Victor Serge, Réflexions sur l’anarchisme, suivi de Jean Bernier, Actualité de l’anarchisme, La Bussière, Acratie, 2014, 84 pages, 8 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans ce court essai, les éditions Acratie ont réuni deux textes sur l’anarchisme de Victor Serge et de Jean Bernier, parus en janvier 1938, dans le magazine Le Crapouillot, ainsi qu’un article antérieur de Serge sur le sujet et un autre texte de lui, de 1947, revenant sur le trentième anniversaire de la Révolution russe. Les écrits sont accompagnés de photos et de dessins, ainsi que d’un compte rendu d’Ida Mett du numéro du Crapouillot sur l’anarchisme (article publié à l’époque dans La Révolution prolétarienne). La préface rappelle brièvement le parcours des deux hommes – la proximité de Bernier avec le surréalisme et la littérature (on peut lire ici même, sur ce blog, les comptes rendus de ces romans) – et leur chassé croisé entre communisme et anarchisme.

La préface souligne « cette double influence du marxisme et de l’anarchisme » (p. 7) qui constitue la colonne vertébrale de ces textes – tant celui de Bernier que ceux de Serge. Cependant, l’article « Méditations sur l’anarchie » que le second publie dans la revue Esprit, en mars 1937, est d’un ton différent de celui qu’il livrera quelques mois plus tard au Crapouillot. En effet, il s’agit d’un texte biographique, très sensible, où l’auteur revient sur son parcours. Ces quelques belles pages d’ailleurs seront fondues et intégrées dans Mémoires d’un révolutionnaire. Victor Serge y écrit : « L’anarchisme nous prit tout entiers parce qu’il nous demandait tout, nous offrait tout » (p. 15). Tout en manifestant sa séduction pour l’anarchisme, Serge met en avant sa double limitation selon lui : une conception par trop utopique de la révolution, et détachée de la réalité révolutionnaire en Russie. L’auteur insista toujours sur ce que son orientation doit à ses origines et à sa formation russes. « D’autres méthodes de pensées s’imposaient que celles d’un idéalisme oscillant entre le refus, le défi, la foi en soi, le désespoir. Au romantisme de l’anarchie, procédant il est vrai d’une notion très vivante de l’homme s’opposait l’efficacité du marxisme » (p. 20).

« La pensée anarchiste » du même auteur est un texte historique et théorique. Il note la proximité, l’origine commune des penseurs révolutionnaires, au début de leurs réflexions et combats, et la pérennité des arguments qui divisent anarchistes et marxistes, autour du « romantisme révolutionnaire » (p. 27). Une triple dimension distinguerait l’anarchisme du marxisme : son soutien privilégié au lumpen-prolétariat plutôt qu’au prolétariat, la centralité d’une contestation éthique qui le guide, et son incapacité ou son refus à discuter de la question stratégique du pouvoir et des moyens stratégiques pour mener à bien le projet révolutionnaire. Serge y revient à plusieurs reprises dans cet article : « ce n’est qu’affirmations lyriques, hautes revendications d’idéal » (p. 42). À tout cela, s’ajoute un changement de contexte avec la Première Guerre mondiale et le développement de la société de masses, qui reconfigure la notion d’individu sur laquelle l’anarchisme se basait. Il est intéressant de voir que Bernier insiste également sur cette transformation historique, soulignant l’impact de la guerre, de l’étatisation et du nationalisme, mais c’est, lui, plutôt pour souligner la faillite du « socialisme constitué » et l’actualité d’un socialisme anti-autoritaire et libertaire, auxquels participent selon lui Marx et Engels, Proudhon et Bakounine.

Victor Serge aborde ensuite le rôle des anarchistes dans la Révolution russe et leur répression par les bolcheviques. Ce qu’il dit pour Nestor Makhno vaut semble-t-il pour le conflit plus général entre ces deux courants : « Il y eut d’innombrables torts réciproques (…). Les plus grands torts, en tout cas, doivent être reconnus aux plus forts. Et ceux-ci suivaient déjà la pente glissante de l’État autoritaire » (p. 44). Cette « pente glissante », il l’analyse dans son texte de 1947, voyant, dans les années 1920-1921, le moment où les erreurs et les fautes du pouvoir se nouent, et dans les années 1938-1939, « un nouveau tournant décisif » (p. 49). Il présente un bilan « nettement positif » (p. 62) de la révolution à son dixième anniversaire, en 1927, alors que le régime est au carrefour. Mais l’opposition est écrasée et le totalitarisme – défini comme le « régime caractérisé par l’exploitation despotique du travail, la collectivisation de la production, le monopole bureaucratique et policier (mieux vaudrait dire terroriste) du pouvoir » (p. 64) – s’impose. Et l’auteur d’en appeler à « l’étude critique » de la doctrine et des tactiques du bolchevisme, plus particulièrement de « l’hégémonie du prolétariat » et de la « dictature du prolétariat », affirmant que la fin n’est plus la révolution prolétarienne, mais une « révolution socialiste, au sens humaniste du mot, et plus exactement socialisante, démocratiquement, libertairement accomplie… » (p. 66).

Cette redéfinition de la révolution passe, pour Serge, par une synthèse du marxisme et du socialisme libertaire, et pour Bernier, par « l’union des idéaux anarchistes (que rien, à la limite, ne sépare des idéaux marxistes) avec le syndicalisme révolutionnaire » (p. 81). Mais, bizarrement, alors que le second se réfère explicitement à l’anarcho-syndicalisme alors à l’œuvre, en pleine Guerre civile, en Espagne, Serge, qui pourtant connaissait ce mouvement pour avoir résidé à Barcelone durant la Première Guerre mondiale, n’en dit pas un mot dans son article.

L’intérêt des textes réunis ici est indéniable, mais peut-être auraient-ils mérités un éclairage critique et actualisé plus fouillé. Ainsi, ces textes doivent être lus en fonction notamment de son parcours, de sa tentative de dégager un « léninisme libertaire », de son principe de « double défense » de la révolution, et de l’évolution du contexte (développement du stalinisme, guerre froide et ses discours idéologiques, etc.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.