Sophie Coeuré, Pierre Pascal. La Russie entre christianisme et communisme, Lausanne, les éditions Noir sur Blanc, 2014, 416 pages, 25 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Sophie Coeuré, déjà connue pour ses travaux sur la perception de la Russie soviétique et de l’URSS – citons en particulier La Grande lueur à l’est. Les Français et l’Union soviétique 1917-1939, ou en collaboration avec Rachel Mazuy Cousu de fil rouge. Voyage des intellectuels français en Union soviétique1 –, livre une remarquable biographie de Pierre Pascal, dans le même temps où sort, chez le même éditeur, le cinquième tome inédit de son Journal de Russie 1928-19292. Classiquement chronologique, son récit s’accompagne de réflexions sur l’ancrage idéologique de son personnage et de considérations d’importance sur cette page de l’histoire, celle d’Octobre, de sa nature et de ses suites. D’emblée, d’ailleurs, sa démarche séduit, résonnant du même ton que la nôtre : « Le regard que nous portons (…) n’est désormais ni celui de la condamnation, ni celui de la justification : c’est celui de la compréhension. » (p. 8)

Si l’on considère qu’un homme, quelles que soient les péripéties, les circonvolutions voire les avanies de son existence, garde en lui certaines caractéristiques qui sont comme figées dans le marbre, dans le cas de Pierre Pascal, c’est incontestablement l’amour de la Russie et la foi chrétienne qui sont chevillés au corps. D’origine bourgeoise (son père était professeur de lycée), Pierre Pascal, né en 1890, fait de brillantes études, passant par l’École normale supérieure et y obtenant l’agrégation. C’est durant ces années qu’il prend goût à la langue russe, effectuant des voyages en Russie même, au cours des étés 1911 et 1912. Cette passion linguistique est également culturelle, et entre en résonance avec l’adhésion au christianisme, dont les moteurs semblent avoir été le rejet du milieu bourgeois et la recherche d’un idéal. Avec sa visite de la communauté religieuse de la « confrérie ouvrière de l’Exaltation de la Croix », en Russie, on saisit déjà ce qui va faire converger engagement spirituel et révolution russe3. Avec l’éclatement de la Première Guerre mondiale, Pierre Pascal est mobilisé, d’abord sur le front ouest, puis dans les Dardanelles. Blessé, il intègre ensuite le Grand Quartier Général, avant de faire partie de la mission militaire française en Russie au printemps 1916 grâce à ses compétences linguistiques reconnues. Dans ces mois qui précèdent la déflagration de 1917, Pierre Pascal, qui tient déjà un journal, manifeste doute et méfiance à l’égard de la politique, motivé qu’il est par un rêve d’unicité chrétienne.

Les deux révolutions bousculent et enthousiasment le militaire français, qui y voit une véritable « rupture eschatologique » (p. 79). Il finit par se rallier aux bolcheviques à la suite de la mission dont il est chargé auprès de la fameuse Légion tchécoslovaque, mission qui sert à ses yeux de révélateur du rôle ouvertement contre-révolutionnaire joué par la France et ses alliés. C’est ainsi qu’à la fin de l’année 1918, Pierre Pascal reste en Russie dans le même temps où la mission militaire retourne en France. Il participe alors au Groupe communiste français de Moscou, où il réside4. Les pages qui évoquent cette expérience sont particulièrement intéressantes, présentant la vie souvent conflictuelle de ce microcosme bigarré (entre Pascal et Henri Guilbeaux d’un côté, Jacques Sadoul de l’autre), leurs actions de propagande, et même leurs liens avec la tcheka. Le Parti communiste russe suivait en effet la vie de ce groupe étranger, en qui il vit un temps une possible direction future d’un parti communiste français, avant que les déceptions à son égard ne l’emportent, ce qui entraîna également la critique de l’engagement religieux manifesté par Pierre Pascal (début 1921, la cohabitation de la foi et du militantisme communiste fut validée, sous réserve d’un travail visant la disparition de toute croyance religieuse).

Au début des années 1920, Pierre Pascal travaille comme traducteur à la fois pour le commissariat aux affaires étrangères de Tchitcherine et pour la Comintern. Il assiste aux IIe et IIIe congrès de l’Internationale, servant de liaison avec les délégués français (ce qui lui permet d’ailleurs de rencontrer celle qui allait devenir la femme de sa vie, et par qui il allait devenir le beau-frère de Victor Serge), et rédige également des brochures de propagande, ce qui lui vaut en France une réputation d’intellectuel, statut que lui-même repousse. Mais il s’agit pour l’essentiel d’un travail en partie hors-sol, Pierre Pascal usant des informations statistiques sans véritablement se confronter à la population russe. L’infléchissement du soutien qu’il accorde aux dirigeants de la Russie soviétique devenue URSS a lieu non par rapport à la répression politique (il témoigne au procès des socialistes-révolutionnaires en 1922), mais à l’embourgeoisement de la révolution, sensible pour lui avec l’instauration de la NEP et l’abandon apparent de l’idée d’égalité qui lui tenait tant à cœur5. Avec l’affaire Nicolas Lazarévitch, un de ces nombreux anarchistes ralliés à la révolution bolchevique, arrêté et emprisonné en 1924, Pierre Pascal prend publiquement position pour le défendre. Il perd par conséquent ses postes professionnels.

Demeurant à Moscou, il vit alors de divers travaux de traduction, fréquentant l’Institut Marx-Engels de David Riazanov et prenant même en charge les premiers tomes de la publication des Œuvres choisies de Lénine en français. S’il se défie de l’opposition de gauche et de l’opposition unifiée, il conserve des liens avec Victor Serge, mais également avec Boris Souvarine ou La Révolution prolétarienne en France, à qui il fournit des informations sur l’URSS. Dans ce positionnement personnel tel qu’il s’exerce dans la seconde moitié des années 1920, Sophie Coeuré voit d’ailleurs une anticipation de la dissidence des années 1960 et 706. A la charnière des années 20 et 30, toutefois, l’étau se resserre, corrélativement à la mainmise accrue de Staline et à la normalisation qu’elle induit. L’intensification des répressions pousse dès lors Pierre Pascal dans deux directions complémentaires et déterminantes pour le reste de sa vie : le repli dans la recherche historique, centrée sur le personnage d’Avvakoum (un clerc, chrétien dissident du XVIIe siècle, opposé à la réforme de l’Église orthodoxe et inspirateur des « vieux croyants »), et la décision de revenir en France, effective en 1933 grâce à l’entremise d’Édouard Herriot (à l’occasion des négociations franco-soviétiques).

La réintégration de Pierre Pascal au sein de la société française s’effectue avec une relative aisance, son passé se retrouvant en grande partie éclipsé, la soutenance d’une thèse sur le sujet historique qu’il avait choisi lui permettant même d’intégrer l’université dans les premiers mois du Front populaire au pouvoir. Il prend de fait une grande distance par rapport aux débats oppositionnels et à l’URSS de manière plus générale, a contrario de l’évolution de Victor Serge. Durant l’Occupation, il est même conduit, afin de protéger sa femme, d’origine juive, à se présenter aux autorités comme anticommuniste, et rallié aux bolcheviques par erreur. Dans l’après-guerre, il est d’ailleurs proche de certains réseaux anticommunistes (ceux de ses amis Souvarine, Body et Lazarévitch) et catholiques (il vote MRP), mais aussi de La Révolution prolétarienne, comme pour mieux illustrer l’éclectisme relatif de l’homme. Davantage influencé par les premiers cités, Pierre Pascal développe l’idée d’une civilisation russe originelle et persistante, matérialisée dans la paysannerie, que les bolcheviques auraient donc violenté.

Mais dans le travail de mémoire qui revient en force à compter du cinquantenaire d’Octobre (Marcel Body ayant ici fait office d’aiguillon), et qui se décline sous forme d’émissions de radio7 et de la publication du Journal de Russie, Pierre Pascal mêle des éléments de relecture de l’histoire (essentiellement une coïncidence artificielle entre basculement de la NEP et fin de son attachement à la Russie soviétique) à une absence de reniement vis-à-vis d’une époque, celle des premières années de la rupture révolutionnaire, durant laquelle tout semblait possible… De ce livre proprement passionnant, qui s’efforce de retrouver le noyau dur de l’évolution d’un homme, au-delà des reconstructions ultérieures, on regrettera seulement un manque d’analyse détaillée des écrits publics de Pierre Pascal, en particulier les brochures écrites dans les années 1920 ou son appareil critique accompagnant les écrits choisis de Lénine.

1Ce dernier ouvrage est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/667

2Les quatre précédents tomes sont sortis chez L’Âge d’homme, entre 1975 et 1977, et réédités en 1990.

3« Expérience fondatrice, incontestablement, pour le jeune homme, que ce premier contact avec le « communisme » [dans une lettre à sa mère, Pierre Pascal parle de la « société communiste » mise en place par cette communauté], terme encore rare à l’époque, comme spiritualité radicale et collective. » (p. 27).

4Sur ce sujet, le livre de Marcel Body, Les Groupes communistes français de Russie, édité en 1988 chez Allia, vient d’être réédité. Voir également l’étude de Romain Ducoulombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010.

5« C’est bien l’abandon d’un projet de rénovation radicale de la société basée sur l’égalité, seul porteur de sens pour l’avenir du peuple russe, que les quelques notes conservées placent au cœur du processus de déception. » (p. 188).

6 « Sur le fond, une volonté de réformer et d’améliorer le système et non de le détruire, une réflexion souvent aussi morale qu’idéologique, s’articulaient avec des modes de vie contraints par le régime soviétique, mais aussi issus d’une réélaboration d’une culture de la clandestinité politique. » (p. 232-233).

7L’émission de France Inter « La Marche de l’histoire » du 7 février 2014, consacrée à « 1919 l’année terrible, deux Français à Moscou », réutilise justement le témoignage d’alors livré par Pierre Pascal.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.