Howard Zinn, Se révolter si nécessaire. Textes & discours (1962-2009), Marseille, Agone, collection « Mémoires sociales », préface de Noam Chomsky, 2014, 516 pages, 26 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Grâce au travail des éditions Agone, l’historien anti-conformiste Howard Zinn est de mieux en mieux connu en France. Après avoir publié son classique, Une Histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours (plus de vingt ans après sa parution originale tout de même), ils sortent son autobiographie, L’Impossible neutralité, ainsi que des pièces de théâtre centrées sur des figures du mouvement ouvrier, Karl Marx le retour et En suivant Emma1. Voici désormais un recueil de divers textes, articles, conférences, et même comptes rendus de procès, proche de Nous, le Peuple des États-Unis…, qui reprend plusieurs anthologies du même type parus outre-Atlantique. En avant-propos, un de ses anciens élèves, Timothy Patrick McCarthy, propose quelques échantillons assez sidérants des critiques qui ont pu être faites, aux États-Unis mêmes, à propos du travail d’Howard Zinn ; à l’inverse, il défend sa mise en cause de l’objectivité – « (…) nier avoir un point de vue politique est déjà un point de vue politique. » (p. 20-21) – et insiste sur le fait que Une Histoire populaire… est d’abord une ouverture, une invitation à poursuivre les recherches, plutôt qu’une étude définitive.

Pas moins de vingt-six textes composent donc le recueil, dont quelques-uns avaient précédemment été inclus à L’Impossible neutralité. Il y a d’ailleurs une certaine redondance dans plusieurs d’entre eux, avec les évocations du parcours personnel du chercheur-militant, « historien par profession et militant par vocation » (p. 29), ses souvenirs de la lutte pour les droits civiques ou contre la guerre du Vietnam, et les considérations sur sa vision de l’histoire. En ressort une exigence éthique puissante, désireuse de toujours prendre le parti des victimes (« (…) le progrès, oui, mais à quel prix humain ? », p. 143), de s’intéresser aux gens du commun, aux « petites mains », en luttant contre l’idéalisation de l’État, la pensée dominante et même l’aveuglement révolutionnaire, bref en n’ayant pas peur de tout soumettre à la critique2. Cette conception de l’histoire est clairement utilitaire – « Notre but n’est pas de fustiger des politiques passées, mais de pousser les citoyens d’aujourd’hui à l’action. » (p. 44) -, visant à lui (re)donner un sens, et si sa mise en distance d’une conception scientifique de la recherche peut être dangereuse, elle a le mérite de questionner l’impartialité apparente ou revendiquée de certains historiens. Car oui, « (…) chaque fait présenté à un lecteur ou un auditeur implique un jugement – le jugement que ce fait-là est important. » (p. 101) Ce faisant, Howard Zinn ne se prive pas de souligner l’engagement nationaliste de bien de ses confrères dans « Les historiens pendant la guerre froide », posant la question des différentes fonctions des uns et des autres, de l’endroit d’où on parle pour faire simple, soulignant par là même les difficultés que lui et d’autres ont rencontré, aux États-Unis, pour conjuguer carrière universitaire et engagement (de manière nettement plus prononcée qu’en France, reconnaissons-le). Il « exécute » également le directeur de l’Université de Boston, John Silber, qui avait accepté la venue sur son campus de représentants des marines, dans un véritable pamphlet, « Les marines et l’Université », qui plaide également pour l’autogestion des institutions universitaires.

Dans « Trois guerres saintes », une conférence tenue à l’université de Boston en 2009, il questionne la pureté de la guerre d’indépendance, de la guerre de sécession et de la Seconde Guerre mondiale, manifestant clairement ses convictions pacifistes, tout comme dans sa réaction au 11 septembre 2001 (« La vieille manière de penser »). Il a également toujours à cœur de bien dissocier peuple et État, justifiant la désobéissance civile, s’interrogeant de la sorte « Sur le patriotisme », et rappelant les zones d’ombre de la politique extérieure étatsunienne3. La justice n’est pas délaissée non plus, que ce soit à travers l’exemple de « L’Affaire Sacco et Vanzetti »4, son témoignage à un procès visant à justifier le dévoilement du secret-défense5, ou pour dénoncer le châtiment de la prison (« Le crime de la punition »). Il exprime aussi, de manière plus explicite, son propre positionnement politique dans « Le marxisme et la nouvelle gauche », une contribution à un ouvrage collectif datant de 1969 : celui d’un communisme libertaire souple, axé sur l’action plus que sur la théorie (il défend le marxisme sous cet angle, considérant négligeable l’analyse de la plus-value, par exemple…), et très perméable aux évolutions conjoncturelles (les jeunes et les noirs comme possibles nouveaux sujets révolutionnaires, et la possibilité d’édifier ici et maintenant des noyaux d’une alternative sociale6). « Nouveaux abolitionnistes et stratégies d’action », qui aborde les abolitionnistes les plus véhéments du XIXe siècle dans le contexte de la lutte pour les droits civiques, est pour sa part principalement un plaidoyer pro domo visant à défendre les militants radicaux, susceptibles de davantage faire progresser les choses que les plus modérés.

L’ouvrage comprend également des études plus ponctuelles, sur le modèle de l’anthologie d’Éric Hobsbawm, Rébellions. La résistance des gens ordinaires. Jazz, paysans et prolétaires7, mais en nombre malheureusement trop réduit (« Hiroshima » n’est qu’un aperçu des recherches menées sur la nécessité réelle de ce bombardement atomique grandeur nature). « La grève des mineurs du Colorado (1913-1914) » revient sur un point d’histoire qui avait retenu Howard Zinn jeune chercheur, ce conflit ayant entraîné une répression particulièrement violente de la part d’une garde nationale clairement engagée du côté des patrons. On ne s’explique toutefois pas les nombreuses coupes pratiquées dans le texte, mais jamais justifiées. « Les limites du New Deal » revient sur cette période cruciale dans l’histoire récente des États-Unis, permettant de montrer à la fois la diversité des influences émanant de l’entourage de Franklin Roosevelt, et le refus de ce dernier d’aller jusqu’à franchir les limites d’une certaine orthodoxie capitaliste en s’appuyant sur les milieux populaires mobilisés. Ce recueil offre ainsi un portrait d’Howard Zinn davantage axé sur son militantisme politique que sur son travail de chercheur proprement dit, ce qu’on peut regretter, même si, de la sorte, il reflète parfaitement ce qui fut sa boussole pour l’essentiel de sa vie, l’engagement de l’histoire et de l’historien8.

1Tous ces titres sont chroniqués sur l’ancien site de Dissidences : http://www.dissidences.net/index_z.htm

2Howard Zinn n’échappe pourtant pas à certains moments à l’expression d’une relative naïveté, ainsi lorsqu’il juge que le plan Marshall a « (…) tenté d’humaniser nos rapports avec les autres pays. » (p. 115), ou quand il estime que « La conscience raciale est superficielle » (p. 295), manifestant un optimisme exagéré quant à la disparition du racisme grâce aux échanges entre individus différents (« Cet extérieur exubérant n’est en réalité pas plus épais qu’une membrane et disparaît au toucher – quand les êtres humains sont en contact physique de façon massive, égalitaire et prolongée »). De même, son opposition entre « activistes », plus purs, et « politiciens », inévitablement traîtres par rapport aux idéaux, pêche par un certain simplisme.

3« Mon but n’est pas de montrer que l’État libéral-démocratique s’est montré plus détestable que les autres, seulement qu’il ne l’a pas été moins. » (p. 203).

4« En réfléchissant et en étudiant un peu, on sait qu’il est vrai que ce qui a beaucoup d’importance dans notre système judiciaire, même plus que de savoir si vous avez fait ou pas telle chose, ce qui a beaucoup d’importance, c’est qui vous êtes, combien d’argent vous avez, de quelle couleur vous êtes, si vous êtes américain ou non et si vous êtes radical. » (p. 268).

5Il s’agit du procès Ellsberg en 1973, portant sur la publication des Pentagon papers, documents internes autour de la guerre du Vietnam.

6Un élément d’analyse que l’on retrouve dans « L’action directe contre la guerre du Vietnam », au propos plus large que ce que son titre pourrait laisser croire.

7Il est chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1453

8Sa biographie par Martin Duberman (Howard Zinn, une vie à gauche, Montréal, Lux éditeur, 2013) doit prochainement faire l’objet d’un compte rendu sur ce blog. Signalons également la thèse, non publiée, d’Ambre Ivol sur la vie et l’œuvre d’Howard Zinn.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.