Bernard Calabuig, Un itinéraire communiste. Du PCF à l’altercommunisme, Paris, Syllepse, collection « Des paroles en actes », préface de Serge Wolikow, 2014, 141 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre (préfacé par l’historien du communisme Serge Wolikow) rapporte l’expérience d’un militant communiste de manière autobiographique. Son intérêt premier réside dans le fait que l’auteur adhère aux Jeunesses communiste en 1973. C’est donc le récit d’une expérience hors du « cadre thorézien », sur lequel de très nombreuses biographies ou autobiographies ont été publiées au courant des dernières années. Pourtant, par de nombreux aspects, le récit de Bernard Calabruig s’apparente à cette expérience. Ouvrier maçon à l’origine, très rapidement repéré, le jeune militant enthousiaste est rapidement promu permanent salarié, d’abord à la JC, puis au PCF. Poste qu’il occupe durant trente années. Cette expérience constitue pour lui « une véritable promotion sociale, me donnant accès à la connaissance, à la découverte de milieux qu’un ouvrier maçon n’aurait jamais fréquentés » (p. 45). 1973, l’année de son adhésion, c’est à la fois une actualité internationale chargée (le coup d’État de Pinochet au Chili), mais aussi la perspective enthousiasmante de l’Union de la gauche, comme prolongement politique de Mai 68. L’auteur s’engage à fond, pour un monde meilleur qui va arriver, sous peu. Les années passent vite dans l’enthousiasme d’un combat pour une autre société, pour le socialisme à la française. Mais 1981 douche cet optimisme et marque un point d’inflexion dans la vie du PCF, le début du recul de son implantation, de son influence, de son ancrage, de ses scores électoraux, dont le Parti communiste ne se remettra pas. Mais, de cela, le jeune Bernard Calabuig ne s’en doute pas encore. Il devient un intellectuel organique du Parti et de ses Jeunesses, dont il décrit d’ailleurs les mœurs de manière assez lucide, même si ses pratiques sont déjà largement connues. Ainsi, il constate : « il ne pouvait rien se passer dans un congrès de la JC, les intervenants étaient rencontrés avant, les interventions relues par un groupe dirigeant, qui avait le mandat de les amender si nécessaire, tout devait se dérouler avec le risque zéro. Disons-le avec franchise, tout cela a existé. Les dirigeants communistes ont tous été formés dans les mêmes écoles, notre culture a été formatée par la même matrice originelle » (p. 55). Parmi les éléments de cette culture, le lecteur découvre comment Bernard Calabuig lit à 17 ans l’intégralité des mémoires de Jacques Duclos (pas moins de 7 épais volumes). Malgré cette acculturation à la matrice stalinienne, le dirigeant local du PCF qu’il est devenu (élu également) se rend compte peu à peu au fil des années 1990 et début 2000 de la distance qui s’installe entre son parti et la société française. Il se rapproche alors du courant oppositionnel animé par Pierre Zarka, celui des communistes unitaires, avec lequel il participe à l’animation de l’Observatoire du mouvement de la société (OMOS). En 2002, il finit par rompre le silence sur le PCF, convaincu désormais que ce dernier est irréformable. Il signe un appel « Pour des États généraux du communisme ». Mais c’est seulement en 2007 qu’il démissionne du PCF. Il choisit de repartir de zéro professionnellement, quitte la région parisienne pour le Sud. Il ne raconte pas, hélas, les conditions de sa reconversion. Tout ce qu’apprend le lecteur, au détour d’une allusion, c’est qu’il s’ installe à Aubagne, travaillant avec la municipalité (communiste à cette période). Les quatre derniers chapitres rompent avec la logique de la narration autobiographique et portent plus sur ses conceptions politique, car si Bernard Calabuig a rompu avec le PCF, il ne rompt pas pour autant avec l’engagement. Cet engagement, il le conçoit dans le projet d’une « maison commune des communistes ». Le lecteur aurait d’ailleurs apprécié de plus amples développements sur ce thème, car ce militant refuse la perspective de créer un nouveau parti : « je ne crois pas que la forme parti soit dans la situation présente l’espace pertinent » (p. 89). Un chapitre est également consacré au rapport du PCF au système soviétique, rapport assez ambivalent. On peut juger de l’ampleur de l’ambivalence quand il rapporte avoir rapporté un bocal de terre de son premier voyage à Moscou avec un organisme de tourisme lié au PCF. Les dernières pages sont consacrées à des aspects du communisme de Marx auxquels il aspire (la question de la gratuité, les coopératives, les alternatives dépassant l’État [l’expérience des Fralib est ainsi mobilisée]), ou encore la place du Front de gauche dans le panorama politique actuel. C’est sur la construction du Front de gauche que se concentrent les dernières pages, Front conçu comme un espace à conquérir pour les citoyens et pas seulement pour ses composantes politiques. Bernard Calabuig manifeste ainsi son envie de poursuivre la lutte pour un autre monde, évoquant les nécessaires affrontements à venir. Il en appelle en un ultime chapitre à construire un altercommunisme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.