Fabien Engelmann, Du gauchisme au patriotisme. Itinéraire d’un ouvrier élu maire d’Hayange, Paris, Éditions Riposte laïque, 2014, 169 pages, 18 €, préface de Pierre Cassen, postface de Caroline Alamachère.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles

Les récents déboires du nouveau maire d’Hayange (Moselle), Fabien Engelmann, ancien employé communal, écornent en partie l’image d’homme nouveau qu’il avait tenu à se donner, à l’instar de ses camarades du Front national. Cette image, il l’avait exposée dans un livre, paru juste après sa victoire aux municipales, et qui se veut témoignage sur sa vie et son parcours politique. Sa prose, relativement plate, voire laborieuse, donne toutefois souvent l’impression de délaisser le terrain de l’autobiographie au profit d’une simple chambre d’échos pour le discours du Front national. Fabien Engelmann appartient à cette frange de militants positionnés initialement à l’extrême gauche ou à la gauche de la gauche, et qui ont finalement migré à l’opposé de l’échiquier politique. Ce transfert du « rouge au brun » lui a été facilité par Pierre Cassen, qui préface son livre, passé lui aussi par l’extrême gauche dans sa variante LCR, fondateur de Riposte laïque et chantre du combat contre la religion musulmane. Les deux hommes partagent en effet une peur panique de l’islam et de l’islamisation de la France1, un thème véritablement obsessionnel tout au long du livre. Du point de vue idéologique, on retrouve également des marqueurs du discours frontiste ou d’une certaine droite, la centralité du patriotisme, le « racisme anti-français », les enseignants manipulateurs poussant leurs élèves à manifester (p. 41), les permanents syndicaux de la CGT profiteurs et ayant tous leur carte au PCF (p. 782)… Fabien Engelmann n’a d’ailleurs pas peur de l’outrance, ainsi de son évocation de l’« épuration médiatique » dont aurait été victime Eric Zemmour (p. 96), de la nécessité du bagne pour les pédophiles condamnés ou de passages proprement hallucinants sur l’Algérie, à qui la France aurait tout donné pendant la période coloniale (« (…) pays riche qui n’était avant leur venue qu’un désert sans peuple défini. », p. 122), devenu par la suite le « pays de la corruption », peuplé d’incompétents3. Il pratique également une vision complotiste de la gauche, qui aurait manigancée une transformation de la France par l’immigration (la rendant « cosmopolite et orientalisée », p. 60) et encouragé l’homophobie comme diversion face aux vrais problèmes (p. 129-130). La confusion permise par le mélange des cultures de gauche et d’extrême droite aboutit d’ailleurs à l’utilisation de Marx contre la religion musulmane (mais pas contre la religion catholique, « (…) parfaitement inoffensive »[sic], p. 53), au rapprochement des résistants de la Seconde Guerre mondiale avec le Front national (et des collaborateurs avec la gauche) ou à la qualification de Marine Le Pen comme « Jean Jaurès des temps modernes » (p. 113). De même, à propos du Bloc identitaire, qui dégage encore pour lui un parfum de souffre, Fabien Engelmann écrit : « Je pense que face à certains dangers, il est nécessaire de cesser de tergiverser pour se rassembler entre patriotes ». L’idée du front unique semble de la sorte réactivée non par l’extrême gauche, mais par l’extrême droite…

Au-delà de ces considérations idéologiques quelque peu stéréotypées, qu’en est-il du parcours personnel de Fabien Engelmann ? D’abord, un constat sensible, l’importance de plusieurs figures féminines dans son éveil politique et citoyen. Si Dieu créa la femme, ce sont bien les femmes qui créèrent Fabien Engelmann (né en 1979), trois d’entre elles tout au moins : Brigitte Bardot lui donna l’amour des animaux et le végétarisme, Arlette Laguiller celui des ouvriers, Marine Le Pen celui des patriotes/nationalistes. Son militantisme débute ainsi par la cause animale, avant qu’il ne rejoigne Lutte ouvrière, entre 2001 et 2008, puis le bureau départemental des collectivités publiques de Moselle CGT. Sa rupture avec LO, il l’attribue à son rejet d’une utopie rétrograde, tout en conservant l’esprit d’une exigence militante élevée. De son passage dans l’organisation trotskyste, il ne nous dit rien que nous ne sachions déjà : obligation de lire et d’acquérir une certaine culture… mais le refus par la direction du programme local qu’il avait concocté pour la liste LO qu’il conduisait à Thionville pour les municipales de 2008 l’a vexé4. Il n’opère ensuite qu’un bref passage au Nouveau parti anticapitaliste (NPA), dans les premiers temps de la nouvelle organisation, qu’il quitte en réaction à la candidature d’Illham Moussaïd aux régionales de 2010, se refusant à côtoyer « des gens favorables au communautarisme, aux femmes voilées, au halal, à l’abattage rituel » (p. 51). C’est par Riposte laïque, jouant visiblement le rôle de sas entre l’extrême gauche et l’extrême droite, qu’il trouve finalement sa vraie voie. Après quelques hésitations, il adhère alors au Front national, et devient par cooptation membre du Bureau politique, instance composée des 47 principaux dirigeants. Comme il l’écrit : « J’ai eu le plaisir et l’honneur d’être nommé conseiller politique au dialogue social ». Là, il écrit notes et analyses pour la présidente, « rédige des communiqués sur telle ou telle entreprise en passe de fermer ». Il semble très vite s’y être intégré, nouant des liens amicaux avec Louis Aliot ou Thierry Gourlot, syndicaliste CFTC, « intègre et honnête ». Même Jean-Marie Le Pen, « l’homme à la dialectique formidable » (sic, p. 115) lui a réservé un excellent accueil. On apprend au passage que ce dernier « a beaucoup de respect pour Arlette Laguiller. Il estime qu’elle a été, à cette occasion [à propos du second tour des présidentielles de 2002] intègre et honnête, alors que tous les autres s’étaient rabaissés à voter pour le voleur menteur Jacques Chirac qu’ils détestaient et qui avait fait de la politique par pur intérêt personnel, plutôt que pour l’intérêt général » (p. 116). Voilà donc un « gauchiste » devenu « patriote », ce qui lui vaudra d’ailleurs l’exclusion de la CGT. On l’aura compris, Du gauchisme au patriotisme constitue un témoignage de circonstance, offrant toutefois un certain nombre d’éléments intéressants pour le chercheur, sur une tendance de translation politique et de brouillage des frontières dont il convient d’observer dès maintenant les développements présents et à venir…

1 C’est la thèse du « Grand Remplacement » des Français « de souche » par les immigrés musulmans à laquelle ils adhèrent.

2 Il évoque également page 86 ces « (…) charognards bien planqués ».

3 L’outrance, on la trouve également dans l’évocation des tortionnaires d’Ilan Halimi, « (…) bande d’islamo-racailles comme on en croise chaque jour dans les rues. » (p. 155).

4 Un constat qui confirme l’analyse que nous faisions dans l’article « Peu nombreux(ses) mais vaillant(e)s ? Participation des militant(e)s des groupes d’extrême gauche aux élections municipales et élu(e)s municipaux trotskystes, de 1971 à 2014 », Revue électronique Dissidences n° 7, été 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.