François Dosse, Les hommes de l’ombre. Portraits d’éditeurs, Paris, Perrin, 2014, 420 pages, 25 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Ces portraits d’éditeurs constituent un codicille à la biographie de Pierre Nora que donnait récemment François Dosse1 (Homo historicus, Perrin, 2011). Treize portraits contribuent ainsi à façonner plus avant la figure de l’éditeur français contemporain : pêle-mêle, Christian Bourgois, José Corti, Claude Durand, Paul Flamand, Claude Gallimard, René Julliard, Robert Laffont, Jérôme Lindon, François Maspero, Maurice Nadeau, Charles Orengo, Jean-Jacques Pauvert, Françoise Verny. Tous se trouvent définis d’un trait, d’un épithète : René Julliard est un « dandy séducteur », Christian Bourgois a « son catalogue comme œuvre », Maurice Nadeau se précise d’un « changer la vie » au cœur de son compagnonnage surréaliste et trotskiste. Composé ainsi, le livre est une promenade, une introduction au monde de l’édition où le lecteur côtoie des figures connues, sous la forme d’idéaux-types : le libraire éditeur, dévoué à sa tâche – militante et / ou poétique – comme Maspero, Corti, l’intellectuel catholique marqué par la résistance comme Paul Flamand, le résistant encore, comme Jérôme Lindon, etc. Cette première lecture possible multiplie des portraits en pied plus que des récits biographiques, un monde se dévoile pour partie, dont les ressorts ne sont jamais explicitement donnés. Le livre n’a là d’autre but que de donner à voir « ces hommes de l’ombre, souvent anonymes dans l’arrière-fond de la fabrique du livre, laissant à l’auteur l’exposition à la notoriété ou l’insuccès » (p. 7). Pourtant, nombre de ces éditeurs se sont trouvés au contraire en pleine lumière, jouant pleinement un rôle d’intellectuels engagés dans les combats du second vingtième siècle. Sous la plume de François Dosse, ils sont donc surtout saisis et campés en médiateurs et entrepreneurs culturels, invitant pour qui s’y intéresse à aller plus loin, fouiner plus avant en s’appuyant sur de solides monographies, indiquées comme telles en note.

C’est là l’effet d’une écriture qui participerait d’une forme d’exposition « grand récit » endogamique du monde de l’édition si elle ne s’assortissait de l’implicite d’une thèse, d’une position dans l’historiographie. En miroir de la biographie de Pierre Nora, François Dosse s’arrête sur un moment de l’édition française, celui des « vingt glorieuses » (1960-1970) que d’aucuns qualifient « d’entre-trois- mais2 », où les éditeurs furent plus que des fabricants de livres, des acteurs à part entière, modelant la vie intellectuelle. Ces treize portraits forment ainsi le chœur polyphonique du travail consacré à Pierre Nora, l’auteur suggérant pour cette période que l’avènement des éditeurs contribue au renouveau des SHS [Sciences humaines et sociales], marginalise la République des professeurs. Une génération porterait donc cette mutation, que ces portraits sondent. Soit. Si la thèse trouve à s’intriquer dans le renouvellement d’un pan de l’histoire culturelle de la période, elle marque un pas de côté face à la pratique contemporaine de l’histoire de l’édition, davantage portée à l’examen des conditions sociales, politiques et économiques du monde de l’édition3. Ici, ces dimensions sont présentes, mais secondaires, l’attention portée à l’acteur qu’est l’éditeur fait écran, quand leur figure même contribue à esquisser un métier, ses us et coutumes. Dans ce mouvement, la logique du portrait, les anecdotes qu’elle multiplie, sont une première introduction à la connaissance de ce milieu étroit, fouillé sous d’autres auspices naguère par Hamon et Rotman4. Il s’agissait alors (1985) de questionner le pouvoir politique d’une « intelligentsia » du monde éditorial réduite aux acquêts du quartier latin. François Dosse propose une nouvelle investigation, moins politique, plus endogène, dans le sillon de son travail sur Pierre Nora donc. Se cisèle ainsi la figure, quasi florentine si l’on en juge par son influence sur la vie intellectuelle, des éditeurs des «  vingt glorieuses ».

1 http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1370

3Dans une bibliographie dominée par le travail de Jean-Yves Mollier et ses étudiants, on se bornera à citer un court opus proche des problématiques de Dissidences, Jean-Numa Ducange, Julien Hage, Jean-Yves Mollier (dir), Le Parti communiste français et le livre. Écrire et diffuser le politique en France au XXe siècle (1920-1992), Dijon, EUD, 2014.

4 Hervé Hamon, Patrick Rotman, Les intellocrates. Expédition en haute intelligentsia, Bruxelles, Complexe, 1985.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.