Désurbanisme, Fanzine de critique urbaine (2001-2006), Détruire les villes avec poésie et subversion, Grenoble, Le monde à l’envers, 2014, 549 pages, 16 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Le monde à l’envers à réuni les 21 numéros d’un fanzine parisien, Désurbanisme, qui s’étale sur une période de cinq ans, de 2001 à 2006. Si le titre évoque la poésie, c’est dans la lignée du situationnisme : une poésie sans poème, qui prend plutôt la forme d’un « dazibao géant » (p. 12). Rares sont en effet les poèmes qui traversent ces pages, même s’il y en a quelques-uns (entre autres pages 201, 349, 492), prenant le plus souvent un ton humoristique doux amer. Comme la note éditoriale l’indique, il s’agit ici de « la ville comme cas d’école pour étudier le capitalisme » (p. 12).

Au fil des numéros, le lecteur remarquera une certaine évolution graphique : un soin plus particulier à la couverture dès le numéro 4, les photos qui parsèment le numéro 12, les dessins et analyses de la publicité dans le numéro 14… Au niveau théorique, le numéro 19 d’avril/mai 2005, sur la prévention situationnelle, se distingue, entre autre grâce à un important texte de Jean-Pierre Garnier – « Urbaniser » pour dépolitiser (p. 440 et suivantes). De façon générale, les pages mêlent débats, récits d’expériences (en France et ailleurs), extraits de textes et conseils pratiques non dépourvus d’humour (comme « Refaire la ville » dans le numéro 10). Par rapport à d’autres fanzines, l’une des principales originalités de Désurbanisme est d’offrir au fil des pages un large éventail d’extraits tant de romans – de René Crevel à Italo Calvino, en passant par Maurice Blanchot – que d’essais – de l’Internationale situationniste (surtout au début) jusqu’à l’architecte autrichien Friedensreich Hundertwasser (1928-2000), en passant par Gilles Deleuze et des écrits de l’URSS et de la Chine communiste (mais, malheureusement, présentés sans analyse ni appareil critique).

Certes, la note éditoriale a raison de souligner l’actualité de cette critique du territoire, mais les numéros de fanzine se prêtent assez mal à être rassemblés dans un livre et risquent de lasser la lecture.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.