Jaime Balius. Groupement des amis de Durruti, Vers une nouvelle révolution, Toulouse, Le Coquelicot, Les cahiers du Coquelicot, n° 6, 2014, 88 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre constitue la première traduction en français d’une brochure de Jaime Balius publiée en espagnol en 1938 et dont une traduction anglaise avait été publiée en 1978. Jaime Balius est un des fondateurs, au printemps 1937, du groupe « Los amigos de Durruti ». Il était, avec son groupe, farouchement opposé à la militarisation des milices (le décret est pris en octobre 1936 et met de longs mois à être appliqueé) ainsi qu’à la participation ministérielle de la CNT (Confédération nationale du travail). Son analyse est simple : pourquoi la CNT, qui était la force politique dominante (en Catalogne tout au moins), à l’origine du soulèvement populaire de juillet 1936, a-t-elle cédé le pouvoir ? « Que s’est il passé pour que la CNT ne fasse pas la Révolution, celle du peuple, celle de la majorité du prolétariat ? » (p. 30). Question évidemment décisive, même si l’on peut évaluer de manière assez critique la réponse, de nature psychologique : « En partant de la peur et en se laissant influencer par la timidité on n’arrive jamais au sommet. Seuls les audacieux, les hommes décidés, les hommes courageux peuvent s’aventurer vers de grandes conquêtes. Les peureux n’ont pas le droit de diriger les masses ni de sortir de chez eux » (p. 31). Finalement, la CNT n’a pas su admettre qu’elle était majoritaire et donc légitime pour prendre le pouvoir. Résultat ?: « On a collaboré avec la bourgeoisie dans les sphères étatiques au moment même où l’État était écartelé. On a renforcé Companys et sa suite. On a injecté un ballon d’oxygène à la bourgeoisie anémique et apeurée » (p. 31, souligné par nous). Comme on peut le remarquer, la réponse là aussi se présente de manière assez vague, à défaut d’envisager une perspective d’analyse du fonctionnement organisationnel du mouvement libertaire. Selon Jaime Balius, il faut revenir à une authentique position syndicaliste révolutionnaire : il faut que la CNT reprenne en main le processus révolutionnaire. D’ailleurs l’auteur n’écarte pas tout rapprochement avec les autres organisations syndicales, en particulier avec l’aile révolutionnaire de l’UGT (Union générale du travail). La seule garantie du succès du redémarrage du processus révolutionnaire réside dans l’extension de la révolution, y compris hors des frontières d’Espagne. En pratique, cette position revient à rompre totalement avec la politique diplomatique extérieure menée par les gouvernements républicains qui se sont succédé jusqu’alors. Ce que défend Jaime Balius, c’est donc un processus de révolution permanente. On comprend alors pourquoi ses propositions ont pu être caractérisées comme « crypto-trotskystes », d’autant que dans le programme à mettre en avant, il en appelle à la création d’une Junte révolutionnaire, dont les contours ressemblent fort à une dictature du prolétariat, incluant la place des organisations syndicales plus que des comités. Cette analyse, comme les conséquences pratiques et politiques qu’en tirent les Amis de Durruti tournent le dos à ce qui fut la pratique de la CNT. Reste à savoir l’influence qu’ont pu avoir ces propositions et leur écho dans le camp républicain. Mais, au moins, il apparaît clairement que la ligne politique de collaboration républicaine de la CNT fut loin de recueillir l’assentiment de l’ensemble des militants.

En annexes sont également publiés deux articles de Jaime Balius, édités dans le journal L’Espagne Nouvelle, en septembre 1939, un article de Charles Ridel (pseudonyme de Louis-Mercier Vega), paru dans le même journal et l’hommage de Pablo Ruiz à l’occasion du décès de Balius en 1980. Publié dans le journal de la CNT, Combat syndicaliste le 9 janvier 1981, cette contribution constitue une esquisse de biographie de Jaime Balius. On y a apprend notamment que ce dernier provient d’une famille aisée. Pablo Ruiz, fondateur des Amis de Durruti revient dans son éloge funèbre sur la critique de la direction de la CNT, affirmant ainsi : « nous considérâmes que la participation au gouvernement de la République était une trahison » (p. 56). Il confirme que ce sont essentiellement les militants des Amis qui tenaient les barricades à Barcelone lors du soulèvement de mai 37. Hélas, il confirme également la faiblesse politique finale de ces quelques centaines de miliciens : « Nous ne sommes partisans d’aucune dictature, quelle que soit sa couleur, c’est pour cette raison que nous ne voulûmes pas nous lancer dans cette aventure (la prise du pouvoir) sans disposer du consensus de la base. A partir de ce moment, nous nous sommes dispersés, avec chagrin, chacun chez soi » (p. 83).

Malgré l’importance, pour l’histoire de la Guerre d’Espagne, de la mise à disposition d’un tel document en français, on peut néanmoins regretter l’absence d’appareil critique l’accompagnant. Jaime Balius fait référence à des événements ou à des personnes, qui sont inconnues. Ainsi, dès la page 20, il fait allusion à Dencas, personnalité catalane, de second plan, dont seuls, sans doute, les spécialistes peuvent connaître aujourd’hui le rôle ou (p. 34), au GEPCI, structure inconnue, etc. Ailleurs, ce sont des termes qui auraient mérité d’être recontextualisé, tel, par ex., celui de mésocratie (p. 35). Avec cette publication, on dispose pourtant d’une pièce supplémentaire pour saisir et comprendre l’action et les débats internes au mouvement anarchiste face à la révolution et à la guerre. Néanmoins, manque, à notre connaissance, un travail scientifique de référence (en français au moins) sur cette aile radicale incarnée par l’Agrupacion de los Amigos de Durruti.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.