José Gotovitch, Du communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques, Bruxelles, Aden, 2012, 435 pages, 30 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Construit en quatre parties – rapports avec l’Internationale Communiste (IC) et les partis frères; positionnement du Parti communiste belge (PCB) dans le maillage politique, social et culturel de la Belgique; guerre et Résistance; et une série de parcours biographiques de militants –, ce livre offre au lecteur un ensemble de recherches et d’études sur le cas belge, motivé, comme s’en explique l’auteur, par la volonté de comprendre les contours et la force de l’engagement. Et certainement aussi pour pallier le défaut historiographique, l’absence de curiosité (au moins jusqu’en 1968 en tous les cas) que l’auteur, dans son introduction, explique par le faible impact idéologique, l’absence de pouvoir intellectuel du PCB (p. 17) et son (faible) pouvoir, comme par défaut, de « pesanteur négative » (p. 13).

De cette approche kaléidoscopique – abordant des thèmes aussi diversifiés que le théâtre populaire, les médecins engagés, les élections communales, etc. – ressortent d’autant mieux l’originalité et quelques spécificités du communisme belge : « son incapacité à stabiliser une base ouvrière face à la toute-puissance social-démocrate ainsi que la tutelle étroite, sinon réclamée, de l’IC » (p. 45), « la permanence du changement » des élus et des cadres (p. 134). Étonnant aussi le « crime » politique que constitue, en août 1934, le Pacte d’action commune entre la Jeune Garde socialiste (JGS, l’organisation de jeunesse du Parti socialiste), la Jeunesse communiste (JC) … et les jeunesses trotskystes, « aggravé d’une motion pour le droit d’asile dans les pays capitalistes en faveur de Trotski! » (p. 322).   Alertée, l’IC dépêche aussitôt deux délégués auprès du PCB pour « redresser » la ligne politique et mettre au pas le Parti, tout en demandant au PCF de mener « une campagne d’articles violemment critiques » (p. 88) contre le « petit frère » belge. D’ailleurs, dans la quatrième partie, José Gotovitch retrace le destin tragique de deux des principaux protagoniste de ce Pacte : Henri De Boeck et Marc Willems.

La troisième partie apporte une réflexion complémentaire à la thèse de l’auteur sur le PCB durant la Seconde Guerre mondiale, en analysant notamment la formation des militants et le rôle des femmes militantes. De manière convaincante, il démontre au sortir de la guerre ce « chassé-croisé de l’histoire où force et faiblesse à court terme s’inverseront à long terme » (p. 232). En effet, le rassemblement conjoncturel de la résistance autour des communistes ne se transforme pas, contrairement au pari fait par le PCB, en mouvement de masse, la paix revenue, et est même impossible à maintenir pendant la Guerre froide.

 Du communisme et des communistes en Belgique constitue à la fois un pas de plus – et un pas important – dans la direction d’une meilleure connaissance, d’une meilleure compréhension du communisme belge et, plus largement, d’une histoire des gauches en Belgique, et une borne étape indiquant tous les chemins qu’il reste encore à explorer dans cette direction : notamment le rôle des femmes et des immigrés (à peine abordé ici) ainsi que la période postérieure au Congrès de Vilvorde en 1954, qui n’est approchée dans ce livre qu’au travers de l’une ou l’autre biographie. Dans sa préface à C’est un joli nom, camarade, de Jean Lemaître[1], sorti en même temps chez le même éditeur, José Gotovitch regrettait « notre manque criant d’écriture, de biographies, d’autobiographies des militants en Belgique, et en particulier des communistes » (p. 9). Il convient donc de saluer le travail des éditions Aden visant à combler ce déficit.


[1]    Lire la recension de cet ouvrage sur notre blog.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.