André Faber, Fensch. Les hauts fourneaux de repoussent pas, Paris, Éditions François Bourin, 2014, 131 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

« La vallée d’la Fensch ma chérie, c’est l’Colorado en plus petit. Y a moins d’chevaux et de condors mais ça fait quand même autant de morts », chantait jadis [1978] Bernard Lavilliers (Fensch Vallee). C’est précisément dans ce « pays » où les noms des villes se prennent pour des anges (Florange, Hayange, Knutange, Gandrange…) que André Faber situe son récit. Son livre, autobiographique, ne raconte pas les luttes des mineurs et des sidérurgistes, bien qu’il commence par la célèbre visite qu’y fit Nicolas Sarkozy, et sa promesse que jamais, oh ! grand jamais, l’aciérie d’Arcelor-Mittal ne serait fermée. On connaît la suite. André Faber est né dans cette Moselle ouvrière, dans une famille de métallurgistes. Très logiquement, il suit une formation d’ouvrier qualifié pour devenir lui-même sidérurgiste, mais le destin décide qu’il en soit autrement. Ce n’est pas tellement la fermeture, les uns après les autres, des centres miniers et sidérurgiques qu’il faut incriminer, mais la logique d’un parcours qui dévie peu à peu de son destin de classe. C’est donc un Bildunsgroman qui raconte avec beaucoup d’humanité comment le petit garçon, l’adolescent puis le jeune homme prend ses distances, dans la douleur, d’avec son milieu et son destin familial. Comme il l’écrit, « Les ouvriers mangent en usine, roulent en usine, se marient en usine, baisent en usine, crèvent en usine, sont enterrés en usine, ressuscitent rarement » (p. 72). Après son CAP, il commence, en internat, un bac professionnel. L’usine est déjà en lui, il vit l’usine, respire l’usine qui s’insinue dans l’univers de la formation. Mais André résiste de tout son corps, de toute son énergie. Il veut être écrivain. Il va tâter de la vie d’artiste, fuir, s’installer avec l’amour de sa vie, plus loin, en ville. Il a 18 ans et part à Metz, sans un sou. L’aventure dure quelques mois, le temps d’épuiser les maigres économies, manger de la « vache enragée », puis plus rien du tout. La bohème littéraire à laquelle il aspire est régie par des règles de classe. Pas question pour les déshérités de profiter du bon temps pour rêver, flâner et créer. La vie d’artiste. « Tu mettras de l’eau dans ton vin, tu pleureras des larmes de sang ». Voilà, comme l’indique le titre de son chapitre, la manière dont il vit la bohème. La nécessité va rapidement s’imposer. Il va y aller, finalement, à l’usine. Mais pas comme papa, attaché à une usine pour la vie. Il va faire intérimaire, pour les boulots les plus dégradants, les plus dangereux, les plus mal-payés, avec des ouvriers comme lui, mais en plus déglingués. André Faber continue son parcours plus tard, hors roman, puisqu’il devient finalement illustrateur de presse au Républicain Lorrain, métier qu’il exerce encore. Son récit est d’ailleurs parcouru de ses propres illustrations. Il n’a cependant pas oublié son milieu malgré un parcours exceptionnel par bien des aspects au regard du devenir des jeunes de sa génération. Le livre se conclut d’ailleurs par la narration de la conversation téléphonique de son copain d’enfance, sidérurgiste et militant syndical qui vient de gagner sa lutte contre le cancer. « Les hauts-fourneaux s’arrêtent, moi je ne m’arrête pas » conclut son camarade.

Cet émouvant roman, vibrant d’émotions devrait plaire à un large public. En tous les cas, il a déjà profondément ému Gérard Mordillat, qui en signe la préface.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.