Loïc Locatelli Kournwsky, Maximilien Le Roy, Ni Dieu, ni Maître. Auguste Blanqui, l’Enfermé, Paris, Casterman, 2014, 208 pages, 23 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette bande dessinée historique s’ouvre par une scène assez méconnue de la Commune de Paris. Tandis qu’on se bat dans les rues de la capitale, une délégation est reçue par Adolphe Thiers pour lui proposer la libération d’Auguste Blanqui contre celle des otages détenus par la Commune. Refus logique de Thiers : il ne souhaite évidemment pas donner à la Commune un dirigeant tel que Blanqui. C’est dire l’importance que le gouvernement de Versailles accorde à la figure de celui-ci. Si nombre des textes de Blanqui sont disponibles grâce à des rééditions constantes, son influence sur certains militants contemporains attestée1, en revanche sa vie demeure généralement mal connue. Il existe bien entendu des biographies, déjà bien anciennes néanmoins2, mais cela n’invalide en rien une présentation des principales étapes de sa vie sous forme de bande dessinée. Auguste Blanqui a passé l’essentiel de sa vie emprisonné, assigné à résidence ou en exil, soit au total 43 années sur les 75 qu’il vécut, d’où son surnom de l’Enfermé. Le prétexte à cette narration est la venue d’un journaliste venu enquêter sur Blanqui alors qu’il est emprisonné. L’interview initiale se transforme alors en récit autobiographique. On laissera au lecteur le plaisir de découvrir aussi bien les aspects politiques de la réflexion développée par ce révolutionnaire, que ses actes ou des éléments de sa vie privée, le tout occupant plus de 200 pages. Le dessin est volontiers naïf et peu élaboré, entremêlant sépia de la mémoire et couleur pour le récit en cours. On notera d’ailleurs qu’aucune indication n’est fournie (sauf erreur) sur la responsabilité de chacun des contributeurs quand au scénario ou au dessin. Ce livre se présente bien comme une œuvre collective.

Le récit se conclut de fort belle manière. A peine libéré, Auguste Blanqui publie un nouveau journal, dont le mot d’ordre est promis à un bel avenir : « Ni Dieu, ni Maître ». Si tout le monde connaît ce slogan, ceux qui liront cette bande dessinée sauront qu’il en est l’auteur.

1Parmi d’autres, citons Daniel Bensaïd qui a écrit de belles pages dans son ouvrage, Une radicalité joyeusement mélancolique, Paris, Textuel, 2010.

2Maurice Dommanget, Blanqui, Paris, EDI, 1970, pour une version ramassée ; Samuel Bernstein, Auguste Blanqui, Paris, François Maspero, 1970, pour une version plus étoffée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.