Razmig Keucheyan, La Nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, Paris, La Découverte, collection « Zones », 2014, 208 pages, 16 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De Razmig Keucheyan, nous avons déjà rendu compte de sa sélection de textes d’Antonio Gramsci (Guerre de mouvement et guerre de position, chroniqué sur notre blog) et de son analyse consacrée à l’état de la pensée critique (Hémisphère gauche, chroniqué sur notre ancien site). Cette fois, c’est à la vision dominante de l’écologie qu’il s’attaque, celle du consensus œcuménique autour d’une crise environnementale qui nécessiterait une nouvelle « union sacrée ». A l’inverse, Razmig Keucheyan considère que « La nature n’échappe pas aux rapports de force sociaux : elle est la plus politique des entités. » (p. 11). Par conséquent, « (…) la résolution de cette crise (…) suppose peut-être au contraire la radicalisation de ces oppositions, c’est-à-dire la radicalisation de la critique du capitalisme. » (p.13). Il souhaite de la sorte démontrer que le capitalisme, loin de courir à son effondrement dans ce nouveau contexte d’adversité climatique, y trouvera au contraire de nouvelles ressources pour son fonctionnement et sa survie.

L’essai s’articule en trois ensembles distincts. Le premier explore le « racisme environnemental », s’appuyant en particulier sur le mouvement étatsunien pour la justice environnementale, issu du mouvement des droits civiques, et qui souligne les liens entre dégradation de l’environnement et minorités ethniques1. Dans les divers exemples invoqués, toutefois, de Katrina à AZF, le social semble toujours déterminant, et la situation de la Chine, présentée comme une exception, renforce la relativisation de ce propos directement nourri des postcolonial studies2. L’exemple du conflit au Darfour, aux explicitations particulièrement précieuses, montre également que le facteur « ethnique » n’est qu’un élément explicatif parmi d’autres3. La seconde partie est nettement plus technique, décrivant (trop ?) en détails les mécanismes des systèmes d’assurances, pour conclure essentiellement aux nouvelles sources de profit dégagés par la crise environnementale (microassurance, marché des droits à polluer, qui approfondissent la « financiarisation de la vie quotidienne ») et au rôle central de l’État dans le cadre d’un néolibéralisme qui, presque à l’état pur, socialise les pertes et privatise les bénéfices4. La dernière partie se penche sur les analyses militaires, considérées comme particulièrement pertinentes, les militaires étant censés se projeter dans l’avenir avec davantage d’efficacité que les politiques5. Il y a là, cependant, plus de descriptions des divers rapports réalisés sur l’anticipation climatique que de mises en perspective larges. Accentuation des noyaux de pauvreté, urbanisation accrue de la guerre et du terrorisme6, dégagement des ressources de l’Arctique et des voies maritimes, les éléments réellement novateurs sont finalement relativement rares.

La conclusion du livre ouvre toutefois sur des perspectives décevantes et frustrantes, La Nature est un champ de bataille constituant en somme le pendant négatif, exclusivement critique, des diverses tentatives de définir un écosocialisme, comme peut le faire un Michael Löwy, par exemple. La démarche de Razmig Keucheyan entretient des liens étroits, dans cette approche de l’écologie politique, avec celle d’Enzo Traverso pour l’histoire. Au-delà de la proximité des titres (La Nature est un champ de bataille faisant écho à L’Histoire comme champ de bataille, chroniqué sur notre blog), voilà en effet deux penseurs se réclamant du marxisme, qui s’efforcent de l’actualiser par l’apport de divers champs d’études contemporains, postcolonial studies ou autres, au risque d’ailleurs de lui faire perdre sa singularité et son tranchant. On pense également à Daniel Bensaïd, avec qui Razmig Keuchayan partage un refus de la linéarité historique, un même souci porté à la stratégie et à Walter Benjamin.

 1 « La race est susceptible de produire de la différenciation à l’intérieur d’une position de classe et, inversement, la classe de produire de la différenciation à l’intérieur d’une même appartenance ethnoraciale. » (p. 31).

2 De la même manière, on demeurera peu convaincu par le lien tracé entre colonialisme et émergence du souci de protection de la nature.

3 « (…) cette histoire coloniale et postcoloniale est entrée en collision, au cours du dernier demi-siècle, avec des phénomènes climatiques extrêmes, qui ont conduit à une cristallisation accrue des identités ethniques. » (p. 41).

4 « L’ État moderne doit être conçu comme l’interface entre le capital et la nature. Il est l’instance qui régule l’usage des conditions de production, afin que celles-ci puissent être exploitées par le capital. La nature livrée au capital sans interface serait rapidement détruite par lui. (…) C’est la raison pour laquelle la question centrale pour tout mouvement écologique digne de ce nom est la question de l’ État. » (p. 134).

5 « Leur niveau de préparation face aux défis de cette crise, les ressources -coercitives en particulier- dont ils disposent pour y faire face paraissent bien supérieurs à ceux que possèdent les autres fractions des classes dominantes. » (p. 145). Les armées à travers le monde sont par ailleurs responsables de 10% des émissions de carbone.

6 « (…) la crise environnementale se transforme en crise agricole, qui donne lieu à un exode rural, qui augmente la pression sur les services publics et le marché du travail en contexte urbain, processus susceptible de favoriser dans certaines conditions la violence collective. » (p. 171). Sur cette thématique de la guerre urbaine, voir Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain, Paris, La Découverte, 2012, chroniqué sur notre blog. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.