stalinienne, tout en avertissant qu’il « faut donc prendre en garde à ne pas oublier ces opposants au prétexte qu’il n’auraient pas joué un rôle majeur dans l’histoire de l’organisation dès leur mise à l’écart », p. 15).

Le propos de l’auteur s’ordonne autour de trois parties. Dans un premier temps, ce sont les questions de l’organisation et de la stratégie qui sont exposées. La IIIe Internationale est créée en opposition à l’organisation socialiste internationale, tout en s’appuyant sur un État révolutionnaire en construction, l’Union soviétique. Cinq chapitres sont nécessaires pour couvrir le quart de siècle qui va de la naissance (chap. 1) à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale et de la dissolution de l’IC (chap. 5), en passant par l’époque charnière de la stratégie du Front populaire (1934-1938, chap. 4). A l’origine, l’IC se présente comme un drapeau et un symbole pour les courants politiques révoltés par l’attitude des socialistes qui ont cautionné (aussi bien en France, en Allemagne que dans la plupart des pays européens, sous des formes variées) la Première Guerre mondiale. La construction de l’appareil du Komintern est longue (au moins au regard de la perspective révolutionnaire qui enflamme le continent européen jusqu’en 1923), aboutissant à la bolchevisation des différents partis communistes. Par bolchevisation, il faut entendre la soumission des partis communistes nationaux au processus de stalinisation croissant qui envahit le parti soviétique et l’État ouvrier. C’est à travers ce processus de bolchevisation, finement décrit, que se forme l’ossature organisationnelles des partis communistes dans les différents pays européens et au-delà, jusque dans les années 1960. Partant du centre européen, l’implantation de l’IC gagne les périphéries (au-delà du continent européen qui l’a vu naître, dans les Amériques ainsi que dans les pays colonisés). Mais cette extension géographique ne doit pas faire oublier que le noyau demeure le continent européen. D’ailleurs, Serge Wolikow apporte au final assez peu d’éléments sur le communisme hors Europe. L’Amérique latine7 est absente de son propos, comme l’Afrique8 ou l’Asie, à l’exception notable de la Chine. Autour de cette Internationale se mettent en place une série d’organisations auxiliaires, ainsi le Profintern (Internationale syndicale rouge), le Sportintern (Internationale rouge des sports), le Krestintern (Conseil international paysan) ou l’Internationale des jeunes, sur lesquels l’auteur offre des informations, certes inédites, mais très ramassées.

Une fois la stabilisation capitaliste entamée, au milieu des années 1920, l’IC adopte ce qui sera considérée ensuite comme une période gauchiste et sectaire, la « Troisième période » où, selon l’heureuse formulation de l’historien la « mobilisation suscitée par la bolchevisation représente un moment politique où le volontarisme et l’espérance révolutionnaire se déplacent de la société vers l’organisation » (p. 77). Cette période « classe contre classe » (1929-1934) conduit à un affaiblissement généralisé des divers partis communistes à travers le continent et au-delà, mais aussi à la formation d’un corps de militants et de cadres dévoués et solides. Ce qui prédomine, c’est l’insistance sur la différenciation avec la social-démocratie et la défense de l’URSS comme forteresse, assiégée, du socialisme. Stratégie qui aboutit en Allemagne – le pays régulièrement montré comme le modèle à suivre pour l’ensemble de l’Internationale – à l’accession au pouvoir du parti nazi et d’Hitler, présentés comme l’ultime étape préalable à l’effondrement du système capitaliste et au triomphe du KPD (Parti communiste d’Allemagne)9. Comme l’exprime avec diplomatie l’auteur, « Au début de 1934, le bilan du Komintern est pour le moins contrasté » (p. 86).

Auteur d’un ouvrage sur le thème du Front populaire10, Serge Wolikow consacre un chapitre complet au retournement stratégique opéré par l’IC. Selon son interprétation, la stratégie du Front populaire ne peut se résumer à l’imposition d’une ligne politique d’alliance avec les socialistes et les radicaux, mais résulte également d’un usage des marges stratégiques par les différents partis communistes nationaux (et en particulier du PCF, le seul parti communiste important agissant dans la légalité). Durant plusieurs années, le PCF, du fait de ses responsabilités politiques (Serge Wolikow rappelle ainsi que Maurice Thorez a pu se montrer favorable à la participation gouvernementale dans le gouvernement de Front populaire, contre l’avis de l’IC11), se trouve au centre de l’IC. De manière inattendue, l’auteur choisit de conclure son chapitre sur le Front populaire par l’évocation des partis belge et suisse, préférant traiter de l’Espagne dans l’ultime chapitre de cette première partie.

En effet, la question de l’antifascisme, et du retournement patriotique constituent la trame de l’approche de la Seconde Guerre mondiale. Engagés dans une dénonciation de celle-ci comme « guerre impérialiste », les partis de l’IC développent cette thématique12, jusqu’à ce que
Hitler révèle ses véritables intentions et attaque l’Union soviétique le 18 juin 1941, après avoir proposé, dans des tractations secrètes avec Staline, un partage du monde entre les deux puissances
13. Finalement, Staline décide lui-même de dissoudre le Komintern en 1943. C’est à la fois le signe de l’abandon du projet révolutionnaire initial et un gage donné aux Alliés. Selon l’historien, cette dissolution ne fait que traduire une fonctionnalité déclinante de l’IC pour la direction russe qui aurait dû aboutir à une disparition plus précoce de l’Internationale, « sauvée » en quelque sorte par l’invasion nazie. Cette première partie, constituant pratiquement la moitié de l’ouvrage, présente une vue synthétique d’une haute densité.

Les deux parties suivantes rompent avec la présentation chronologique et se présentent sous forme thématique. La partie II aborde les thématiques de la culture et de la doctrine du Komintern, invitation à une analyse de la dimension anthropologique de l’IC, et plus particulièrement du Parti communiste français.

Il s’agit d’analyser le mouvement communiste comme producteur d’une culture politique spécifique, comme « la constitution d’une pensée monolithique et globalisante à prétention scientifique » (p. 148). Le chapitre 6 aborde cette culture par le biais de la presse et du livre, qui constituent une pièce maîtresse d’imposition d’une culture politique, système éditorial rapidement clé de voûte de diffusion de la Weltanschauung soviétique. Les chapitres suivants (7, 8 et 9) sont consacrés à des approches qui auraient méritées de plus ample développements, à savoir l’analyse économique14, à celle de l’État de classe15 et enfin à la nation (oscillant entre sa négation radicale en début de période et son exaltation en fin).

La troisième pourrait constituer une introduction à la lecture du DVD qui accompagne le livre puisqu’elle aborde la question des hommes, formation et destins des kominterniens. Les écoles nationales et surtout internationales de formation mises en place par les différents partis communistes permettent de développer une culture d’organisation, faite de discipline, de dévouement, mais aussi de soumission, parallèlement au développement de la stalinisation du système soviétique16. Le Komintern a été à la fois un instrument et une victime de la répression, diffusant « dans l’ensemble du monde communistes des comportements de discipline et d’obéissance aveugle et de remise de soi des militants et des cadres à leur organisation » (p. 239). Cette culture politique régressive est confortée par les défaites politiques successives auxquelles elle conduit : « Le silence et le secret, la discipline imposée et le contrôle de l’organisation sur les cadres et les militants deviennent des normes partagées par tous les partis communistes d’autant plus que l’extension de la guerre et bientôt sa mondialisation semblent justifier et associer la centralisation avec le monolithisme idéologique » (p. 245). Cette culture de la répression (allant jusqu’à l’élimination physique, dont l’exemple de Trotsky ne constitue qu’un épisode) a, selon Serge Wolikow, contribué à l’affaiblissement de l’IC, en accentuant la russification de l’appareil ainsi créé.

Cet ouvrage, d’un grand intérêt, malgré quelques limites, se conclut par une présentation des ressources archivistiques, permettant d’envisager une compréhension à la fois sociale et culturelle d’un activité politique, centrale pour le mouvement ouvrier, singulièrement dans l’hexagone, qui ne saurait laisser aucun lecteur indifférent. Tout le sel de ce livre de Serge Wolikow tient dans la dimension historique de son sujet.

1Jules Humbert-Droz, De Lénine à Staline. Dix ans au service de l’Internationale communiste, 1921-1931, Neuchatel, Éditions de la Baconnière, 1971, 507 p. Signalons aussi le témoignage/réquisitoire de Margarete Buber-Neumann, La révolution mondiale. L’histoire du Komintern (1919-1943) racontée par l’un de ses principaux témoins, Tournai, Éditions Casterman, 1971, 416 p.

2Un livre pionnier, celui dirigé par Jacques Freymond, Contributions à l’histoire du Komintern, Genève, Librairie Droz, 1965, 265 p.

3Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste, 1919-1943, Paris, Fayard, 1997.

4Maurice Andreu, L’Internationale communiste contre le capital, 1919-1924, Paris, PUF, coll. « Actuel Marx », 2003.

5Kevin McDermott, Jeremy Agnew, The Comintern : A History of International Communism from Lenin to Stalin, Basingstoke, MacMillan, 1996.

6 Dès la première page, l’auteur avance ainsi que « La dimension répressive et dictatoriale des communismes au pouvoir est un élément majeur de l’interprétation du communisme (… ) » (p. 5).

7Sur l’Amérique latine, lire l’ouvrage, en forme de quête, d’Alicia Dujovne Ortiz sur son père, Camarade Carlos. Un agent du Komintern en Amérique latine, Paris, La Découverte, 2008, bientôt chroniqué sur ce blog.

8 En fait la seule mention de l’Afrique se situe dans la dernière partie de l’ouvrage (p. 202) avec le Congrès de la ligue anti-impérialiste.

9 Notons au passage que l’on peut regretter la quasi absence de références aux documents d’analyse de l’IC sur le précédent historique de Mussolini en Italie, une dizaine d’années plus tôt.

10 Le Front populaire en France, Bruxelles, Complexe, 1999.

11 Serge Wolikow considère d’ailleurs que « La non-participation gouvernementale, à première vue paradoxale, témoigne des limites de sa marge de manœuvre à l’égard de l’IC » (p. 99).

12 Ligne qui rencontre de fortes résistances au sein des différents partis communistes, envisagées à travers le cas, peu connu, du Parti communistes de Grande Bretagne (p. 116 et suivantes). En France, cela amène la direction du PCF, dont Jacques Duclos, qui n’est en rien exonéré de ses responsabilités par Serge Wolikow, à envisager de faire reparaître légalement L’Humanité. Des rencontres entre des représentants du PCF illégal à l’époque et des diplomates nazis ont été organisées. Sur cet aspect spécifique, Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier, Juin 1940. La négociation secrète, Paris, L’Atelier, 1996. Citant ce livre, basé sur des archives inédites, l’auteur rappelle que la déclaration d’intention du PCF, élaborée par Duclos et Tréand est « non exempte de connotations antisémites » (note 57, p. 143).

13 Négociations diplomatiques par ailleurs assez paradoxales si l’on songe que Hitler « réservait » aux Russes le Moyen-Orient et l’Asie, tandis que Staline se montrait pour sa part « intéressé » par les Balkans et l’Europe de l’Est, que visaient aussi directement les nazis en envahissant la Yougoslavie et développant des accords avec la Bulgarie ou la Hongrie.

14 Dont le bilan n’apparaît pas franchement satisfaisant : « l’analyse économique du Komintern, en synchronie avec la stalinisation, a abandonné l’ambition d’une approche théorique fondée sur l’observation, mais a fractionné l’analyse, et oscillé entre radicalisation politique et pragmatisme, la rendant ainsi largement inaudible sinon inutile pour le mouvement ouvrier qui traditionnellement y puisait des arguments pour l’action. En fait, cela marquait un affaiblissement durable de l’analyse économique face à l’urgence de l’action politique » (p. 174).

15 Chapitre à la fois dense et trop rapide puisque y sont notamment abordées les questions de l’émergence de la revendication des nationalisations par le PCF, de la nature du gouvernement de Front populaire espagnol (démocratie populaire ou démocratie d’un type nouveau ?) Le bilan qu’en tire Serge Wolikow est lui aussi mitigé pour le moins, « l’héritage doctrinal de l’IC est donc contradictoire et incertain » (p. 197).

16 Le lecteur intéressé peut se reporter à la réédition récente du livre de Léon Trotsky, Staline, Éditions Laville, 2011, dont une note de lecture figure sur notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1353


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.