Friedrich Engels, Socialisme utopique et socialisme scientifique, Montreuil, éditions Science marxiste, collection « Bibliothèque jeunes », 2014, 182 pages, 5 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les éditions Science marxiste poursuivent leur travail de publication dans deux directions différentes. La première, celle de mise à disposition du public français d’écrits inédits, œuvres de militants communistes du XXe siècle, est assurément la plus précieuse : que l’on songe aux mémoires de Paul Frölich ou à l’étude de Munis sur la révolution espagnole1. La seconde voie est en apparence plus classique, voire redondante, puisqu’il s’agit de reprendre le travail qu’avaient réalisé en leur temps les anciennes Éditions sociales2 du Parti communiste français en publiant les écrits des pères fondateurs du marxisme et du léninisme. Là où une « plus-value » se fait jour, c’est dans l’existence d’un appareil critique souvent solide (leur édition du Manifeste communiste est assurément la plus complète de toutes) et dans la résurgence de textes parfois moins connus (de Lénine, par exemple, Ce que sont les « Amis du peuple » et Le contenu économique du populisme3).

Pour cette nouvelle publication, c’est une des plus célèbres brochures de vulgarisation marxiste qui est à l’honneur, conçue et traduite, à l’origine, à l’initiative de Paul Lafargue à partir d’extraits de l’Antidühring4 de Friedrich Engels. Le principal intérêt de cette réédition, c’est la présence des diverses préfaces et introductions rédigées par Friedrich Engels (pour les éditions allemande et anglaise5quid de la France ?), même si on pourra toujours regretter l’absence d’une annexe retraçant l’historique et la postérité large de ce texte éminemment populaire. Les notes d’Engels et de Lafargue6 (qui ne semblent toutefois pas toutes dater de 1880, date de la publication originale, l’une d’entre elles évoquant Bernstein et son révisionnisme) sont complétées par quelques explicitations supplémentaires. De ce texte classique, nous retiendrons surtout l’analyse nuancée du socialisme utopique, qui a droit à de solides éloges (ainsi de Fourier et de sa dialectique brillante), l’insistance sur la contradiction entre production sociale et appropriation capitaliste ou sur la capacité de produire ce qui permet la satisfaction des besoins de tous comme basculement autorisant le socialisme ; également une certaine tendance au schématisme, voire au mécanisme, au-delà d’un indéniable encyclopédisme et d’une vision globale toujours fascinante, même si le marxisme n’est jamais traité comme une fin possible, ce qui entrerait en contradiction avec l’idée cardinale de dialectique.

C’est justement la dialectique qui relie Socialisme utopique et socialisme scientifique à un texte plus tardif, Ludwig Feuerbach et l’aboutissement de la philosophie classique allemande, publié en 1888, en une sorte de prolongement d’un ouvrage alors inédit, la fameuse Idéologie allemande de 1845-1846. Friedrich Engels y retrace les pas de géants que Hegel a fait accomplir, selon lui, à la philosophie, grâce justement à la méthode dialectique dont il tira profit. Feuerbach, bien que salué pour son analyse matérialiste de la religion, est critiqué pour son idéalisme persistant, la centralité de l’amour suscitant la dérision féroce d’Engels, qui en profite pour mettre en valeur Marx plus que lui-même dans le travail d’élaboration de ce qui allait devenir le marxisme (avec un peu trop de modestie, probablement). Les « Thèses sur Feuerbach » de Karl Marx complètement logiquement cet ensemble, dont le prix très modeste devrait, par exemple, convenir aux étudiants de philosophie désireux d’approfondir leur bagage conceptuel marxiste en vue de l’agrégation de 2015, Marx étant au programme de la 3e épreuve, celle d’histoire de la philosophie.

1Ces deux ouvrages sont respectivement chroniqués dans notre revue électronique (http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1980) et sur notre ancien site (http://www.dissidences.net/mouvement_social_espagne_1936.htm#munis).

2Depuis 2005, il existe de nouveau les Éditions sociales, qui publient des titres récents, ainsi que certains de ceux appartenant à l’ancien fonds : voir sur http://www.editionssociales.fr/

4Chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=779

5L’introduction anglaise est particulièrement étoffée, retraçant la naissance du matérialisme anglais au XVIIe siècle, mais un matérialisme n’ayant jamais rompu ses attaches religieuses, du fait de l’alliance contractée entre bourgeoisie et aristocratie, contrairement au matérialisme français du siècle suivant, plus radical.

6Une différence entre le texte original d’Engels et la traduction de Lafargue sur deux pages est également relevée en publiant les deux versions des pages 70 et 71. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.