Paul Frölich, Impérialisme, guerre et lutte de classes en Allemagne. 1914-1918, Montreuil-sous-bois, éditions Science marxiste, collection « Documents », 2014 (édition originale en 1924), 366 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les éditions Science marxiste avaient déjà publié de Paul Frölich, dirigeant communiste allemand et biographe de Rosa Luxemburg, une autobiographie inédite tout à fait passionnante1. Cette fois, c’est un ouvrage d’histoire engagée, initialement publié en 1924, et encore inédit en français, qui est proposé, à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale ; l’éditeur y a seulement ajouté quelques notes de bas de page et un certain nombre d’encadrés explicatifs.

Le propos est à la fois politique et didactique, partant des origines du conflit pour se clore par son bilan. Paul Frölich y défend une vision communiste léniniste relativement classique : racines impérialistes de la conflagration, critique du cours réformiste de la IIe Internationale, complaisance du SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne) vis-à-vis de l’impérialisme national avant même le choc du 4 août 1914. Cette opposition entre socialistes réformistes et communistes révolutionnaires est au cœur de l’exposé, l’auteur insistant sur ce qu’il définit comme la trahison des idéaux socialistes par ceux qui auraient dû en être les courageux défenseurs2. Dans la lutte contre les menaces de guerre, elle s’incarne dans la divergence entre la revendication d’un désarmement général et la lutte pour la démocratisation d’une armée possiblement révolutionnaire. La marche à la guerre, appelée « Le triomphe de la folie », donne l’occasion à Paul Frölich de souligner la responsabilité directe, dans les causes proches, de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie, même si tous les impérialismes sont bien sûr mis en accusation.

Le commencement proprement dit de la guerre permet à l’auteur de passer en revue les positions des différents partis socialistes, avec les exceptions plus (les bolcheviques, le parti serbe) ou moins (le Parti social-démocrate du royaume de Pologne et Lituanie) connues d’opposition au courant dominant. Il rappelle également avec intérêt et de manière très concrète la détérioration des conditions de vie en Allemagne, la militarisation de la société et du travail, qui amena certains dirigeants socialistes à évoquer la formation d’un « socialisme de guerre »3. Les exemples de profiteurs de guerre sont également détaillés, permettant d’accuser la bourgeoisie. Dans sa présentation de la lutte des minoritaires socialistes contre la guerre, Paul Frölich insiste surtout sur la figure de Karl Liebknecht, et conspue les positions de l’USPD, pacifistes, là où lui défend la « lutte de classe contre la guerre », l’action directe du prolétariat étant à ses yeux la seule solution gage d’avenir. Les allusions à un travail militant préalable au déclenchement de la révolution allemande de 1918 au sein de l’armée sont intéressantes, mais malheureusement non détaillées. Enfin, on notera également que dans son analyse des causes de la défaite allemande, il prend en compte les efforts contre-révolutionnaires déployés par l’empire à l’est4.

Si la prose de Paul Frölich est volontairement propagandiste, elle ne manque pas de souffle, de conviction, usant régulièrement de citations pertinentes afin d’appuyer sa démonstration ; à ce titre, un des arguments les plus forts concernant le ralliement des dirigeants du SPD à la guerre réside assurément dans l’acceptation du principe des annexions. L’ouvrage est complété par une série de documents5, et par de très utiles courtes notices biographiques sur les différents personnages cités au cours de l’exposé.

1Paul Frölich, Autobiographie 1890-1921. Parcours d’un militant internationaliste allemand : de la social-démocratie au parti communiste, Montreuil-sous-bois, éditions Science marxiste, collection « Documents », 2011, chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1980

2« Il a existé des généraux qui redoutaient la guerre parce qu’il fallait alors mettre l’armée en jeu. Ce ne furent pas les meilleurs généraux que le monde ait connus. Tout le corps des officiers du prolétariat allemand était composé de stratèges aussi géniaux. » (p. 118).

3Paul Frölich écarte d’ailleurs à cette occasion tout rapprochement avec la Russie révolutionnaire, alors que l’on sait pourtant combien Lénine s’inspira du capitalisme d’État mis en place en Allemagne durant la guerre, justement.

4« Le désir fou de conquêtes, le pillage de la Russie et la lutte contre la révolution ont, sur le plan militaire, cassé les reins à l’Allemagne. » (p. 256).

5Certains sont communs à ceux du Cahier du CERMTRI n° 153, juin 2014, « 1914-1916. Le mouvement ouvrier allemand face à la guerre : du vote des crédits de guerre à la constitution de Spartakus », chroniqué dans notre dernière Revue des revues : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2781#tocto8


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.