Jean-Luc Loyer, Sang noir. La catastrophe de Courrières, Paris, Futuropolis, 2013, 130 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette belle BD relate l’histoire de la catastrophe de Courrières, en 1906. Le 10 mars de cette année-là, à 6 h 30, avait lieu la plus grande tragédie minière de tous les temps : 1 099 mineurs perdent la vie. Parmi eux, on compte 242 enfants. Dans un magnifique noir et blanc teinté sépia, ce livre relate les conditions dans lesquelles s’est déroulée cette catastrophe. L’explosion dans la mine n’avait rien de naturelle, mais était le fruit du manque d’investissement dans les infrastructures et les mesures de sécurité pour les ouvriers. Cette catastrophe provoque une grève, à la suite des obsèques des mineurs morts. Le mouvement s’étend dans les cités minières à proximité de Courrières. La grève scinde en deux le camp des ouvriers, entre le vieux syndicat (dirigé par Emile Basly), un des plus anciens de la jeune CGT, très puissant mais parfaitement modéré et le courant syndicaliste révolutionnaire emmené par Benoît Broutchoux, nettement plus radical1. Confronté à la durée de la grève, à sa radicalité, Georges Clemenceau, ministre de l’Intérieur, fait appel à la troupe. Dans L’Humanité, Jean Jaurès prend la défense des mineurs. Alors que la grève se poursuit aussi dans les débats au Parlement, un fait inouï se produit : treize mineurs qui avaient été comptés parmi les victimes ressortent du puits après 19 jours, preuve éclatante que la compagnie n’a pas non plus fait tous les efforts pour retrouver les survivants. Le ton monte encore un peu plus entre les grévistes ulcérés par ces nouvelles et les non-grévistes. Des affrontements ont lieu sur le carreau de la mine, des militaires sont attaqués. Georges Clemenceau hausse le ton et fait intervenir 25 000 soldats qui envahissent littéralement le Nord-Pas-de Calais. La grève est finalement vaincue et quelques mois plus tard, le tribunal de Béthune prononce un non-lieu contre la compagnie minière, dégagée de toute responsabilité pour cet accident. C’est cette histoire tragique que raconte cet ouvrage. Une partie documentaire complète la bande dessinée. Y est notamment reproduit un éditorial « Justice ! » de Jaurès, du 11 mars 1906, monument de l’art journalistique. Des références bibliographiques et cinématographiques permettent de prolonger la connaissance de ce passé. Sang noir, bande dessinée historique, est une réussite de part en part, à verser au dossier des luttes ouvrières.

1Sur le personnage de Benoît Broutchoux, il existe une bande dessinée, dans le style des Pieds nickelés de Forton, de Phil Casoar et Stéphane Callens, Les aventures épatantes et véridiques de Benoît Broutchoux, Paris, Le Dernier terrain vague, 1979.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.