Véronique Brocard, Au cœur des prud’hommes, Paris, Stock, 2014, 191 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

En 2000, Virginie Linhart avait publié une enquête journalistique, Enquête aux Prud’hommes (Stock), dressant un portrait inquiétant de la justice du travail. Dans la même veine, sans citer sa consœur, Véronique Brocard procède de même. Durant plusieurs années, elle a tenu un blog sur le suivi des audiences de la justice prud’hommale, qui constitue le cœur de son témoignage. Précédé par un avant-propos sur les éléments historiques essentiels de cette justice des travailleurs (origine, évolution, principe de fonctionnement) et d’une postface sur le devenir de cette institution fortement menacée1, le cœur de son livre est constitué de comptes rendus d’audiences. Le résultat est à la fois sidérant, passionnant et alarmant. Sidérant car le lecteur découvre la réalité d’une pratique de la justice totalement méconnue, même si elle concerne des centaines de milliers de cas chaque année. Passionnant, car par petites touches, l’auteure dessine le portrait contrasté d’un monde du travail plus cruel et inégal que jamais. Alarmant, enfin, car la multiplication des situations finit par laisser entrevoir un univers exprimant la violence des rapports sociaux. C’est bien d’un monde profondément malade que Véronique Brocard donne à percevoir. On y rencontre, parfois, des personnages connus, tel l’humoriste Didier Porte, licencié de France Inter. Son cas illustre à merveille l’adage qui veut que selon que l’on soit puissant ou misérable, on est jugé en conséquence. Didier Porte gagne son procès contre son employeur, touchant au passage 500 000 € d’indemnités. Mais que dire de cette femme, immigrée, qui vient pour réclamer rien moins que son salaire qui ne lui a pas été versée ? Sa plainte porte sur la somme de 815,56 €. Elle finit par les obtenir, sans un centime supplémentaire. Tel autre se bat pour le principe, puisque son contrat d’enseignant a été modifié, contre son gré. Il réclame donc 1 712 €, qu’il obtiendra lui aussi. D’autres histoires sont nettement plus alarmantes. Ainsi ces 750 cheminots d’origine marocaine qui ont travaillé toute leur vie à la SNCF, sans bénéficier des avantages conférés durant leur vie de travail réservé aux nationaux, avec une retraite réduite. Engagée depuis 2077, la procédure suit son cours pour ces travailleurs marocains concernés, victimes de discrimination d’une société de service public. Certaines affaires étonnent (mais en même temps, le lecteur manque parfois cruellement d’informations sur les cas précis). Ainsi cet agent de sécurité qui bricole durant ces heures de service (au lieu de surveiller les bâtiments pour lesquels il est payé), licencié par son employeur, mais qui gagne finalement son procès. Telle autre, licenciée pour avoir refusé de céder aux avances de son employeur qui l’avait envoyé en mission en Russie, perd son procès aux prud’hommes et se voit condamnée au dépens. Parfois, le récit approche de la cour des miracles ou l’ambiance des tableaux de Jérôme Bosch. Ainsi ces femmes de ménages payées 4,51 € brut de l’heure, soutenues par un militant du syndicat CNT (secteur du nettoyage), qui finalement abandonneront la procédure, ayant réussi à trouver un accord à l’amiable avec leur employeur. C’est aussi le cas, avec cette situation, assez inattendue (pour ne pas dire cocasse) d’une bonne de curé venue porter plainte contre l’association des prêtres l’employant et dont l’affaire est renvoyée en départage. On y croise aussi, au fil des audiences, un mari venu défendre sa femme (et qui perd), une plaignante qui vient déclarer une affaire sept ans après les faits, ou le combat collectif très médiatisé des 680 « Contis » (de l’usine Continental de Clairoix, dans l’Oise) venus contester le motif économique de leur licenciements et qui gagnent face à un employeur particulièrement cupide. Cependant, si l’on croise, ici ou là, des cas de luttes collectives, prédominent néanmoins les histoires de petites ou très petites entreprises, avec des patrons qui confinent parfois à la folie pure et simple.

A l’issue de ce livre, il est assez probable que le lecteur aura découvert (ou confirmé) que l’univers du travail se situe loin, très loin, du monde enchanté des contes de fées. Et que la justice prud’hommale, bien que ne constituant qu’une très mince protection contre abus et injustices criantes, mérite d’être connue et défendue.

1Que l’on songe que le taux d’abstention aux élections prud’hommales se monte à 70%, et que celles prévues en 2013 ont été reportées en 2017…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.