Roger Martelli, L’occasion manquée. Été 1984, quand le PCF se referme, Paris, Arcane 17, 2014, 124 pages, 12 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

L’occasion manquée l’est par le Parti communiste français, pour Roger Martelli, entre l’été 1984 et février 1985. Le Bureau politique (BP) du PCF entrait alors dans une « profonde crise interne ». Aux européennes de 1984, le PCF fait à peine 11%, la chute est sévère par rapport au 20% de 1978. Au BP du 19 juin, le rapport interne de Claude Poperen n’élude aucune question à suivre Roger Martelli, qui fut acteur avant que d’être ici historien et communiste. Georges Marchas juge le rapport « défaitiste et capitulard ».

La crise et sa résolution s’amorcent ici, contées pas à pas par Roger Martelli. Pour lui l’épisode est séminal puisqu’à la fin, la normalisation se déploie par l’argument du « retard » du PCF depuis 1956, qui n’aurait pas encore réalisé son aggiornamento. Pour Roger Martelli, cet argument glace toute possibilité de bifurcation (p. 42) : Georges Marchais ne rénovera pas le parti, ce sera « haro sur les liquidateurs », les modernisateurs présents (Charles Fiterman) et futurs sont voués à la marginalisation et le PCF à un long et atone déclin. Cela par peur du mouvement sans doute, mais aussi par le décalage entre les représentations du BP sur le PCF, structurées par une lecture héritée, thorezienne, et la réalité du moment et du politique de la décennie mitterrandienne. La plume est alerte, le récit enlevé, le tout constitue à la fois une courte introduction à l’histoire du PCF contemporain – esquissée par la conclusion, « les occasions manquées » – et le témoignage rétrospectif et autocritique de l’auteur qui ne prit pas la parole ce soir de juin, bien qu’il acquiesçait au rapport. Il se tait puisque ce BP où tout était possible en juin 1984 est écourté : le secrétaire général souhaitait voir le match de football France / Yougoslavie (3/2), à l’automne le climat n’est plus à la discussion…

On retiendra de cet ouvrage surtout une description nuancée de Georges Marchais, à l’élan modernisateur intimement brisé entre juin et février 1985, par hésitation, par volonté de se raccrocher à l’argument rassurant du « retard » pour rester dans le droit fil d’une manière du PCF d’être au politique qui inexorablement le conduit au déclin. De nombreuses annexes étayent cette lecture sans qu’in fine, le lecteur soit pourtant convaincu qu’une occasion, là, fut manquée, ou tout du moins que celle-ci fut séminale. La décennie 70 semble, de ce point, tout autant, sinon, plus correspondre1.

 1Cf. « L’historiographie de la décennie 70 en France. Inflexions, retournement, restauration ? », Dissidences, vol. 13, décembre 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.