Claude Jeancolas, Rimbaud l’africain, Nanterre, Textuel, 2014, 642 pages, 27 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Claude Jeancolas offre ici, à propos de la dernière partie de la vie du poète dans la corne de l’Afrique (au Yémen, d’abord, dans l’actuelle Éthiopie, ensuite), une somme considérable, avec pour objectif « de mieux comprendre l’expérience africaine de Rimbaud et son épaisseur humaine » (p. 15). Il le fait en étudiant les écrits des contemporains et voyageurs (dont certains le connaissaient) dans cette région, car, paradoxalement, les lettres de Rimbaud, sèches et abruptes, donnent très peu d’information sur la vie là-bas.

Le livre, structuré thématiquement, géographiquement (en fonction des lieux traversés par Rimbaud) et chronologiquement, cerne au plus près, dans ces régions particulièrement hostiles, la figure du poète comme « notaire marginal » (p. 15), colon antithétique, lui qui avait pourtant écrit des poèmes violemment anti-colonialistes. Ainsi, l’auteur écrit : « la version officielle de son attachement à la corne de l’Afrique est la quête de la fortune. Qui peut le croire ? Un garçon aussi intelligent savait bien qu’il y avait des moyens plus rapides et plus faciles de faire fortune. Ce qui le retient en Afrique, malgré les difficultés, c’est tout ce qui entoure ce prétexte officiel » (p. 35). D’où le décalage entre les constantes récriminations dans les lettres de Rimbaud sur l’argent et le commerce, d’une part, et des pratiques et projets, qui sont autant de sabotages de l’homme d’affaires, d’autre part. Décalage également avec toute mission civilisatrice dont s’enorgueillissait alors le colonialisme. Rimbaud, qui parle arabe, lit le Coran, s’habille à la façon locale, écrit trouver sa vie absurde, le travail vain, et se plaint tour à tour de la bêtise des rares Européens qu’il croise et des indigènes. Nul privilège : ils sont renvoyés dos à dos. Une lettre du 25 février 1890 donne la clé de son jugement : « les gens du Harar ne sont ni plus bêtes, ni plus canailles que les nègres blancs des pays dits civilisés, ce n’est pas du même ordre, voilà tout » (cité p. 612).

L’auteur fait justice des mythes et contre-vérités qui continuent à circuler, à propos d’un Rimbaud marchand d’armes et/ou d’esclaves, de son homosexualité pratiquée en Afrique, etc., tout en éclairant quelques zones d’ombres de sa vie intime là-bas ; ces « mystères de l’affection », comme le nomme Jeancolas. Quant au silence de Rimbaud, il est appréhendé sous l’angle du « suicide raté », de la fuite de la poésie. Cependant, son écriture aurait mérité une analyse plus fine et dialectique, dans le sillon d’Annick Louis, évoquant, à propos notamment des récits de Rimbaud pour la Société de géographie, une écriture « non-littéraire », se construisant « dans la fascination et le rejet simultanés du récit romanesque »1.

Le livre restitue bien les enjeux coloniaux de l’époque et la particularité d’une région, objet de disputes âpres entre les diverses puissances coloniales, mais qui réussit à se maintenir indépendante. Il souligne les rivalités entre les différentes ethnies, qui s’inscrivaient – de même que l’esclavage – dans l’économie locale des frontières et caravanes, à travers principalement les droits de douanes, et un environnement désertique très dur, qui imposait des règles strictes autant que la solidarité. Ressortent de ces pages, outre quelques voyageurs aux caractères bien trempés, la figure de Ménélik, avec qui Rimbaud était en affaire et qu’il connaissait bien, comme en témoigne son article pour Le Bosphore égyptien en août 1887. Intelligent, rusé, guerrier, il réussit à protéger son pays des ambitions coloniales, et remporta, en 1896, la première victoire d’une armée africaine contre une puissance européenne.

Cet essai représente cependant un document plus qu’un récit. La masse d’informations et de détails rend la lecture parfois pesante et répétitive, moins agréable à lire que le désormais classique Rimbaud en Abyssinie d’Alain Borer (Seuil, 1984) – indépendamment de plusieurs assertions critiquables de cet ouvrage. De plus, Claude Jeancolas pêche parfois par un souci d’éclairer mécaniquement certains aspects de l’épopée africaine du poète par ses écrits de jeunesse. Reste que ce livre constitue aujourd’hui la meilleure synthèse de la vie de Rimbaud en Afrique et du contexte dans lequel il vécut.

1Annick Louis, « Homo explorator. L’écriture « non littéraire » d’Arthur Rimbaud, Lucio V. Mansilla et Heinrich Schliemann » dans Revue de littérature comparée, n° 324, 2007/4.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.