Benjamin Péret, Le déshonneur des poètes, avec Grandizo Munis, Les syndicats contre la révolution, La Bussière, Acratie, 2014, 155 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce recueil contient, outre Les syndicats contre la révolution, réunissant des textes de Péret et Munis, plusieurs articles et poèmes de Péret, ainsi que des photographies, deux textes d’hommage parus à sa mort, de courtes biographies, une bibliographie succincte et une préface de Jean-Jacques Lebel.

Dans le texte central de cet essai, Péret présente le syndicat « comme un pis-aller pour les ouvriers des grandes industries » (p. 33), qui a certes contribué à améliorer considérablement le sort de la classe ouvrière, mais dont la structure, à partir de la Première Guerre mondiale, à atteint son terme, en s’intégrant à l’État capitaliste. À cette organisation, qui confisque les grèves, et à laquelle le prolétariat ne ferait plus confiance – pas plus qu’aux autres organisations d’ailleurs en raison de leur faillite historique –, Péret oppose les Conseils ouvriers. Son article, originellement paru dans Le Libertaire, entre juin et septembre 1952, puis publié, avec un texte de Munis, sous forme de livre en 1968, est aussi l’occasion pour l’auteur de contester la critique de Lénine de la gauche communiste allemande et hollandaise, et de défendre le « droit à la paresse ». Si la critique s’appuie parfois sur des arguments pertinents, elle n’en demeure pas moins trop générale et comme en surplomb, n’offrant guère de perspective stratégique. Surtout, elle ne semble pas prendre en compte le fait que que les Conseils d’usine sont des institutions qui n’apparaissent qu’à l’occasion de conflits intenses – se matérialisant alors effectivement en un double ou contre-pouvoir face aux syndicats – et que la question dès lors de l’organisation des salariés en-dehors de ses périodes de luttes demeure entière. En ce sens, l’analyse critique mise en œuvre dans les mêmes années par Socialisme ou barbarie – groupe auquel, un bref instant, fin des années 1950, Munis et Péret ont d’ailleurs appartenu, et que Munis condamne dans son article – est autrement plus fouillée et complexe. Enfin, certaines affirmations péremptoires étonnent par leur aveuglement. Ainsi, au début des années 1950 et du développement de la société de consommation, Péret écrit : « la conclusion qui s’impose est donc que la lutte revendicative est devenue vaine, la situation du capitalisme français étant si précaire qu’il ne peut plus consentir le moindre avantage aux travailleurs » (p. 45) et, plus loin encore, « dans le domaine strictement économique la situation de la classe ouvrière ne fut jamais pire » (p. 61).

L’article consacré à L’Homme révolté (1951) de Camus est d’un intérêt anecdotique. « À propos de Léon Trotsky », paru initialement dans la revue surréaliste Médium, en mai 1954, est d’une autre qualité. Même s’il ne fut jamais vraiment un théoricien politique, Péret offre peut-être là sa réflexion politique la plus aboutie sur le marxisme et le trotskisme. À la suite de Trotsky, il en appelle à « une révision générale des théories et méthodes révolutionnaires » (p. 125). Parmi les points principaux qui, à son sens, méritent un examen approfondi, il évoque la démocratie intérieure du parti bolchevique, le lien entre parti et soviets, et surtout la nationalisation des moyens de production. En effet, selon lui, cette erreur de Marx, répétée par Lénine et Trotsky, constitue une contradiction aux conséquences fatales : « il est pourtant clair que, si on veut aboutir à l’affaiblissement et la disparition de l’État, il est impossible de commencer par le fortifier en lui accordant des pouvoirs qu’il n’a jamais eu » (p. 133). Selon l’auteur, le tournant s’est opéré, en Russie, en 1921-1922, « moment où le parti, unique malgré lui, devient monolithique » (p. 129, c’est l’auteur qui souligne), le régime se muant en capitalisme d’État ; ce qui oblige d’abandonner la tactique préconisée par Trotsky de « soutien inconditionnel de l’URSS ».

Le déshonneur des poètes, dont Jean-Jacques Lebel rappelle que, publié à Mexico en 1945, il fut réédité à plusieurs reprises, notamment dans le numéro 29 de la revue Socialisme ou barbarie, est l’un des textes majeurs de Péret, mais que nous nous proposons de discuter séparément, en rapport justement avec la réédition par Le temps des cerises de L’honneur des poètes.

Les éditions Acratie ont eu la bonne idée de placer des poèmes de Péret dans l’intervalle entre les textes ; façon de rappeler la verve d’un poète qui demeure injustement méconnu :

« ma cassette de soleil mon fruit de volcan

mon rire d’étang caché où vont se noyer

les prophètes distraits

mon inondation de cassis mon papillon

de morille

ma cascade bleue comme une lame de fond

qui fait le printemps » (Allo, p. 100).

Si on ne peut que se féliciter qu’Acratie republie des textes – politiques et poétiques – de Benjamin Péret afin de mieux les faire connaître, il est dommage cependant qu’ils ne soient pas accompagnés par un appareil critique plus développé et que se côtoient des articles d’un intérêt mineur avec d’autres de qualité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.