Michel Lequenne, Grandes Dames des lettres, tome 1. De Sappho à Ann Radcliffe, Paris, Syllepse, collection « Utopie critique », 2011, 288 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Michel Lequenne, figure atypique du trotskysme, poursuit au soir de sa vie le travail de finalisation de ses nombreux travaux encore inachevés, tant cet autodidacte érudit avait de fers variés sur le feu. Après nous avoir proposé une histoire du trotskysme français (Le trotskisme, une histoire sans fard) et surtout ses imposantes et passionnantes mémoires (Le Catalogue, tous ouvrages chroniqués sur notre ancien site), il nous offre le premier tome de figures d’auteures féministes, une galerie de portraits qui avait commencé à prendre forme dans les pages de la revue Cahiers du féminisme, au cours des années 1970. L’ensemble est ici remanié et enrichi, la finalité de Michel Lequenne étant de montrer en quoi l’émergence de cette littérature spécifiquement féminine est en même temps progrès du combat contre leur aliénation sociale.

Le propos est chronologique, et loin de tout mécanisme, l’auteur privilégie une approche marxiste de la littérature aussi fine que stimulante. Avec Sappho, la première auteure à sortir individuellement de l’ombre, on découvre ainsi une femme qui a su mettre à profit le creuset culturel de Lesbos, à la charnière des mondes grec et asiatique, pour développer une poésie tournée vers le plaisir personnel ; Michel Lequenne insiste d’ailleurs à juste titre sur ses origines aristocratiques, qui en font une adversaire des démocrates, mais lui permettent, en tant que représentante d’une classe en déclin, de profiter des libertés ouvertes par cette phase de transition1. Nulle surprise, dès lors, de savoir que le christianisme s’ingéniera à faire disparaître l’essentiel d’une production qui était admise dans l’Antiquité « païenne ». Michel Lequenne se penche ensuite sur un pan peu connu, celui de la littérature japonaise médiévale, à travers Le Dit du Genji de Murasaki Shikibu, véritable aboutissement littéraire digne, selon lui, de ce que produisit la littérature européenne des XVIIe et XVIIIe siècles. Avec des figures comme Héloïse, Marie de France ou la poésie courtoise « subversive » des femmes occitanes du XIIe siècle, on a de belles défenses de l’amour et de sa liberté. A la charnière du Moyen Âge et des temps modernes, Christine de Pizan et Marguerite de Navarre incarnent toutes deux un féminisme défensif. La première, véritable écrivaine professionnelle, sut se faire également critique politique et sociale (Le Chemin de longue étude, La Cité des dames), tandis que la seconde, sœur de François Ier, revendique, sous l’influence de la Réforme, une morale réformiste. Louise Labé se révèle par comparaison nettement plus audacieuse. Voilà en effet une femme, originaire de la bourgeoisie lyonnaise, qui signe un véritable « manifeste de la morale bourgeoise conquérante » (p. 90) ; Michel Lequenne, qui salue en elle une des plus grandes poétesses françaises, en profite pour faire un sort aux accusations misogynes qui font d’elles une « courtisane ». Moins connue, et issue d’une époque particulièrement éprouvante, celle des guerres de religion en France, Marie de Gournay, amie et légataire de Montaigne, revendique l’égalité entre hommes et femmes tout en défendant une langue française vivante, contre tout académisme.

La galerie se densifie avec les siècles classiques, de Madeleine de Scudéry, une des ces Précieuses, c’est-à-dire féministes, du XVIIe, à Madame de La Fayette, de Madame de Tencin à Julie Lespinasse, pour n’en citer que quelques-unes. Parmi les moins connues, Madame d’Aulnay, une figure toute d’ambiguïté : pointe avancée de la revisitation des contes de fée à la charnière des deux siècles, elle lutte contre le « soleil noir » du classicisme tout en restant imprégnée d’idéologie aristocratique. Deux anglaises viennent enfin légèrement contrebalancer un tableau sans doute un peu trop français : Aphra Benn, première auteure professionnelle de son pays, et Ann Radcliffe, pionnière d’un fantastique matérialiste typique du romantisme révolutionnaire. Bien sûr, il est toujours possible de pointer des manques, des absences, voire des curiosités (pourquoi mettre des majuscules à Chrétiens et Musulmans ?), mais ainsi que Michel Lequenne l’explique lui-même, c’est là une sélection subjective, qui vise à privilégier des figures dont l’interprétation actuelle ne lui semble pas toujours opportune. C’est aussi ce qui explique son engagement assumé aux côtés de toutes ces femmes, ainsi qu’il ressort de la longue discussion critique de l’article « Mariana Alcoforado » visant à prouver l’origine féminine des Lettres d’une religieuse portugaise. Si le propos est parfois très pointu (Madame d’Epinay), il demeure en général exigeant mais accessible. Deux articles complémentaires sont proposés en annexes, sans que leur origine respective ne soit toutefois signalée : « La place des femmes dans la littérature du 18e siècle »2 et « Hommes masqués en femmes ».

1« Ce n’est donc pas parce qu’elle était d’« avant-garde » que Sappho était lesbienne, mais bien plutôt, au contraire, parce qu’elle représentait sur le plan des mœurs comme de la religion un monde en train de disparaître. En somme dans une situation un peu comparable à ce que seront des femmes du 18e siècle, libérées dans les failles d’un système en état de décomposition, et par rapport au rigorisme misogyne bourgeois de la veille de la Révolution » (p. 14).

2Qui contient cette citation surprenante : « En fait, toute idée de révolution sociale est absente de la pensée des Lumières, parce qu’elle est absente de la pensée du siècle » (p. 263), oubliant totalement le radicalisme d’un Jean Meslier. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.