Raoul Hedebouw, Première à gauche. Entretien avec Gilles Martin, Bruxelles, Aden, collection « Grande bibliothèque d’Aden », 2013, 213 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Raoul Hedebouw est le porte parole du PTB (Parti du travail belge), la plus importante organisation de l’extrême gauche au niveau européen. Les dernières élections fédérales et régionales dans ce pays en mai 2014, ont d’ailleurs permis l’élection (entre autre) de R. Hedebouw au Parlement fédéral. Si le livre a été publié avant cette échéance, il participe bien entendu de cette volonté de mieux faire connaître non seulement l’individu, mais aussi le programme qu’il défend. De ce point de vue, l’exercice est pleinement réussi. En quinze chapitres, le leader du PTB présente donc, sous le feu des questions d’un journaliste complice, à la fois son parcours (tout à fait plébéien) et les principales revendications et idées qu’il défend.

Issu d’une famille dont la mère était une ouvrière syndiquée, nourri lui-même des luttes contre le racisme suite au refoulement de ses copains devant une boîte de nuit, sa prise de conscience sociale l’amène rapidement à entrer en politique, bien que son milieu familial ne soit pas particulièrement enclin à l’engagement partisan. Partant le plus souvent de son expérience ordinaire, il démontre les inégalités et les contradictions qui travaillent la société belge. Le lecteur français appréciera en particulier ce qui à trait à l’usage de la langue (français ou flamand), comme élément de division de cette société, alimentant un fonctionnement communautariste, contre lequel l’auteur s’insurge. Ailleurs, avec une fausse naïveté, il dénonce les écoutes auxquelles il a été soumis de la part des forces de police, ce qui lui permet de pointer les limites d’une démocratie pourtant tant vantée par les élites de son pays. Partant le plus souvent des expériences communes, il en vient à critiquer le sort fait aux démunis, aux pauvres, aux salariés, en faisant souvent preuve d’un bon sens de l’humour. Ainsi, pour refuser la perspective social-darwiniste, il prend exemple sur le fait de porter des lunettes pour montrer les limites d’une sélection qui se voudrait impitoyable. Le lecteur ne peut que sourire. Ce n’est donc pas un pensum de plus que le lecteur se force à lire, mais un ouvrage clair et agréable, sans manifestation de dogmatisme. Reste cependant une question qui ne peut manquer de surgir une fois le livre reposé : quelle gauche souhaite incarner le PTB ? En effet, si de nombreux points de ruptures avec les partis traditionnels se manifestent au long des pages, le programme que dessine ce militant ressemble plus à celui d’un parti favorable à des réformes puissantes qu’à un parti dont la matrice héritée du maoïsme aurait pu laisser penser qu’il demeure sur le terrain d’une révolution sociale/socialiste.

Malgré cette interrogation, il faut reconnaître à Raoul Hebebouw un certain talent pour rendre tout à fait explicite son propos. Grâce à la multiplication des exemples concrets, à des images bien choisies, il fait montre d’un sens de la pédagogie politique exemplaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.