Pier Paolo Pasolini, La rage, Caen, éditions Nous, 2014, 119 pages, 16 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

La rage, sorti dans quelques salles italiennes en avril 1963, est une expérience narrative et poétique, qui emprunte au montage, au documentaire et au détournement – le film n’est d’ailleurs pas sans affinité avec les tentatives situationnistes à l’époque. Les éditions Nous, estimant à juste raison que cette œuvre demeure sous-estimée, nous offre ici le texte originel (récité par Renato Guttuso (1911-1987), peintre réaliste, antifasciste et résistant, et Giorgio Bassani (1916-2000), romancier italien et militant antifasciste), « réparti en soixante-seize séquences, qui correspond à une durée nettement supérieure à celle du film définitif (53 minutes) » (p. 11).

Alors de quoi s’agit-il ? Dans Traitement, l’auteur précise ses intentions. « L’homme tend à s’assoupir dans sa propre normalité (…). C’est alors qu’il faut créer, artificiellement, l’état d’urgence : ce sont les poètes qui s’en chargent (…). Et la rage du poète, envers cette normalisation qui est consécration du pouvoir et du conformisme, ne peut que croître encore » (p. 15-16). C’est alors à un voyage à travers le monde et le temps – depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale – que nous invite l’auteur, sans pour autant « suivre un fil chronologique, ni même peut-être logique. Mais plutôt mes raisons politiques et mon sentiment poétique » (p. 23). Voyage à travers les crises de 1956 en Égypte et en Hongrie, le racisme et la pauvreté, les faits divers en Italie, ailleurs en Europe ou aux États-Unis, les guerres coloniales (Algérie, Congo…). Et Pasolini de noter à propos notamment de ces dernières :

« Un nouveau problème éclate dans le monde. Il s’appelle Couleur. Il s’appelle Couleur, le nouvel élargissement du monde.

(…)

Gens de couleur, c’est dans la dignité

que l’homme n’a pas de couleur » (p. 53, 56).

Mais c’est aussi l’occasion pour le poète de fustiger les contours de ce néocapitalisme qui se développe, mêlant, confondant les traits archaïques – la religion par exemple : « C’est la foule des années soixante, la marée de notre siècle, qui a besoin de la religion, encore, désespérément, pour donner un unique sens à sa panique, à sa faute et à son espoir » (p. 73) – avec des éléments modernes – comme la télévision : « on expérimente les moyens de diviser la vérité afin de présenter la demi-vérité qui reste à travers la seule voix de la bourgeoisie : la voix qui oppose une ironie méprisante à tout idéal, la voix qui oppose des blagues à la Tragédie, la voix qui oppose le bon sens des assassins aux excès des hommes dociles » (p. 45). Contre « la maladie du monde futur »

« la joie de l’Américain qui se sent identique à un autre million d’Américains dans l’amour de la démocratie » – qui risque d’épuiser le monde classique (p. 70), le poète, en correspondance avec les Thèses sur l’histoire de Walter Benjamin, affirme : « Mais seule la Révolution sauve le Passé » (p. 75).

La rage, l’état d’urgence, Pasolini les allume aux quatre coins des faits divers, à l’occasion d’images atroces ou banales, écrivant :

« Nous devons reprendre du début, là où

il n’y a pas de certitude, où le trait est désespéré

et la couleur stridente, où les figures

se contorsionnent comme les brûlés de Buchenwald,

où un drapeau rouge a le tremblement

d’une victoire qui ne doit jamais être la dernière,

d’une lutte qui ne s’accorde jamais de gloire !

Car la lutte des classes n’est pas finie » (p. 81).

Cette lutte, cette rage et cette urgence, plus que dans les événements directement politiques où ils prennent parfois un tour pour le moins ambigu – comme lorsque Pasolini parle de la révolte hongroise de 1956 –, c’est dans le quotidien, à un niveau plus organique, qu’il le met le mieux en évidence. Ainsi, le passage sur Marilyn Monroe – les situationnistes en firent également, après son suicide, une victime de la société du spectacle – constitue l’une des plus belles séquences du film :

« De l’effrayant monde antique et de l’effrayant monde futur

il ne restait que la beauté, et toi

tu l’as portée avec toi comme un sourire obéissant » (p. 101).

Le texte est accompagné de notes critiques et le seul regret que peut éprouver le lecteur est que le livre ne soit pas accompagné du DVD du film ou, à défaut, de quelques images de celui-ci.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.