Lorànt Deutsch, Hexagone. Sur les routes de l’histoire de France, Paris, Michel Lafon, 2013, 464 pages, 18,95 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec la complicité de Christian Beuvain)

On connaît la polémique qui a entouré la publication du premier livre d’histoire de l’acteur Lorànt Deutsch, Métronome, incontestable succès commercial, et dont un ouvrage que nous avons récemment chroniqué dans Dissidences tentait de se construire en pare feu1. Sans vouloir nous engager pleinement dans cette discussion, l’occasion nous ayant été toutefois offerte de lire la prose du comédien devenu auteur à succès2, il nous semble utile et légitime d’apporter quelques éléments de réflexion à un phénomène éditorial susceptible d’influencer de manière substantielle la vision de l’histoire des Français.

Reconnaissons d’emblée à Lorànt Deutsch un style très accessible, une structure simple, construite sur l’idée d’itinéraires permettant de parcourir l’histoire de France. Et déjà, la démarche prête à critique. La centralité de l’hexagone postulée par l’auteur fait que la France est déjà présente à l’époque des Gaulois3, et le choix de consacrer un chapitre à chaque siècle, à compter du VIe siècle avant Jésus (la fondation de Massalia), aboutit à une sur-représentation du Moyen Âge en particulier, qui, de plus et comme logiquement, se fait au profit des rois. Car Hexagone, c’est avant tout l’évocation des familles royales, de leurs avanies, de leurs succès et de leur progressive construction du territoire national4, ces grands hommes étant associés à l’importance de la religion (chrétienne)5. Ainsi, en visitant les restes du palais de Clovis, Lorànt Deutsch a ces mots révélateurs : « (…) je songe aux hommes qui forgeaient un pays en faisant la guerre, certes, mais en s’appuyant aussi sur leur foi et leur sens de la grandeur. » (p. 192). La forte présence d’anecdotes, telle la générosité de saint (sic) Martin (auquel des miracles sont attribués sans grand esprit critique, p. 171) ou le vase de Soissons, font que, très vite, prévaut l’impression de lire un manuel d’histoire datant du début du XXe siècle, dans lequel les images d’Épinal sont la norme, au risque de verser dans l’ornière des idées reçues ou superficielles6. Dans ce cadre, il est finalement assez logique de constater que Lorànt Deutsch ne prend pas en compte les diverses avancées historiographiques de son sujet, tandis que bien des mises en perspective contextuelles sont absentes (sur la seconde guerre punique ou la fuite de Louis XVI, décrite sans en analyser les enjeux réels).

On l’aura compris, Hexagone, davantage qu’un ouvrage d’Histoire digne de ce nom, est un recueil d’histoires quelque peu surannées, certes faciles à lire, usant d’un style volontiers populiste, mais qui incarnent bien une vision réactionnaire de l’histoire, au sens premier du terme. Lorànt Deutsch, comme Stéphane Bern et Franck Ferrand (qui officient eux sur des chaînes de télévision publiques, France 2 et France 3)7, sait profiter d’un certain nombre de reculs de société pour imposer un retour en force du roman national. Instiller médiatiquement un certain savoir donne, incontestablement, quelque pouvoir. Mais n’est pas Lavisse qui veut…

1 William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Baudin, Les Historiens de garde. De Lorant Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national, Paris, Incultes essai, 2013, chroniqué en billet sur notre blog (http://dissidences.hypotheses.org/3032). Dans une tribune publiée à l’automne dernier dans le Huffington Post, les mêmes auteurs avaient porté le fer contre Hexagone sous l’angle du traitement de la bataille de Poitiers, ce dont nous nous abstiendrons ici.

2 Je remercie ici Nathalie Durand qui m’a permis de lire l’ouvrage en question.

3Au sujet du sanctuaire des Trois Gaules à Lugdunum, fondé par Auguste à la fin du Ie siècle avant Jésus : « Dans cet espace, qui pouvait recevoir mille huit cents personnes, se réuniront bientôt des hommes décidés à fonder une nation. Intermédiaire entre les Gaulois et l’empereur, cette assemblée [celle des représentants des peuples gaulois] – dans laquelle on peut voir une première forme de Parlement « français » – a probablement contribué à faire naître un sentiment d’appartenance nationale au sein de peuples jusque-là fortement divisés. » (p. 110).

4Si Lorant Deutsch semble avoir fait souvent attention à ne pas prêter trop abruptement le flanc sur son côté contre-révolutionnaire, il ne peut néanmoins s’empêcher d’écrire que : « (…) la Révolution n’[a] pas un grand sens du patrimoine historique (…) » (p. 392), ce qui est aussi gratuit qu’erroné.

5Le livre est d’ailleurs émaillé de remarques témoignant de l’attachement de l’auteur à cette religiosité de laquelle on le sait pratiquant. Un seul exemple : « La Belle au bois dormant, évoquée par Charles Perrault puis par Walt Disney, nous vient de ces temps où la mort était considérée comme un entracte. Le succès jamais démenti de cette histoire attendrissante semble démontrer que nous n’avons pas tout à fait renoncé à l’espoir de la résurrection. » (p. 38, souligné par nous). De manière plus générale, il déplore la division des chrétiens, que ce soit les guerres de religion ou la révocation de l’édit de Nantes.

6Un polythéisme censément plus tolérant et moins fanatique que le monothéisme, p. 129 (« (…) par nature, ils écartent l’exclusive et l’extrémisme. »), ou un déclin de l’empire romain débutant seulement avec la prise de Rome en 410 (p. 175).

7Peut-on rappeler qu’il y a des décennies, la télévision publique, si elle faisait également la part belle à de semblables conteurs d’histoires (Alain Decaux ou André Castelot), savait également faire de la place à Georges Duby ou Marc Ferro ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.