Laurent Galandon, Damien Vidal, Lip, des héros ordinaires, Paris, Dargaud, 2014, 168 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Le conflit sans doute le plus popularisé de France (et bien au-delà) a fait l’objet de la publication de multiples livres, films (le dernier en date est celui de Rouaud, LIP. L’imagination au pouvoir. Disponible en DVD) ou téléfilms, d’une pièce de théâtre (Les yeux rouges), émissions radiophoniques… A l’ exception de Piotr et Wiaz (Les hors la loi de Palente, 1974), personne n’avait encore eu l’idée d’en proposer une adaptation en bande dessinée. C’est désormais chose faite avec cet ouvrage, préfacé par Jean-Luc Mélenchon1. Le récit de Galandon et Vidal se fait pédagogique, pour rappeler l’histoire de cette fantastique mobilisation durant plus d’une année. Les grandes étapes de cette lutte exemplaire sont évoquées ici, par le biais du destin singulier d’une jeune ouvrière de chez Lip. Cette dernière, Solange, est une OS (ouvrière spécialisée) de l’horlogerie, en couple avec un compagnon peu engagé, ni même progressiste. Le déroulement du conflit fait éclater ce couple mal assorti et lui fait découvrir, par le biais d’un journaliste venu couvrir le mouvement, une autre possibilité de réaliser sa vie. C’est autour de ces faits, purement fictifs, que viennent se greffer les éléments traités de manière quasi documentaire. Ce scénario permet à la fois d’évoquer, clairement et avec concision, pour les plus jeunes générations le déroulement d’une importante riposte ouvrière au développement du chômage de masse, en même temps que de ne pas limiter l’enjeu du conflit au strict terrain économique. Par l’évolution par strates successives de l’héroïne, de son implication dans le mouvement collectif, c’est en fait aussi l’histoire d’une libération de son statut de femme qui est en jeu. De ce point de vue, le scénario se révèle assez subtil et convaincant, de même que le traitement du récit en noir et blanc, qui s’imposait naturellement. L’option prise par les dessinateurs est tout à fait conforme au temps de l’histoire. Néanmoins, la dimension proprement bande dessinée n’est pas ce qui séduit dès l’abord. Donc, ce n’est sans doute pas par le caractère du trait que ce livre entrera dans la postérité, mais pour la fidélité à l’esprit d’un conflit atypique et pour son caractère mémoriel2.

1 A l’époque, Jean Luc Mélenchon était militant d’une organisation trotskyste (OCI) qui dénonçait violemment un mouvement animé par des « papistes ». Il affirme se reconnaître aujourd’hui dans ce combat. Captation d’héritage ?

2Cette bande dessinée se prolonge par un texte de Claude Neuschwander (PDG de Lip de 1974 à 1976, avant le second dépôt de bilan de l’entreprise) et quelques photos, peu connues. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.