Alain Testart, L’Amazone et la cuisinière, anthropologie de la division sexuelle du travail, Paris, Éditions Gallimard, collection « Bibliothèque des sciences humaines », 2014, 188 pages, 17,90 €.

 

Un billet de Florent Schoumacher

« Une bonne explication scientifique est une explication qui rend compte de tous les phénomènes observés y compris dans leur détail. Qui explique pourquoi dans tel cas on observe telle chose et pourquoi dans l’autre cas on ne l’observe pas » (Alain Testard, p. 25).

Après avoir été reçu au concours d’ingénieur de l’École des mines de Paris, Alain Testart démissionne, par ennui pour ses fonctions d’ingénieur. Il reprend ses études en ethnologie à la fin des années 1970. Il entre au CNRS en 1983 puis devient professeur au Collège de France. Il y occupe la chaire d’anthropologie sociale jusqu’à sa mort (2013). Ce présent ouvrage est le testament intellectuel de ce chercheur. Ce livre a été écrit pendant les vingt dernières années de sa vie, à partir de ses innombrables recherches, notamment sur la Préhistoire et sur les « chasseurs-cueilleurs ». Alain Testart était connu notamment pour ses études mettant à mal les poncifs habituellement attribués aux « chasseurs-cueilleurs », à partir de ses propres observations concernant certaines peuplades aborigènes, et plus particulièrement celles d’Australie. De même il remettait en cause le communisme matriarcal originel perçu comme un vrai « mythe », mais pas forcément étayé par des faits scientifiques, notamment dans l’hémisphère Sud. Son intégration dans le milieu de l’ethnologie ne fut pas évidente, car Alain Testart s’opposait au structuralisme1. Ainsi sa biographie nous livre-t-elle : «Toutefois mon opposition au structuralisme, mes options explicitement évolutionnistes2, mon intérêt marqué pour la culture matérielle, tout cela rendait difficile mon intégration dans les milieux anthropologiques. Au cours de ma carrière, je devais m’entendre dire à plusieurs reprises que je n’étais pas un ethnologue, ce qui me laissait relativement froid, ayant conscience que ce que j’entreprenais avait peu de rapport avec l’ethnologie telle que je la voyais pratiquée depuis qu’elle existait. »3.

Ici, il nous livre ses thèses concernant la division sexuelle du travail. Fort d’innombrables études et d’observations, ses idées bouleversent pas mal de nos anciennes connaissances sur cette division4. Si l’on se réfère à Friedrich Engels, celui-ci écrivait notamment, dans l’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État5, que : « Dans un vieux manuscrit inédit [L’Idéologie allemande, NDLR], composé par Marx et moi-même en 1846, je trouve ces lignes: «La première division du travail est celle entre l’homme et la femme pour la procréation. » ». Engels complétera cette assertion par l’étude du mariage : « La première opposition de classe qui se manifeste dans l’histoire coïncide avec le développement de l’antagonisme entre l’homme et la femme dans le mariage conjugal, et la première oppression de classe, avec l’oppression du sexe féminin par le sexe masculin»6. Rien n’est moins sûr, lorsque l’on lit attentivement l’ouvrage qui fait l’objet de ce compte-rendu. En effet, en observant différentes peuplades à travers le monde, Alain Testart tente de chercher un dénominateur commun à l’ensemble de celles-ci, concernant la division sexuelle du travail. Il compare d’ailleurs cette division « primitive » à celle existant dans nos sociétés contemporaines : pourquoi des femmes sont-elles exclues ou sous-représentées dans des emplois ? Pourquoi les femmes sont-elles « interdites » dans certains rassemblements culturels ?…

Alain Testart commence son premier chapitre par une vérité qui me semble pas évidente, qui s’oppose même à tout ce qui été dit jusqu’à présent sur le travail des femmes : « certains pensent que si les femmes de notre temps travaillent, elles ne le font guère que depuis un siècle ou deux… c’est faux les femmes ont toujours travaillé, en dehors bien sûr de la noblesse ou d’une certaine bourgeoisie du XIXe siècle qui l’a imité. En dehors des classes favorisées, les femmes ont toujours travaillé aux champs, à la ferme, comme domestiques. Celles d’Occident, comme celles d’extrême Orient ou d’Afrique Noire ». Alain Testart explique ainsi que tout travail a été pendant longtemps, jusqu’à la révolution industrielle, essentiellement un travail domestique y compris pour le « sexe fort ». Ce n’est qu’avec la modernité, que le travail a quitté la sphère de la domesticité, tant pour la femme que pour l’homme. De même, l’anthropologue redéfinit ce qu’il convient de nommer « le sexe fort » et « le sexe faible », et nous démontre d’ailleurs magistralement que ces adjectifs sont utilisés à fort mauvais escient, comme l’on peut s’en douter.

Tout au long de ce petit opuscule accessible à tous, l’anthropologue définit différents préjugés sur la division sexuelle du travail. Nous pouvons en citer particulièrement trois : la division sexuelle du travail liée à une certaine modernité par l’industrialisation, celle liée à une certaine mobilité et la dernière liée à une certaine force physique. Pour le premier préjugé, l’argument classique et traditionnel revient à dire, comme le fit par ailleurs Engels dans L’Origine de la famille… ou dans les années cinquante Simone de Beauvoir dans Le Deuxième sexe7, que la femme a réellement acquis un statut social lorsque l’industrialisation a nécessité un fort accroissement de la main-d’œuvre. Or différents chapitres de l’ouvrage démontrent justement que la femme (dans quelques ethnies et tribus) est vitale dans le processus de la division du travail et qu’elle possède même parfois un statut particulier en terme de main-d’œuvre, hors de tout procès d’industrialisation. Le contre-argumentaire d’Alain Testart est d’ailleurs cinglant : même l’homme travaille dans une sphère domestique avant l’industrialisation, que cela soit au niveau de l’artisanat (atelier au pied de son domicile), ou pour le paysan.

Le contre-argumentaire sur la division sexuelle du travail par la mobilité, deuxième préjugé, est des plus intéressants et s’oppose à la grande thèse « naturaliste » assez répandue en anthropologie. Cet argument naturaliste répond à l’exigence suivante : s’il y a une division sexuelle du travail, c’est tout simplement parce que femmes et hommes ne sont pas égaux en ce qui concerne « la mobilité ». Il faut entendre ici la mobilité comme tout ce qui est de l’ordre du mouvement de translation d’un point à un autre. L’argument naturaliste principal nous livre que, par exemple, toute chasse suppose une traque. C’est pourquoi les hommes, non touchés par des problématiques féminines (menstruation, grossesse, éducation des enfants), s’occupent de la partie « chasse » alors que les femmes s’occupent plus particulièrement de la partie « domestique », car les tâches au sein de celle-ci sont plus immobiles. Là aussi le contre-argumentaire d’Alain Testart est sans appel : d’une part, il existe des chasses immobiles (chasse au phoque chez les Inuits notamment), et d’autre part, même exclues à titre principal, les femmes chassent dans certaines ethnies avec une observation de la récurrence de ce fait (Japon, Amérindiens…). De telle sorte que cet argumentaire sur la mobilité ne tient pas pour l’exclusion de la chasse, car il existe d’autres formes de chasse ne nécessitant pas la mobilité (piégeage etc.) et des formes spécifiques de chasse laissées aux femmes dans la plupart des ethnies.

Le troisième préjugé contre la division sexuelle du travail se présente sous l’argumentaire que tout le monde connaît, à savoir qu’il existerait un « sexe fort » et un « sexe faible ». En substance l’argumentaire est simple, bien trop : l’homme ayant une masse musculaire plus importante que la femme, c’est à lui que reviennent les tâches liées à une capacité de force physique brutale. C’est ici que l’anthropologue met en avant l’ensemble de ses recherches et notamment l’étude des peuplades de « chasseurs-cueilleurs ». L’argument vaut à lui seul la lecture de cet ouvrage. Nous n’allons pas le développer ici, laissant au lecteur le soin de s’y reporter, nous contentant de prendre un exemple typique démontrant que cette répartition par la force est erronée. Lors de l’émergence de la faux en remplacement de la faucille vers le IVe siècle avant notre ère, l’homme semble s’être arrogé le droit d’utiliser cet outil. On peut croire en effet que la force « virile » semble nécessaire au balayage latéral de hautes herbes et des céréales. Pourtant, si nous revenons aux céréales, dans le même temps et le même processus (la moisson), on voit souvent des femmes représentées lors de celle-ci avec des fléaux servant à battre des céréales, afin d’en tirer les grains8. En comparaison égale, la force musculaire nécessaire à l’utilisation du fléau est plus importante que celle nécessaire à l’utilisation de la faux. Alain Testart, reprenant les arguments du célèbre anthropologue André Leroi-Gourhan, fait le distinguo entre la « percussion lancée » (lance, flèche, poignard…) et la « percussion posée » (écrasement, masse, fléau…). En somme, l’un transperce et fait jaillir le sang, l’autre écrase et ne provoque pas forcément d’hémorragie externe (si l’on évoque la chasse).

Une fois critiqués l’ensemble des préjugés concernant cette division sexuelle du travail, Alain Testart développe ce qui est à son sens la véritable origine de cette division sexuelle, qui n’est plus liée à l’immobilité de la femme, à leur force musculaire limitée ou tout simplement à leur confinement à la sphère domestique. Et la thèse de l’auteur est particulièrement stimulante. Elle est développée au fur et à mesure des chapitres sous forme d’assertions les plus rigoureuses possibles permettant de synthétiser les différents apports de chaque chapitre. Finalement, à quoi est alors due la division sexuelle du travail ? Cela tient en un seul concept exposé au début de son étude : le sang. En effet, Alain Testart pointe l’existence de certaines contradictions fondamentales.

  1. La plus importante : la femme et le sang. On éloigne la femme de ce qui lui est trop semblable : le sang versé par un animal ramène à la condition de la menstruation. Son assertion est alors la suivante : « la femme ne peut faire jaillir le sang parce qu’il est question d’un tel jaillissement dans son corps » (p. 80).

  2. La matière dure et la matière molle. On privilégie les femmes dans le travail des « matières molles » sous couvert de faiblesse physique : « Ce travail long et pénible [le travail du fer] et qui requiert une force certaine, est-il irréalisable par les femmes ? J’ai du mal à le croire quand je vois en Afrique des femmes piler des heures durant le mil ou le riz en élevant en cadence des pilons de bois aussi grands qu’elles pour les laisser retomber lourdement sur le grain » (p. 60). Ce processus dans la fabrication perdure encore aujourd’hui : « En dehors des services… c’est encore l’industrie textile qui a le plus haut taux de féminisation… aussitôt que l’on considère le travail sur le métal, dont l’orfèvrerie, le travail sur bois, les taux nationaux s’effondrent : la participation des femmes va de 1% ou même de 0% pour le travail qualifié à 14,25% ou 30% pour le travail qualifié » (p. 13).

  3. Le microcosme et le macrocosme. Une légende antique, citée par Pline l’Ancien, indique qu’une femme dénudée et réglée sur un bateau empêche les tempêtes de frapper le navire (p. 67). Cela suppose que le dérèglement intérieur (règles) a une interaction sur le dérèglement extérieur (météorologique). Bien que cette légende n’ait plus cours, il est intéressant de constater que les femmes sont toujours mal venues sur un navire par peur qu’elles ne troublent à la fois l’équipage et la météorologie (aujourd’hui, elles ne représentent toujours pas plus de 2% au maximum des 1 250 000 marins recensés à travers le monde).

  4. La fertilité et l’infertilité : la femme réglée, inféconde, gâte graines et fruits car elle s’oppose à la « terre-mère », féconde (p. 66)9.

En fait, on éloigne la femme de ce qui est trop semblable à elle : soit à cause des menstruations et de l’épanchement de sang, soit à cause de la maternité. Par exemple, le four sidérurgique, dans la plupart des peuplades et aujourd’hui encore dans nos sociétés, est assimilé à un ventre d’où « nait » le fer dans le creuset (p. 64). Autre exemple, dans la société berbère, le métier à tisser est réputé être « l’honneur des femmes » (p. 77). Toutes les manipulations sont donc faites par des femmes en autonomie sauf… couper le fil de la trame. Exécutée au couteau ou au ciseau, c’est une femme âgée (ménopausée) qui se charge de cette tâche, voire un homme. L’explication de la division sexuelle du travail n’est ainsi pas « naturaliste » mais « culturelle » car liée à un fort symbolisme : « c’est donc vers une explication qui combine les motifs symboliques et les contraintes économiques que nous nous orientons » (p. 31). L’anthropologue, en multipliant les exemples et les thématiques (la mer, les gestes techniques féminins, les poncifs sur les femmes en cuisine – rater une mayonnaise du fait des règles), transporte le lecteur dans un constant va-et-vient entre peuples primitifs et sociétés contemporaines, les premiers expliquant finalement le sexisme des secondes.

Avec la lente émergence des métiers, à partir du IVe siècle avant notre ère en passant par le Moyen Âge des corporations jusqu’à la Renaissance, le mâle en tant que chef de famille va prendre le dessus et assurer la pitance à sa famille: « Sur plus de cent métiers érigés en corporations en France en 1691, on ne trouve guère que quatre métiers féminins : lingères, couturières, sages-femmes, bouquetières (marchande de fleurs sur les lieux publics) » (p. 122). Ce processus ne fera que s’accentuer, excluant de plus en plus la femme de l’emploi, non à cause de ses capacités intrinsèques que l’on juge plus limitées, mais par une véritable violence symbolique, pour reprendre le vocable bourdieusien. Alain Testart critique aussi dans son chapitre 18 l’idée d’un matriarcat ayant existé dans une sorte de communisme primitif  « plus on s’éloignait de ces contrées nordiques [il vient de traiter des peuples amérindiens d’Amérique du Nord], pour rejoindre le Mexique ou la mésoamérique avec ses grandes civilisations Mayas, Aztèques, plus s’affirmait le travail des hommes dans l’agriculture » (p. 113).

Bien qu’il y ait une différence biologique entre la femme et l’homme, et que cette biologie (règles, grossesse, maternité) influe « naturellement » sur la femme, « la division sexuelle du travail est un phénomène éminemment culturel » souligne l’auteur (p. 89). C’est le fruit d’un processus long et culturel qui se renforce lorsque l’impact économique devient concurrentiel, non initialement à titre principal pour opprimer la femme, mais tout simplement pour accroître le pouvoir masculin face aux autres hommes, ce qui nécessite de déconsidérer la femme et lui trouver un rang subalterne, quitte à produire des cosmogonies (explication de l’univers par une mythologie). En somme, pour résumer :

  1. Plus on s’éloigne du sang, plus la place de la femme est importante dans le processus de la division sexuelle du travail.

  2. Plus on s’éloigne des peuples « primitifs », moins il y a de femmes à un rang important dans le processus de la division sexuelle du travail (p. 114).

A cette assertion, nous pouvons ajouter ceci  : ce sont bien les données biologiques réelles observées qui provoquent des interprétations cosmogoniques de leurs manifestation, faute d’explication scientifique. L’étude d’Alain Testart est un livre essentiel à lire absolument, et pas uniquement pour qui aime jeter bas les poncifs, a priori, certitudes…

1Si le terme vient du linguiste Ferdinand de Saussure, c’est avant tout un concept qui donne naissance à une école linguistique où la structure d’un énoncé est privilégiée sur l’atome linguistique, la langue envisagée comme une structure (Cf. Emile Benvéniste). Il fut découvert dans les années 1940 par Claude Lévi-Strauss, alors exilé aux États-Unis, qui tentera d’importer cette conceptualisation dans le domaine de l’anthropologie. Pour ce dernier, l’anthropologie structuraliste (il dira « structurale ») a pour but d’atteindre la structure inconsciente sous-sous-jacente à chaque symbole, institution, coutume, pour devenir un principe d’interprétation valide. Devenu hégémonique entre les années 1960 et 1970 notamment en France, le structuralisme perd ensuite largement de son aura. Lévi-Strauss a transposé des hypothèses linguistiques en thèses scientifiques, mais le structuralisme n’a jamais été en mesure de démontrer ses hypothèses. Plus dérangeant encore, pour certains « l’inconscient structurel » ne serait qu’un concept flou, indéfini, qui cache mal son ethnocentrisme renvoyant au principe unitaire des religions monothéistes. Du reste, Lévi-Strauss ne publiera jamais le tome 3 de « l’anthropologie structurale » sous ce titre. Notons qu’il s’opposa a priori au métissage culturel dans son ouvrage Race et Culture (1971) en indiquant que « la lutte contre toutes les formes de discriminations participe à ce même mouvement qui entraîne l’humanité vers une civilisation mondiale destructrice des vieux particularismes ». Y voyait-il la fin même de la fonction d’anthropologue dans un futur loin d’être immédiat ?

2L’évolutionnisme est à proprement parler le premier courant théorique de l’anthropologie. Elle renvoie bien entendu au scientifique britannique Charles Darwin (1809-1882) mais partiellement. En effet, dans la Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe (1871), paru après De L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle (1859), Darwin s’oppose aux excès de l’évolutionnisme anthropologique nommé « social-darwinisme », fruit des travaux d’un scientifique raciste britannique Herbert Spencer (1820-1903). Il faut souligner du reste qu’à partir d’observations scientifiques, Darwin induit la « sélection naturelle » qu’il emprunte au malthusianisme pour expliquer sa théorie du « struggle for life ». Quant à l’évolutionnisme anthropologique, il est fondé par Lewis Henry Morgan (1818-1881) qui fut le fondateur tout simplement de l’anthropologie elle-même. Morgan entreprit, dans Ancient society (1877), de comparer les institutions sociales de l’Antiquité occidentale classique avec celles des peuples primitifs contemporains, cherchant en celles-ci la clef de l’intelligibilité de celles-là. A proprement parler Alain Testart serait un néo-évolutionniste. En effet, le néo-évolutionnisme part de faits empiriques (de la paléontologie, de l’archéologie…) afin d’en déduire un certain nombre de thèses à partir de matériaux concrets (études, croquis…). Le sens général de l’évolutionnisme est de signifier que toute civilisation va dans le sens du progrès en passant de la préhistoire (chasse-cueillette) à l’histoire civilisationnelle (industrie, commerce) en passant par l’invention de l’agriculture et de l’élevage.

4Sur cette thématique, il convient de citer l’ouvrage majeur de Christophe Darmangeat, Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était. Aux origines de l’oppression des femmes, Smony…, 2012 (pour la seconde édition), chroniqué sur notre ancien site.

5Friedrich Engels (1820-1895) publie en 1884 L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, pour démontrer les liens systématiques entre systèmes de parenté, de propriété, et de pouvoir politique. Il y rend compte de l’organisation de la société « gentilice »(patrilinéaire), matriarcale et collectiviste, dépourvue d’État et de propriété privée, dotée d’une économie commune et dans laquelle il ne peut y avoir de pauvreté ou d’esclavage.

7Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe, Paris, Éditions Gallimard, 1949, tome I, Les faits et les mythes, p. 189.

8Et jusqu’aux cartes postales que nous avons pu peut-être trouver dans nos greniers familiaux … (remarque malicieuse de l’auteur).

9Ce mythe renvoie notamment à celui de Gaïa pour les Grecs anciens : A l’origine régnait Chaos, abîme sans fond d’un mélange indéfinissable. Chaos engendra Erèbe, la partie la plus sombre et profonde des Enfers et Nyx, la nuit. Nyx et Erèbe mirent au monde l’Ether, l’air, et Hémera, le jour. Du Chaos sortit donc Gaïa, son fils Ouranos et Eros. Grâce à Eros, l’union de Gaïa et d’Ouranos fut possible. Après que Nyx ait engendré le sommeil, la mort, Gaïa (la terre) devint le socle où chaque chose avait son origine et épousa Ouranos, le ciel, qui l’entourait ainsi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.