Simone Weil, Conversation avec Trotski, Paris, L’Herne, collection « Carnets », 2014, 112 pages, 7,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Débutons d’emblée par une mise au point : le titre choisi pour ce petit opuscule est trompeur, et en large partie erroné. Car si le couple Trotsky a bien eu l’occasion de rencontrer Simone Weil chez elle, en décembre 1933, la vive discussion qu’ils ont eu n’a été transcrite que partiellement, les notes en question n’occupant que trois pages, d’un format qui plus est réduit et avec une mise en page aérée… Certes, la suite du recueil entretient un lien avec le révolutionnaire russe alors en exil, mais il s’agit dès lors davantage de débats écrits, seulement exposés ici par les textes de Simone Weil (1909-1943)1.

En dehors d’un avant-propos de François L’Yvonnet, spécialiste de Simone Weil2, quatre articles sont reproduits, datant tous des années 1930. Le premier, « Conditions d’une révolution allemande » (juillet 1932), rend hommage à Trotsky, à son analyse de la situation allemande3, mais émet de sérieux doutes quant à son espoir d’un redressement du KPD [Parti communiste d’Allemagne], estimant que les moyens concrets de réalisation d’un front unique des organisations ouvrières font défaut. Il est complété par le très court « Sur la situation en Allemagne » (avril 1933), qui reproche surtout à Trotsky et aux trotskystes leur analyse encore différenciée de la Comintern, seul le KPD étant considéré comme failli ; le tournant vers la nécessaire création d’une nouvelle Internationale, la IVe, allait en réalité intervenir à l’été suivant.

Mais l’article majeur de Conversation avec Trotski est sans nul doute « Perspectives. Allons-nous vers la révolution prolétarienne ? », daté également de 1933. Il s’agit en effet d’une analyse de fond, dans laquelle Simone Weil expose ses conceptions politiques fondamentales. Critiquant la conception trotskyste d’un État ouvrier bureaucratiquement dégénéré en URSS, elle estime que le problème fondamental révélé par les dernières décennies, l’émergence du fascisme et la régression en URSS, est celui de la bureaucratie, plus exactement de la domination croissante d’une couche administrative, technicienne, qu’une révolution comme celle d’Octobre n’a pas suffi à mettre à bas. Il y a pour elle tendance générale au capitalisme d’État, le miroir tendu par l’URSS stalinienne offrant la vision cauchemardesque de cette évolution possible, contribuant à la domination totalitaire de l’État et à la suppression de tout espace de liberté.

Nous reconnaissons là des analyses qui s’inscrivent dans le sillage de celles d’un Bruno Rizzi4 ou d’autres secteurs de la gauche révolutionnaire dite ultra. Simone Weil insiste également sur la subordination de l’ouvrier à la machine, y voyant là aussi une tendance de fond5. « Il y aura socialisme quand la fonction dominante sera le travail productif lui-même ; mais c’est ce qui ne peut avoir lieu tant que durera un système de production où le travail proprement dit se trouve subordonné, par l’intermédiaire de la machine, à la fonction consistant à coordonner les travaux. » (p. 65) Ce pessimisme éclairé débouche sur des perspectives somme toutes limitées, contribuer à faire toute la lumière sur les phénomènes en cours, et, pour les prolétaires les plus conscients – et ils sont rares, selon Simone Weil, à ne pas être sous l’emprise d’une bureaucratie, quelle qu’elle soit, – s’investir dans le militantisme à la base, les syndicats étant encore finalement les organisations de classe les plus authentiques6. « Examen critique des idées de révolution et de progrès » (1937), enfin, se penche sur le « mysticisme » de la révolution, perçue individuellement comme solution miracle à tous les problèmes, et insiste sur l’incapacité des masses à spontanément la mener à bien, trop soumises qu’elles sont à l’emprise de la société. Surtout, et c’est là le lien avec l’article précédent, Simone Weil porte un regard désabusé, voire résigné, sur les révolutions passées et à venir, seulement bonnes à consacrer des évolutions antérieures et à consolider de nouvelles dominations sur les plus exploités. On peut voir dans ce dernier texte la marque d’un pessimisme croissant, proche du fatalisme, qui est aussi et surtout manifestation du poids de cette époque où il était, pour reprendre les mots célèbres de Victor Serge, « Minuit dans le siècle ».

1Il est d’ailleurs curieux qu’aucune table des matières n’ait été incluse, du fait sans doute de la faible épaisseur de l’ouvrage.

2Il a en particulier dirigé plusieurs ouvrages collectifs qui lui sont consacrés.

3Voir Léon Trotsky, Comment vaincre le fascisme ? (Écrits sur l’Allemagne 1930-1933), Paris, Les Éditions de la Passion, 1993.

4Bruno Rizzi, L’URSS : collectivisme bureaucratique, Paris, Champ libre, 1976.

5Sur cette thématique, voir François Jarrige, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte, 2014, chroniqué sur ce blog.

6Rappelons d’ailleurs qu’elle-même, agrégée de philosophie et enseignante, se fit ouvrière en 1934 et 1935. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.