Laurent Maffre, Monique Hervo, Demain, demain. Nanterre. Bidonville de la folie, 1962-1966, Paris, Actes Sud BD/Arte éditions, 2012, 160 pages, 25 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce récit s’inspire largement du séjour qu’effectua Monique Hervo de 1956 à 1971 (date à laquelle le lieu fut rasé) dans le bidonville de Nanterre. Ce témoignage fut publié dans deux ouvrages, Bidonvilles : l’enlisement, La Découverte, 1971 et Chroniques du bidonville : Nanterre en guerre d’Algérie, 1959-1962, Seuil, 2001, dont on peut lire des extraits et des photographies dans un ajout à la fin du livre, permettant de visualiser ce que le dessin ne fait qu’esquisser. Le bidonville de Nanterre fut un des hauts lieux de la guerre d’Algérie en France, la lutte pour son contrôle entre les deux organisations nationalistes rivales, le Mouvement national algérien (MNA) de Messali Hadj1 et le Front de libération nationale (FLN) produisant des affrontements sanglants. Il témoigne par son existence même des conditions dans lesquelles le colonisateur envisageait dans la métropole l’accueil des populations ouvrières, poussée à l’exil et à l’immigration par les conditions de vie en Algérie. Certes, tous les travailleurs algériens n’ont pas transité par le bidonville, mais (très, trop) nombreux furent celles et ceux qui y sont passés en région parisienne. Mais l’histoire racontée ici se déroule juste après les dernières semaines du conflit, puisqu’elle commence le 1er octobre 1962 (la guerre finissant officiellement en juillet), par l’arrivée de la femme et des enfants de Kader, travailleur célibataire jusqu’alors et résident du bidonville. C’est donc à travers la vision de cette femme et de ses enfants que le récit est porté. Bien que l’on puisse regretter que le graphisme soit un peu rudimentaire, la dimension documentaire du récit retient toute l’attention du lecteur. Aller à l’école, à travers les flaques d’eau et la boue, constitue une épreuve quotidienne pour les enfant, victimes par ailleurs d’un ostracisme bien appuyé à l’école. Se soigner quand on est malade devient un calvaire pour la mère, tandis que le père s’épuise au travail. Dans un tel contexte, tenir propre son intérieur devient la hantise de Soraya, tandis que le toit fuit à la moindre averse. Dans cet environnement malsain, humide et froid en hiver, surchauffé en été, les conditions de vie représentent chaque jour une épreuve. Et le dossier de demande d’HLM n’avance guère. Année après année, les mêmes réponses, négatives à chaque fois, se répètent. Heureusement, la famille bénéficie de la solidarité de son voisinage, ainsi que des quelques contacts que le père a noué au travail. Finalement, les demandes finissent par aboutir, au bout de quatre très longues et épuisantes années. Si l’histoire s’arrête là pour la famille de Kader, elle se poursuit jusqu’en juillet 1971 pour d’autres familles algériennes. Ce n’est qu’à cette date que le bidonville est définitivement rasé.

De ce point de vue, cette émouvante bande dessinée constitue un solide et salutaire rappel des conditions déplorables d’accueil que la République française a réservé à celles et ceux qui ont été obligés d’émigrer dans l’espoir d’une vie meilleur. Un web-documentaire accompagne ce livre : wwww.bidonville-nanterre.arte.tv.fr. , pour les lecteurs qui souhaitent prolonger leur découverte de ce passé pas si lointain que cela.

1Lire Benjamin Stora, Messali Hadj (1898-1974), Paris, Hachette, 2004.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.