Daniel Vander Gucht, L’expérience politique de l’art. Retour sur la définition de l’art engagé, Paris, Les Impressions nouvelles, collection « Réflexions faites », 2014, 167 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cet essai, qui constitue le prolongement du livre Art et politique, paru en 2004, a pour ambition d’offrir « quelques clés qui permettraient de redéfinir à nouveaux frais la notion d’engagement artistique, ni réductible aux combats strictement corporatistes de la profession, ni assimilable aux schémas et à la posture avant-gardiste » (p. 7). Daniel Van Der Gucht réussit ici à proposer une analyse de vulgarisation à la fois complexe et critique.

S’appuyant sur les concepts empruntés à des penseurs d’horizons différents, voire contradictoires, tels que Pierre Bourdieu, Jacques Rancière et Walter Benjamin, l’auteur présente un panorama de l’art engagé postérieur à Mai 68, en s’appuyant sur de nombreux exemples ; de Jean Tinguely aux paradoxes de l’art féministe, en passant par l’art sociologique, Fluxus, Joseph Beuys, Richard Serra, Sue Williams, etc. Ce faisant, il remet en cause le double fantasme de la liberté artistique et de l’artiste subversif par nature, le prétendu « droit à la culture », « l’idée populiste de « l’art pour le peuple » », qui travestit les inégalités de culture et d’éducation générées par les inégalités économiques générales (p. 118), le caractère factice de certains mécanismes de participation du public au sein de l’esthétique relationnelle (p. 121), et ce qu’il appelle le « paradigme absolutiste » de l’art. Le principal intérêt dès lors de l’ouvrage est de refuser « les oppositions binaires entre subversion et subvention ou entre transgression et récupération » – qui tendent « à ignorer ou stigmatiser la réalité vécue par l’immense majorité des artistes pour qui parvenir à exercer leur métier est déjà une lutte » (p. 38-39) –, en proposant de redéfinir et les rapports entre art et politique, et l’efficacité que peut revêtir l’art engagé.

Van Der Gucht insiste sur les processus sociaux – « ce sont les circonstances et le contexte qui déterminent pour une bonne part le caractère subversif ou non de l’art pour l’art comme de l’art de propagande, pour prendre les deux extrêmes » (p. 34) – et les leçons à tirer de l’échec des avant-gardes historiques. Ainsi, l’auteur appelle à « ne pas confondre le pouvoir de l’art et le pouvoir de la politique » (p. 86), en recourant au paradigme relativiste, qui substitue à « la politique est tout » et à « l’art est tout », le « tout est politique » et le « tout est art » (p. 101). D’où une attention aux contours plus circonscrits – et plus opérants – de l’efficacité de l’art engagé, en termes de disruption (page 51) et de repositionnement « au cœur du débat et de l’espace public » (p. 44).

Certaines affirmations mériteraient d’être nuancées. Ainsi, les études récentes sur l’URSS dans l’entre-deux-guerres notamment ont montré qu’il convenait quelque peu de réévaluer cette image d’artistes victimes, subissant passivement les directives communistes s’imposant à eux ; pour dominés qu’ils étaient, il y eut certaines formes de collaboration, réappropriation/récupérations. De même, les redéfinitions du pouvoir et de la politique qui se diffusent dans les années 1970, entraînant un repositionnement de l’art engagé, furent et demeurent contestées, interprétées de manière contradictoire, et donc sont loin de s’être imposées comme pourrait parfois le laisser à penser l’auteur. Enfin, tributaire de l’analyse de Jacques Rancière, Van Der Gucht confond la représentation et la conception situationniste de « spectacle » (p. 82), qui prolonge le concept marxiste de fétichisme de la marchandise.

Le livre rappelle la part de jeu, d’ironie et de rire, qui irrigue bien souvent les œuvres et contribue à leur efficacité artistique et politique. La thèse centrale de l’auteur, basée sur une analyse de l’échec historique des avant-gardes, et une exigence critique – « il n’est donc pas certain qu’avoir remisé les vieux modèles autoritaires de l’artiste démiurge et de l’art d’avant-garde suffise à prémunir contre un nouvel académisme » (p. 128) –, consiste en la substitution du paradigme relativiste au paradigme absolutiste. Cette thèse, stimulante, mérite d’être débattue. Elle offre, en tous les cas, un regard panoramique riche, complexe et accessible sur les questions actuelles autour de l’engagement de l’art contemporain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.