Liebman Marcel, Né juif. Une famille juive pendant la guerre, Bruxelles, Aden, 2011, 202 pages, 20 €.

Préfacée par Pierre Vidal-Naquet, cette autobiographie se révèle être une lecture nécessaire. Totalement nécessaire. Mort en 1986, l’historien Marcel Liebman fut un personnage important de la vie intellectuelle et politique belge, et un soutien indéfectible du dialogue israélo-palestinien. Publié une première fois en 1977, salué alors par la critique, ce récit à la première personne rompt fortement avec de nombreux textes produits par les rescapé-e-s de la politique d’extermination nazie des populations juives européennes.  Dans cet émouvant récit, il revient sur les conditions dans lesquelles sa famille a survécu à cette volonté exterminationniste des occupants nazis, largement aidés dans ce projet par une partie de la population belge. Ce qu’il raconte, c’est la manière dont leur survie fut permise par l’existence d’une résistance, organisée par la gauche, en particulier communiste. En effet, l’Association des juifs de Belgique, comme son homologue français, s’est immédiatement soumise aux demandes allemandes, les anticipant parfois. En insistant fortement sur les clivages de classes internes à la communauté juive (se cacher coûte cher), il explique que c’est par la désobéissance aux injonctions des autorités légitimes de leur communauté que les siens et lui-même ont pu survivre. En mettant l’accent sur l’implacable sélection des fortunes dans les capacité de survie, il pointe une dimension largement passée sous silence : celle des conditions sociales de la survie et de l’illégalité. Lui-même sera recueilli, avec son frère, par une institution liée au mouvement ouvrier chrétien. Il insiste sur l’importance des habitudes de rupture avec l’ordre établi pour pouvoir se cacher, en particulier à propos de la ville de Charleroi, où la plupart des juifs ont pu trouver refuge :  « Mais cet heureux résultat ne put être atteint que parce qu’une longue préparation l’avait précédé, que des  circonstances favorables avaient permis de surmonter l’isolement de la population juive, que des hommes, enfin, rendus plus forts par une consciences politique aiguë, aguerris ensuite par une vie militante et par l’activité clandestine, avaient dressé une barrière contre l’agression allemande » (p. 79). Hélas, son frère, par imprudence, est arrêté et disparaît définitivement. Marcel Liebman portera toute sa vie la trace de ce frère perdu et le poids d’une faute imaginaire, celle de n’avoir pu le sauver. Les dernières pages, sans doute pas les moins intéressantes, délaissent l’autobiographie pour une interrogation : qu’est-ce être juif ? Liebman y affirme une identité, ouverte sur l’universel et donc opposée à toute affirmation exclusive ou ethnique. Ce très beau livre s’inscrit dans la lignée, trop rare, d’un témoignage poignant, débouchant sur une revendication d’une humanité ouverte.

Georges Ubbiali


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.