Mila Cotlenko, Maria Nikiforova. La révolution sans attendre. L’épopée d’une anarchiste à travers l’Ukraine (1902-1919), Paris, Mutines Séditions, 2014, 142 pages, 6 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Si le nom de Nestor Makhno, le révolutionnaire anarchiste ukrainien est relativement connu, il est probable que celui de Maria Nikiforova sera une découvert pour un grand nombre. Pourtant, dans ses Mémoires et écrits (1917-1932) (éditions Ivréa), Makhno cite sa camarade à plusieurs reprises. Il existe également des sources russes (en particulier les mémoires de Viktor Belash, chef d’état major de l’insurrection maknoviste, qui sont largement sollicitées dans le travail de Cotlenko, Dorogi Nestora Makhno, Moscou 1993) qui évoquent la figure de Nikiforova.

Cette dernière est née en Ukraine en 1885. Elle participe aux attentats et est condamnée à mort en 1908. Sa peine est commuée et elle est déportée en Sibérie. C’est là qu’elle commence à être connue sous le nom de Maroussia. Elle parvint à s’évader au bout de quelques années, rejoint d’abord les États-Unis, puis ensuite l’Europe (Londres, Allemagne, Suisse, France, Espagne) où elle prend part aux activités des groupes anarchistes locaux. Lors de la première guerre mondiale, Maroussia s’engage (elle partage les positions de Pierre Kropotkine, favorable à une « guerre démocratique ») et se trouve sur le front de Salonique lorsque la révolution russe éclate. Elle rejoint son Ukraine natale où elle participe aux combats contre le gouvernement nationaliste de la Rada. L’histoire de l’Ukraine durant la période révolutionnaire est particulièrement compliquée car se superposent une guerre de classe (les Rouges contre les Blancs) et une guerre nationale impliquant à la fois les nationalistes ukrainiens, mais aussi les troupes allemandes, ainsi que les troupes blanches, sans compter l’insurrection makhnoviste, le tout en l’espace de quelques mois. Ce ne sont que combats incessants, avec avancées et reculs des différentes forces, avec massacres de civils, pogroms et pillages. Après avoir participé à différents affrontements, elle revient à Gouliaï-Polié, le cœur du soulèvement makhnoviste, pour échapper à une condamnation prononcée par les bolcheviques. Elle rejoint le mouvement de Makhno, alors allié des bolcheviques. Mais rapidement, la rupture se manifeste, une fois les Blancs défaits. De très importants débats traversent le mouvement libertaire sur la conduite à tenir et Maroussia défend une position favorisant la clandestinité et l’action terroriste, qu’elle met en pratique avec un groupe qu’elle a formé. Elle participe à un attentat meurtrier contre une réunion communiste à Moscou. Les plans ne s’arrêtent pas là, car un autre attentat est prévu pour le deuxième anniversaire d’Octobre, visant rien de moins qu’à faire sauter le Kremlin avec l’ensemble du gouvernement. Le projet n’aboutit pas, comme on sait. En effet, Maroussia est reconnue en août 1919 dans les rues de Sébastopol, alors tenue par les Blancs. Elle est immédiatement condamnée par un tribunal militaire et exécutée. Ce court ouvrage, empreint d’une féroce hostilité aux bolcheviques, nourri de sources russes et anglophones mal connues, présente une dimension originale du processus révolutionnaire enclenché par Octobre 17. On le classera dans la catégorie des documents militants.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.