Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin), Bérengère Marquebreucq (coloriste), La Guerre des amants. 2 – Bleu Bauhaus, Genoble, Glénat, collection « Grafica », 2014, 58 pages, 13,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Après Rouge révolution1, Bleu Bauhaus suit le couple formé de la russe Natalia et de l’étatsunien Walter en Allemagne. A l’invitation de Walter Gropius, Kandisky a en effet proposé ses deux élèves pour intégrer l’école nouvelle du Bauhaus, à Weimar. Tous deux poursuivent leur relation passionnée et houleuse, suivant les cours de certains des maîtres de l’école, Johannes Itten, puis Laszlo Moholy-Nagy. Très didactique, Bleu Bauhaus permet au lecteur de découvrir la nature de cette école aux pédagogies particulières, ainsi que certaines des tendances et des créations de cette avant-garde artistique, en particulier celles concernant ce qu’on appelle aujourd’hui le design, ainsi que l’architecture (la maison témoin de Georg Muche, qui sert d’ailleurs d’écrin à l’amour charnel de Natalia et Walter). On y assiste également à l’évolution du Bauhaus, qui mute d’une démarche souhaitant renouer avec l’artisanat d’antan, à la manière des Arts and Crafts de William Morris, à un partenariat étroit avec les industriels, que d’aucuns pourraient qualifier de récupération par le système capitaliste (les planches des pages 32 et 33 sont éminemment représentatives de cette transformation). Un cahier rédigé par Lionel Richard, historien spécialiste de l’Allemagne, proposé en annexe, approfondit la découverte à travers un exposé synthétique sur le sujet.

Walter et Natalia sont ici, plus que jamais, les incarnations de deux évolutions divergentes, voire antinomiques, des révolutionnaires, voire de la modernité elle-même, symbolisées par l’opposition chromatique entre le bleu et le rouge : Walter, habité par le doute, a en effet tendance à se réfugier dans des tendances individualistes, à la limite du sectarisme, faisant siennes les velléités contemplatives, végétariennes et teintées de spiritualité orientale (le zoroastrisme), de Johannes Itten ; Natalia, elle, forte de ses certitudes2, se rallie à Staline – même si les enjeux ne sont pas aussi personnalisés en 1924, comme le laisse sous-entendre la page 46 –, et sa vigilance initiale à l’égard de la menace fasciste va de pair avec un dogmatisme croissant. Il est ainsi logique, bien que tragique (les quatre dernières pages de l’album sont certainement les plus émouvantes), d’assister à la séparation des deux amants, chacun retournant dans son pays au moment où le Bauhaus se voit contraint de déménager de Weimar à Dessau, huit ans avant que l’Allemagne ne bascule pour de bon dans la dictature nazie. Au-delà de nombreuses allusions à d’autres éléments du contexte – le dadaïsme avec Théo van Doesburg en particulier, le militantisme du KPD –, Bleu Bauhaus, comme Rouge révolution, du reste, souffre du caractère superficiel des idées et des événements politiques tels qu’ils sont présentés ici3, clairement sous-employés comparativement au domaine artistique.

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4847.

2« Pour moi l’art est politique, ce n’est qu’un moyen de la lutte des classes ! » (p. 18).

3On est souvent dans le domaine de l’implicite comme pour cette manifestation de mutilés de guerre au début du volume, ou l’affrontement entre communistes et nazis page 41. Une des dernières formules utilisées par Walter dans sa lettre mort-né à Natalia se rapproche toutefois furieusement de celle de Trotsky, parlant d’Hitler et de Staline comme des « étoiles jumelles » (p. 48). 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.