Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, traduction française de Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux, Paris, Éditions Amsterdam, 2014, 285 pages, 25 €.

Un compte rendu de Maud Navarre

La traduction française des travaux de Raewyn Connell entend contribuer à une perspective d’étude encore peu développée en France : les men’s studies. En effet, si la plupart des études sociologiques prennent pour objet les hommes, au point d’oublier les femmes comme le dénoncent les travaux féministes, elles tendent à considérer cette catégorie sociale comme universelle en ne traitant pas ce qui constitue souvent son corollaire : la singularité de la masculinité. Les travaux de Raewyn Connell, regroupés dans l’ouvrage, invitent à étudier cette dimension du genre, tout en tenant compte des contextes dans lesquels elle se construit et, de ce fait, des multiples formes qu’elle peut prendre.

Les deux premiers chapitres de l’ouvrage exposent la théorie de Raewyn Connell sur les structures de genre et les masculinités qui en résultent. La chercheuse australienne essaie de dépasser les approches catégorielles (la classique dichotomie hommes/femmes) et symboliques (les approches discursives et performatives du genre) à travers la notion de masculinité. Il ne faut pas réduire celle-ci à sa seule dimension identitaire désincarnée. La définition que Raewyn Connell en donne est ancrée dans la matérialité des pratiques sociales et, surtout, des corps. La masculinité se définit non seulement par rapport aux pratiques et représentations du féminin, conformément à la définition relationnelle du genre retenue, mais aussi selon les contextes. Elle peut revêtir de multiples formes. Raewyn Connell en identifie quatre : les masculinités hégémonique, subordonnée, complice et marginalisée. La masculinité hégémonique est caractéristique des hommes blancs socialement dominants. Celle-ci peut-être soutenue, voire renforcée, grâce à d’autres formes de masculinité à l’instar des subordonnées (par exemple, la masculinité homosexuelle) ou complices. L’approche de Raewyn Connell révèle toute la complexité des rapports de pouvoir à travers la notion de masculinité marginalisée représentée, par exemple, par les jeunes sportifs noirs. Pour Raewyn Connell, il s’agit bien d’une forme de masculinité dominante, mais qui ne permet ni de renverser la masculinité hégémonique ni de la subvertir. La domination est circonscrite à un groupe social spécifique, d’où l’appellation « masculinité marginalisée ».

Après avoir présenté les principaux points théoriques, l’ouvrage se poursuit par une partie plus empirique, extraite de l’ouvrage Masculinities de 1995, tout comme les deux premiers chapitres. Parmi les quatre exemplifications initiales, les responsables de l’édition n’en ont retenu que deux : l’analyse des masculinités des jeunes de milieu ouvrier et celle d’homosexuels. Les deux chapitres donnent à voir des applications concrètes de la théorie de Raewyn Connell, en cherchant à rendre compte systématiquement des multiples rapports sociaux (âge, sexualité, origine sociale, ethnique) traversant les masculinités. L’ouvrage se poursuit ensuite par trois articles publiés entre 1990 et 2012, consacrés à une question largement étudiée par la chercheuse : les effets du genre sur la santé. On retrouve dans chaque article la théorie de Raewyn Connell, plus ou moins développée, appliquée à des questions de santé concrètes (le sida, les politiques destinées spécifiquement à améliorer la « santé des hommes ») ou essayant de systématiser les applications possibles de cette théorie du genre au domaine de la santé (dernier chapitre).

L’introduction des traducteurs et la postface d’Éric Fassin viennent ponctuer le propos en apportant les éléments de cadrage nécessaires pour saisir la spécificité des analyses de la chercheuse australienne. L’intérêt des men’s studies est rappelé dans cette postface, tandis que l’introduction est l’occasion de présenter les critiques adressées à l’analyse de Raewyn Connell, notamment le manque d’articulation et d’explicitation des liens entre les différents types de masculinité ; le caractère trop « figé » des formes de masculinité identifiées ; la nécessité de déconnecter le sexe du genre car la masculinité n’est pas qu’un attribut des hommes. Elle peut aussi être appliquée aux comportements de certaines femmes. L’ouvrage représente sans nul doute un apport non négligeable pour les men’s studies et une tentative aboutie d’articulation des multiples rapports sociaux. Cependant, à l’issue de sa lecture, une question demeure : en quoi les différentes formes de masculinité identifiées sont-elles spécifiques aux hommes ? N’existe-t-il pas également, chez les femmes, des formes de féminité hégémonique ; des féminités qui lui sont subordonnées ou qui la renforcent, comme les masculinités complices ; ou enfin, des féminités marginalisées, à l’instar des femmes qui gèrent leur foyer d’une main de maître, tout en demeurant subordonnées dans les autres sphères sociales ? Comment ces formes de féminité s’articulent-elles aux masculinités, voire se confondent-elles, comme dans le cas de l’accession de femmes aux plus hautes sphères sociales du pouvoir politique et/ou économique ? Bref, si la théorie de Raewyn Connell permet de saisir les rapports sociaux entre les hommes, elle n’aborde pas la question des rapports sociaux entre les groupes sexués.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.