Henri Mélich, A chacun son exil. Itinéraire d’un libertaire espagnol, La Bussière, Acratie, 2014, 220 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Co-écrit avec l’aide de son petit-fils, ce livre de Henri Melich retrace les souvenirs d’un militant libertaire espagnol en France. En effet, l’auteur était trop jeune pour avoir combattu les troupes franquistes. C’est tout enfant qu’il franchit la frontière avec ses parents, dont son père milicien de la CNT. Toute son existence se déroule en France, mais le regard, le cœur et l’activité sont tournés vers l’Espagne natale. Ses parents échappent aux camps de regroupement pour les combattants, du fait qu’une partie de la famille vivait déjà en France, pour des raisons économiques. Très rapidement, le jeune Mélich devient un très grand lecteur. Son témoignage est parsemé des très nombreuses lectures qu’il a fait sa vie durant, au point, quelques décennies plus tard, de devenir libraire, diffusant largement la littérature espagnole et libertaire dans son magasin. Mais auparavant, durant la Seconde Guerre mondiale, il participe au passage d’exilés espagnols en France avant, en 1944, de s’engager dans le maquis. Il fait partie des combattants qui libèrent Narbonne, les armes à la main. Il poursuit la guerre jusqu’en Allemagne, et à son retour adhére à la CNT. Par la suite, il participe aux tentatives de créer des zones libérées en Espagne, idée promue par les libertaires. Mais l’affaire relève plus de l’aventure que d’un plan sérieusement mûri. Surtout, il y avait l’illusion que la chute du nazisme allait entraîner également la chute du franquisme et que les forces alliées allaient chasser le dictateur. C’était donc le rôle des anarchistes que de préparer le terrain et d’installer des bases libérées. Mais cet espoir s’est rapidement avéré vain, les forces anglo-américaines privilégiant la stabilité de l’Europe et certainement pas le prolongement du combat antifasciste. Plusieurs de ses connaissances et camarades sont capturés ou tués. Cela n’empêche pas Henri Mélich de poursuivre une activité clandestine en Espagne, accompagnant des militants ou faisant transiter des documents. Puis il s’éloigne de la frontière pour migrer jusqu’à Toulouse où se concentre l’essentiel du mouvement libertaire en exil, clivé entre ceux qui souhaitent prolonger la résistance unie autour de la République et ceux, plus radicaux, qui souhaitent une activité de nature révolutionnaire. Il franchit un nouveau cap en adhérant à la FA et aux Jeunesses libertaires. L’engagement prend de multiples formes, comme le projet d’enlever le consul d’Espagne à Toulouse (projet avorté) ou l’adoption de nombre des valeurs libertaires. Ainsi, par exemple, il fréquente le milieu des végétariens et des libres penseurs, s’adonne à l’espéranto. Il songe même à se faire vasectomiser, mais y renonce par amour. Cela lui permet d’avoir deux enfants avec sa compagne, puis considérant avoir rempli son rôle, il finit par réaliser son projet malthusien. Toujours grand lecteur, il prend en charge l’édition du journal Ruta, puis un autre organe. Comme il le signale lui-même « Notre activité était surtout culturelle ». (p. 135). Il signale que lorsque l’ETA a commencé son activité, c’est grâce aux liens avec les milieux libertaires que le mouvement séparatiste basque a pu s’approvisionner en armes. A cette période, la CNT en exil s’était lancée dans une campagne d’attentats à la bombe en Espagne, conduisant à une série d’arrestations en France et en Espagne. En 1965, il rompt avec le mouvement libertaire en exil, sur la base des divergences politiques. On regrette que les documents ne soient pas exploités ici, car c’est un épisode peu connu. Tandis que les plus jeunes souhaitent poursuivre l’action en Espagne (y compris par la lutte armée ou des attentats), les plus anciens envisagent l’action sous d’autres formes. C’est un tournant dans sa vie, il s’éloigne du militantisme direct et change de métier, devenant représentant de commerce pour les éditions Ruedo Iberico (éditions sur lesquelles il existe une thèse de Maria Aranzazu Sarra Buil, Cuadernos de Ruedo Ibérico. Exil, culture d’opposition, mémoire historique1), travail qui l’occupe de nombreuses années, avant qu’il ne fonde sa propre librairie à Perpignan. Librairie qui diffuse essentiellement de la littérature espagnole, ainsi que toute la prose anarchiste. L’endroit devient un point de repères pour tous les libertaires, si bien qu’il est la cible d’un attentat à la bombe en 1976. Une dernière étape est franchie quand il s’essaie à l’édition en Espagne, après la chute du franquisme, mais l’aventure tourne court. C’est sur des notes un peu nostalgiques d’une époque révolue que se terminent cette évocation, très intéressante, à travers le destin d’un homme, de l’évolution d’un courant politique qui s’est difficilement maintenu après son échec durant la guerre civile. Quelques documents complètent le livre, ainsi qu’une postface, émouvante, de son petit-fils qui dit avoir découvert son grand-père à travers les entretiens conduits pour écrire le livre. Livre qui tranche assez fortement avec bon nombre de témoignages produits sur l’Espagne, car l’auteur n’a jamais participé en fait aux combats de la période 1936-39.

1 Remerciements à Julien Hage pour m’avoir indiqué ce travail.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.