Pierre Stambul, Le sionisme en questions, La Bussière, Acratie, 2014, 65 pages, 6 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Pierre Stambul est le dirigeant le plus médiatique de l’UJFP (Union juive française pour la paix), organisation non-sioniste pro-palestinienne. En 2012, il avait fait paraître un (très) épais volume (Israël/Palestine. Du refus d’être complice à l’engagement, Acratie, 600 pages), rassemblant les chroniques publiées, depuis le début des années 80, dans L’École Émancipée, puis L’Émancipation, le journal de la tendance syndicale de la FSU du même nom. Avec Le Sionisme en questions, il revient à des proportions plus proches de la brochure. Néanmoins, dans trois chapitres (plus deux annexes), il propose une analyse brassant large. On le comprendra rapidement, Pierre Stambul ne se contente pas d’être un juif non-sioniste, plus fondamentalement, il se définit comme antisioniste. Sous sa plume, l’idée même d’un État juif relève du racisme (ce qui ressemble bien plus à une opinion qu’à une analyse historique) et doit donc être combattue. Il aborde, dans le chapitre deux, l’histoire de la construction du sionisme pour en démontrer, selon sa perspective, la vacuité, s’appuyant notamment sur les travaux de Shlomo Sand ainsi que sur les recherches de certains historiens israéliens contemporains (B. Morris, T. Segev ou encore I. Pappé). Il indique également, au passage, dans ce survol très rapide, que les sionistes n’ont joué qu’un rôle marginal dans les forces de résistance au nazisme, durant la Seconde Guerre mondiale (même si des sionistes figuraient parmi les combattants du ghetto de Varsovie, rappelons-le), leur regard étant tourné vers l’immigration des populations juives vers la Palestine mandataire. C’est néanmoins à la suite du judéocide européen que les dirigeants sionistes parviennent à la création de l’État d’Israël. Il précise également de manière très claire les rapports du sionisme (courant laïc) avec la religion juive, rapports qui se sont complexifiés dans la dernière période, du fait du soutien apporté par les différents gouvernements israéliens à la politique de colonisation agressive conduite par les courants du radicalisme religieux juif. Enfin, dans la dernière partie, dont on peut regretter qu’elle multiplie les répétitions et les retours sur ce qui a été développé dans les pages qui précèdent, Pierre Stambul se propose d’aborder sous forme de onze thèmes les aspects principaux de l’idéologie sioniste. Sont esquissés, ainsi, les rapports entre le sionisme et l’antisémitisme, ceux du sionisme et du socialisme, la liaison entre sionisme et colonialisme, les liens entre le sionisme et l’Occident, etc. L’auteur connaît bien cette thématique (pour s’en convaincre, se reporter à Israël/Palestine, qui offre d’amples développements) et maîtrise le propos. Le ton est sans concession à l’égard du sionisme et de la politique conduite aujourd’hui (comme hier) en Israël, et il n’hésite pas à rappeler quelques épisodes méconnus de l’histoire du sionisme, choisis à dessein pour sa démonstration.

On le constatera, le ton est vif et le propos soutenu par un choix de faits et/ou de certains travaux historiques. De ce point de vue, l’ouvrage de Pierre Stambul, outil militant pour des militants, constitue plus une synthèse partisane très actuelle, issue d’une grille de lecture dominante dans une partie de l’extrême-gauche, qu’un préambule historique sur la question complexe du sionisme1.

1A cet égard, on lira avec profit l’ouvrage de Zeev Sternhell, Aux origines d’Israël (1904-1948). Entre nationalisme et socialisme, Paris, Fayard, 1996, Gallimard « Folio Histoire », 2004.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.