Julian Mischi , Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Marseille, Agone, collection « Contre-feux », 2014, 332 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Après un premier volume1 consacré à l’ascension du PCF dans la période d’après la Seconde Guerre mondiale, le sociologue Julian Mischi livre un second tome, consacré cette fois-ci à son déclin. Son premier ouvrage était consacré à expliquer, sur la base d’une approche localisée sur plusieurs départements avec des archives très variées, comment les responsables du Parti communiste français avaient réussi à faire accéder les couches populaires (au moins une fraction de celles-ci) à l’engagement politique, contrecarrant (partiellement) la logique de sélection sociale sévissant dans le monde politique. Ce présent ouvrage explique pourquoi et comment, dans un mouvement dialectique, le parti et les classes populaires décrochent l’un de l’autre, aboutissant au résultat de Marie Georges Buffet, sa secrétaires générale, aux élections présidentielles de 2007 (1,93%), dépassée, horresco referens, par les candidatures de l’extrême gauche, Olivier Besancenot et Arlette Laguiller. Julian Mischi s’attelle donc à examiner les éléments qui peuvent expliquer le passage, rapide, du « grand parti de la classe ouvrière » au plus petit des petits partis. Certes, les conditions socio-économiques d’une société française en crise profonde pèsent sur ce phénomène. A cette fragilisation du statut salarial s’ajoutent des phénomènes de grande ampleur, comme la recomposition de la classe (liée à la salarisation des femmes et au développement de l’emploi tertiaire), mais aussi la massification scolaire qui se joue à partir du début des années 70, incluant une partie non-négligeable des classes populaires. Cependant, ces transformations, pour explicatives qu’elles soient selon l’auteur, ne sauraient expliquer réellement l’ampleur de la rupture entre le parti et les classes populaires qu’il représentait plus ou moins jusque là. C’est donc vers l’appréhension des modifications internes au PCF lui-même que l’auteur se tourne, là encore, en utilisant avec intelligence un ensemble de ressources archivistiques extrêmement précieuses. Face à cette différenciation interne des classes populaires, le PCF infléchit son discours, dans le sens d’une rupture avec l’idiome ouvrier. Le discours classiste, ouvriériste cède peu à peu la place à un discours plus consensuel, brassant large, mêlant une rhétorique humaniste à une approche liée à « l’air du temps ». En se débarrassant du stalinisme après la chute du Mur, le PCF abandonne aussi en chemin le discours ouvriéro-centré. Cela s’accompagne d’une modifications importantes des pratiques. Parti orienté vers l’entreprise et le monde du travail ou les lieux de vie (voir le rôle des municipalités), le Parti cède peu à peu à un mode de fonctionnement qui ne lui est pas spécifique et ne l’identifie pas comme parti lié au mode de vie populaire. La cellule d’entreprise se rétracte, c’est par le biais du syndicat (la CGT) que s’effectue la liaison avec l’univers du labeur, tandis que s’affirment de manière croissante des structures liées au territoire (cellule de quartier, de ville). Ces évolutions dans les modes d’organisation se doublent également d’un changement dans le profil social des dirigeants et responsables. La figure de l’élu tend de plus en plus à occuper une place centrale dans le dispositif communiste, y compris d’un point de financier. Les militants sont cantonnés aux tâches d’animation quotidienne, tandis que la politique du parti se joue dans les instances élues. De ce fait, les militants issus des couches populaires sont relégués au second plan, tandis que le personnel entourant les élus se voit, au contraire, accorder un rôle toujours plus croissant. Les liens noués avec les fractions populaires et la politisation de ces couches se trouvent délaissées au profit d’individus qui peuvent mettre en avant des compétences gestionnaires ou techniques, liées à l’exercice des mandats. Certes, le PCF, continue à se singulariser par rapport aux autres partis de l’échiquier (en particulier par rapport au PS), mais au fil des années, ces différences tendent à être de moins en moins perceptibles, conduisant finalement à le banaliser. Banalisation d’autant plus marquée que le parti communiste participe à plusieurs occasions aux gouvernements de gauche, qui développent des politiques toujours plus orientées vers ce qu’on nomme le social-libéralisme. De tous les points de vue, les années 80 et suivantes sont marquées par une profonde rupture entre l’univers communiste et les aspirations des classes populaires. Non seulement le changement n’a pas été au rendez vous, mais les dirigeants communistes ont largement participé à cette décrédibilisation des attentes de transformations sociales.

Le bilan que dresse Julian Mischi se révèle au final terrible pour les équipes dirigeantes communistes. S’il n’aborde que très marginalement la question de l’attrait du Front national sur les classes populaires, l’auteur n’en conserve pas moins l’espoir que le PCF puisse espérer un avenir moins sombre que le déclin dans laquelle il est engagé. Le développement de la stratégie de Front de gauche et de rassemblement lui semble constituer de ce point de vue un aspect plutôt encourageant. En tous les cas, Julian Mischi conclut sa pénétrante analyse par un appel à une certaine dose de « volontarisme politique » (p. 293). Pour lui, au nom du passé glorieux qui fût le sien, le PCF conserve un avenir et une capacité à renouer avec les milieux ouvriers et populaires.

1Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, 2010, compte rendu sur notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=836


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.