Eddy Vaccaro, Maximien Le Roy, Anne-Claire Jouvray, Espana la Vida, Paris, Casterman, 2013, 119 pages, 25 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Comme son titre et la couverture l’indiquent, le thème de cette bande dessinée est la guerre d’Espagne. L’histoire commence à Paris, en 1937, par les exécrables relations que Léo, jeune étudiant de bonne famille mais anarchiste, entretient avec sa mère. Ne se trouvant guère plus à l’aise avec sa fiancée, Louise, il décide, finalement, de rejoindre l’Espagne après la lecture d’ un document sur la colonne Durutti, que Victor Serge, venu faire une conférence à Paris, lui confie. Le voyage jusqu’en Espagne est tout sauf une partie de plaisir, en particulier pour franchir la frontière. Finalement, il parvient à rejoindre le groupe Durutti à Bulajaraloz. Il est témoin des premiers combats et de la politique antireligieuse menée par les anarchistes, présentée par les auteurs comme opposée aux aspirations des paysans. Puis, c’est le départ pour le front, et la guerre, la vraie, contre les troupes marocaines de Franco, les fameux Maures. Accidentellement blessé, tandis que sa compagnie compte plusieurs morts après de sévères affrontements, il est temporairement éloigné du front. Remis sur pied, il participe finalement à la dernière grande bataille, celle de l’Ebre, échec supplémentaire de l’armée républicaine. La décision du gouvernement républicain de faire partir les Brigades internationales et les volontaires étrangers le contraint à revenir en France, quelques semaines avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Léo décide alors de reprendre le chemin de l’exil, pour l’Angleterre, pour y poursuivre son combat contre les fascistes, combat qu’il avait entamé en Espagne. Si l’on peut discuter l’influence de l’appel du 18 juin du général de Gaulle sur sa décision de rendre en Angleterre, la partie du récit portant sur la guerre en Espagne est parfaitement contextualisée (la non-intervention, l’armement soviétique, la fermeture des frontières, etc.). A la fiabilité documentaire du récit s’ajoute un réel plaisir de lecture. Le dessin est soigné, le trait, le jeu sur les cadrages ou l’usage de la couleur sont parfaitement maîtrisés. Si l’on y ajoute un scénario subtil, faisant intervenir les relations de Léo à son père, on obtient une bande dessinée d’excellente facture où le plaisir des yeux rejoint celui du texte.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.