Mark Boyle, L’homme sans argent, Paris, éditions les arènes, 2014, 250 pages, 19,50 €.

Un compte rendu de Florent Schoumacher (avec l’aide de A.-L. Klein)

Dans The Moneyless Man. A Year of Freeconomic Living, Mark Boyle offre le témoignage de son expérience d’une année complète (novembre 2008-novembre 2009) sans l’utilisation aucune d’argent1.

Si l’approche du récit apparaît une utopie réalisée (sortir du système économique et être entièrement autonome), l’ouvrage se présente davantage comme un manuel du parfait « freegan » (homme libéré, en écho à « vegan » personne végétalienne) alternant narration des événements et encadrés présentant des solutions pratiques2. Ces conseils pratiques oscillent du parfaitement suranné (faire son encre) au plus intéressant (comment produire un réchaud-chauffage à haut rendement à partir de matériel de récupération [Rocket-Stove]).

La démarche est celle d’une suppression individuelle de moyens de paiement (fermeture de compte en banque, non utilisation de numéraire…) au bénéfice d’un fonctionnement reposant sur l’échange de services (travail contre nourriture…), d’objets (troc), de cueillettes ou de culture de ses propres produits végétaux3, de glanage de produits périmés (bennes de supermarchés ou dons de producteurs-revendeurs).

En somme, soyons ascète pour combattre le monstre capitaliste.

L’ouvrage ne cache pas les difficultés de l’entreprise qui se révèle aussi atypique par son concepteur. On peut avoir le sentiment que la course à la performance n’est pas absente de l’esprit de l’auteur. L’excès de sport et l’obsession de la médiatisation sont la marque de la démarche de Mark Boyle. Cet ancien économiste est décroissant oui, progressiste beaucoup moins. Mark Boyle ne propose pas de sortir du capitalisme, il souhaite l’amender. D’ailleurs le progressisme est absent de sa démarche, puisque la décroissance, c’est vivre avec moins, mais aussi vivre moins bien, sortir du confort. Certes la démarche est intéressante, car elle permet à tout à chacun de rendre compte du simple bonheur dans les sociétés occidentales, d’avoir de l’eau chaude le matin pour sa douche, de pouvoir se véhiculer sans effort sur des routes carrossables.

Le mode de production capitaliste permet finalement un accroissement du bonheur collectif, même au prix de catastrophes humaines, économiques et écologiques. Boyle ne le nie pas.

Ce récit est significatif car révélateur d’un mouvement « de fond » dont les motivations commencent à se faire voir notamment par la médiatisation des solutions alternatives aux États-Unis, dues à l’explosion de la précarité et à la tentation du retour à la nature, tentation qui avait déjà saisi nombre de contestataires et de marginaux dans les années 1970, mais dans un contexte politique bien différent du notre.

C’est en cela que l’expérience de Mark Boyle s’apparente à une pensée idéaliste. Le procédé rappelle la fascination dix-huitièmiste pour l’utopie de l’Eldorado (celui du Candide de Voltaire bien sûr), le mythe du Bon sauvage ou la description par Diderot des mœurs des Tahitiens fonctionnant sur le mode du troc. En s’inscrivant dans cette tradition plus large du retour à la nature et de la quête initiatique/recherche de sens du monde, Mark Boyle entre de plain-pied dans l’utopie écologiste et décroissante actuelle

En ce sens, ce récit peut s’apparenter à une version optimiste du Voyage au bout de la solitude (Into the Wild), écrit par Jon Krakauer en 1996. Sauf que dans le récit Into the Wild ou même la version hollywoodienne bien revisitée de Sean Penn, le héros meurt de faim… à côté de plantes comestibles et non loin d’une grande route. Ce héros, perclus dans son romantisme bourgeois, avait estimé qu’il pouvait être autonome sans même demander l’appui d’autochtones et sans même se renseigner sur son environnement, renforçant ainsi une position complètement anti-scientifique que pourtant un simple manuel botanique aurait pu contribuer à combattre. Boyle cherche au contraire à connaître son environnement qui devient, notamment l’hiver, assez hostile.

On pourra reprocher une tendance finale aux bons sentiments et à l’angélisme sur les possibilités apportées par cette expérience. Mark Boyle s’en donne à cœur joie, tentant de se convaincre lui-même… pas suffisamment en tout cas pour ne pas sortir de cette aventure à une date qu’il avait déterminée au départ.

Bien sûr, cette aventure humaine au coin d’un bois humide du Royaume-Uni nous en apprend bien plus sur le gâchis énorme que représente le mode de production capitaliste. Il n’en demeure pas moins que l’échange reste à l‘origine de l’économie humaine. Force de travail contre biens de consommation, c’est déjà un échange. De plus, le mode de vie décroissant extrême ne paraît guère tenable dans la durée. Depuis, l’auteur est revenu à une vie plus classique nous semble-t-il, alors à quoi bon vivre en autarcie pendant une année, si ce n’est pour générer des royalties bien concrètes sur le récit d’une aventure ?

Christopher McCandless, le héros dont on a fait le récit dans Into the Wild, a compris que le voyage initiatique a de grandes limites. La dernière phrase écrite de sa main retrouvée fut « Happiness only real when shared » (Le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé). Boyle a retenu la leçon, il diffuse largement son expérience, pendant celle-ci, notamment par le biais de son blog donc grâce à son ordinateur (connecté à un panneau solaire selon lui), un objet pur produit du progrès, dont lui voudrait finalement que l’on se prive. Il a donc partagé son expérience, moins ses royalties, bien que celles-ci aient servi, selon lui, à ouvrir des sites d’échanges et de troc. En attendant, il ne vit plus dans une caravane. Il a refusé le progrès pendant un an, pour en profiter ensuite, peut-être plus conscient, mais y revenir cependant.

Il est finalement l’homme sans solution.

1 http://www.humanite.fr/tribunes/l-ascetisme-peut-il-abattre-le-capitalisme-560513

2 Comment faire du papier, de l’encre du cidre ? Comment éviter les couches pour vos enfants et les serviettes pour vos règles… ?

3 Mark Boyle est végétarien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.