François Fourn, Etienne Cabet ou le temps de l’utopie, Paris, Vendémiaire, collection « Chroniques », 2014, 352 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

François Fourn, qui a réalisé une thèse d’histoire sur Étienne Cabet, nous livre avec cet ouvrage condensant son travail une biographie fouillée et passionnante, appelée sans nul doute à faire date et à devenir une référence sur le sujet. Nous avons déjà eu l’occasion de l’évoquer sur ce blog, les socialismes dits utopiques connaissent ces dernières décennies un net regain d’intérêt, encouragés par le discrédit réel ou entretenu qui pèse sur le marxisme et le communisme, associés au « socialisme réellement existant ». L’objectif de François Fourn est justement de ramener à la lumière un personnage refoulé de la mémoire collective, que l’on résume souvent bien vite à son projet de colonie icarienne en Amérique, alors qu’il a été un acteur essentiel des débuts du mouvement communiste en France au XIXe siècle (au mitan du siècle, les communistes étaient même surnommés les « cabets »).

Né en 1788 d’un père maître-tonnelier à Dijon, Étienne Cabet est le produit de la fameuse méritocratie républicaine. Passant par l’école centrale, ancêtre du lycée, puis devenant docteur en droit, il exerce la profession d’avocat. C’est avec la période des Cents jours qu’il goûte à l’engagement politique, en devenant partisan de Napoléon. Un engagement forcément éphémère, mais qui se poursuit les années suivantes dans l’opposition anti-royaliste, pour laquelle il met à profit ses talents d’avocat et d’orateur ; il est même brièvement membre de la direction de la Charbonnerie. Participant aux Trois Glorieuses, Étienne Cabet défend alors l’idée d’une monarchie démocratique, et prend part aux premiers pas du nouveau régime : il est successivement membre du ministère de la justice, puis procureur général en Corse, avant d’être élu député de Dijon en 1831. Le tournant essentiel dans son positionnement politique coïncide avec la révolte des canuts. Il prend alors le parti du peuple, des « sans droits », et s’affirme franchement républicain. Il crée le journal Le Populaire, le plus diffusé de tous les titres républicains d’alors, dans lequel il relaie les actions ouvrières. Néanmoins, il se distingue des néo-babouvistes1 par son rejet de la « discorde » et de la guerre civile. Cette position moins radicale ne l’empêche pas d’être en butte à la répression du pouvoir, qui le contraint à l’exil à Londres. C’est là, entre 1834 et 1839, qu’il rédige son célèbre Voyage en Icarie, duquel François Fourn retient surtout l’expression d’un programme politique concret : « Icarie est une « république démocratique » qui associe le fonctionnement d’une démocratie représentative à l’échelle nationale et celui d’une démocratie directe à l’échelon local : en quelque sorte, un régime où la Convention robespierriste et les assemblées des sections des sans-culottes auraient été pérennisées et seraient parvenus à un équilibre politique parfait. » (p. 63)

A son retour en France, il incarne un courant communiste naissant, différent de celui de la filiation babouviste, dans une époque de différenciation intense. Le Populaire de 1841 fondé, Étienne Cabet dispose de l’instrument lui permettant, comme il l’espère, de rassembler sous son aile tous les communistes, dans un objectif de dialogue avec les réformistes mais aussi avec une bourgeoisie qu’il s’agit de convaincre et non d’affronter. Ce communisme icarien, comme il finit par se nommer, est tout entier organisé autour du journal et des publications afférentes, tenus en main par un Cabet très directif, monopolisant la rédaction du journal, centralisant ses vastes réseaux de correspondants tout en leur laissant une certaine autonomie locale. De cette mouvance, véritable école politique pour bien des individus2, on retiendra également l’effort réel et rare à l’époque de féminisation, ainsi que la nature ouvrière du public, même si au fil des années 1840, le niveau social tend à s’élever. Ce n’est qu’en 1847 qu’est lancée l’idée d’une communauté à implanter afin de mettre concrètement en application les principes idéologiques défendus. Ce tournant s’explique à la fois par l’accentuation de la dimension mystique d’Étienne Cabet, qui vient de publier un Vrai christianisme suivant Jésus-Christ, et par l’isolement prolongé dont est victime le communisme icarien de la part des élites politiques et de la quasi-totalité des autres courants politiques, voire même par la peur de la révolution violente qui gronde, ainsi que le laisserait à penser l’insurrection de Tours en 1847. La destination choisie par Cabet, qui prend clairement la direction du projet, c’est le Texas (au nord-est de Justin, près de Dallas, exactement, alors en plein territoire des indiens comanches), pour laquelle il sélectionne une élite, choisie à la fois par ses supposées qualités personnelles et morales, et par l’investissement financier nécessaire…

Toutefois, Cabet lui-même est bien davantage occupé par les conséquences de la révolution de février 1848. Le club parisien qu’il crée dans le nouvel espace de liberté conquis rencontre en effet une forte audience, et les déclarations qu’il rédige combinent à la fois soutien au gouvernement provisoire, appel au peuple pour qu’il soit patient et calme, et nécessité de le voir s’armer afin de défendre la jeune République. A compter d’avril, toutefois, il est la cible privilégiée de la contre-révolution, incarnant un spectre du communisme appelé à une longue existence, qui est ici repoussoir de la République sociale tant crainte. Le choc des événements de juin 1848 pousse les différents courants socialistes à l’unité, une volonté qu’encourage Cabet. Il finit toutefois par partir aux États-Unis en janvier 1849, afin d’aider les pionniers qu’il y a envoyé : c’est là une tendance de fond que ce tiraillement entre action menée en France, guidée par l’espoir d’une victoire du camp progressiste, et réalisation de l’idéal tant espéré dans un ailleurs plus libre. Au Texas, en effet, les difficultés se sont accentuées, provoquant des dissensions et même la débandade de certains, pour finir par opposer les icariens souhaitant rentrer en France avec le remboursement de leur apport initial et ceux qui désirent poursuivre l’aventure. Ces derniers finissent par fonder une nouvelle communauté à Nauvoo, dans l’Illinois, avec un Cabet chassé de France suite au coup d’État de décembre 1851. Mais au bout de quelques années, en 1855, le divorce survient entre Cabet et une minorité d’icariens d’un côté, la majorité de l’autre. Les divergences tiennent à la demande d’un pouvoir personnel plus fort de la part du fondateur, mais également à une certaine lassitude de la vie en communauté, tandis que les majoritaires demeurent attachés à une vision plus entière, plus exigeante et plus libre. Étienne Cabet meurt finalement à Saint-Louis fin 1856, où il est d’ailleurs enterré, tandis que la communauté icarienne, dont la scissiparité se poursuivit, disparaît définitivement à l’orée du XXe siècle.

Le grand mérite de François Fourn, c’est donc de brosser un portrait complet et équilibré d’Étienne Cabet, mais en replaçant l’Icarie à sa place relative, il n’analyse pas de manière détaillée le livre qui l’a inspirée3, et néglige en partie de la resituer dans la longue histoire des utopies, en ne cherchant d’ailleurs pas à problématiser outre mesure ce terme oh combien polysémique. De manière plus générale, il manque à l’ouvrage une conclusion qui aurait permis d’élargir le propos strictement biographique, en menant des comparaisons plus poussées (avec les néo-babouvistes, les fouriéristes4, etc…), en mettant les analyses davantage en perspective et en se penchant sur la postérité de Cabet, l’évolution de son image, de sa perception jusqu’à aujourd’hui, en France et à l’étranger, la survivance éventuelle de caractéristiques propres à sa mouvance au sein du mouvement ouvrier ultérieur, etc.

1Sur les néo-babouvistes, voir l’étude d’Alain Maillard, La Communauté des égaux. Le communisme néo-babouviste dans la France des années 1840, Paris, Kimé, 1999.

2« (…) le communisme icarien est, à Lyon comme à Paris, d’abord reçu comme un moyen d’apprentissage à la république démocratique et sociale. » (p. 136).

3La vision qu’il défend et l’image qu’il donne des communautés américaines sont toutefois moins négatives que ce qui en apparaissait dans l’ouvrage de Jean-Christian Petitfils, Les Communautés utopistes au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2011, chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1976

4Voir en particulier Bernard Desmars, Militants de l’utopie ? Les fouriéristes dans la seconde moitié du XIXe siècle, Dijon, Les Presses du réel, 2010, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_divers.htm#desmars


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.