Richard Wagman, La Palestine, une question juive, Paris, Edilivre, 2014, 358 pages, 24,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Derrière ce titre inattendu se cache le livre d’un militant antisioniste, membre fondateur de l’UJFP (Union juive française pour la paix). Dans sa préface, Michel Warschawski précise quelque peu la biographie de Richard Wagman, d’origine canadienne, par ailleurs membre du NPA (Nouveau parti anticapitaliste). La lecture permet de comprendre le sens du titre, car en effet, il y est nettement plus question des Juifs que de la Palestine. Cependant, plus qu’un ouvrage avec une thèse à défendre, une démonstration à conduire, ce livre se compose de multiples textes écrits à différentes époques. Certains remontent à plusieurs années ou sont le fruit de commandes. On trouve ainsi le texte d’une intervention réalisée à la fête de L’Humanité où Wagman expose les différentes composantes de l’opposition à l’occupation en Israël. C’est donc plus à un ensemble composite de contributions, à la longueur variée, qu’un livre au sens propre du mot. Cependant, malgré leur hétérogénéité, les multiples écrits rassemblés dans cet ouvrage dessinent le portrait d’une opposition déterminée à la politique de l’État d’Israël. L’auteur montre (souvent grâce à une lecture attentive de la presse israélienne) que la société est fortement marquée par des courants, des individus, des intellectuels, des journalistes, des associations, des sensibilités, qui ne partagent pas le projet de Grand Israël. Richard Wagman insiste sur des dimensions peu connues de la vie du pays. Ainsi, chiffres à l’appui, évoquant les nombreux juifs qui quittent Israël, votant en quelque sorte « avec leur pied » pour fuir un pays dans lequel ils disent étouffer, il n’hésite pas à avancer que après « la diaspora juive, il y désormais une diaspora israélienne » (p. 79). En multipliant les anecdotes, les billets, les brèves notes, largement issues des médias en hébreu ou de la diaspora de par le monde, Richard Wagman dénonce sans concession ce qu’il appelle les formes d’« apartheid » entre Juifs et Arabes qui se mettent en place (« La terre promise »).

Certes, avec cette manière de procéder, le lecteur risque d’être un peu soumis à la redondance et à la fragmentation des informations, ce qui peut nuire au propos. Malgré tous les obstacles, les difficultés et les haines qui parcourent cette terre, ce militant n’en reste pas moins optimiste sur la possibilité de dépassement de la politique israélienne, au nom précisément des valeurs juives d’humanité et de compassion. Constater que l’ensemble de la population juive d’Israël ne s’aligne pas sur la politique de l’État représente pour cet auteur un facteur positif pour l’évolution de la situation des habitants de cette région du monde, même si d’autres facteurs ou paramètres ne sont pas à négliger.

Richard Wagman n’a pas la prétention de faire œuvre d’historien. Son ouvrage participe d’un corpus militant sur la question palestinienne et le sionisme. C’est dans cette optique que les chercheurs travaillant sur ces questions peuvent se saisir de ces pages.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.