Benoît Pellistrandi, Histoire de l’Espagne. Des guerres napoléoniennes à nos jours, Paris, Perrin, 2013, 657 pages, 27 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Que sait-on en France de l’Espagne contemporaine ? Quelques « massifs » émergent : la résistance à Napoléon, la Guerre civile, Franco, Juan Carlos et la transition démocratique. Sinon le reste est entouré « d’un brouillard assez épais ». L’historien, qui a séjourné à la Casa de Velázquez à Madrid, très au fait des travaux récents des historiens espagnols, se donne comme objectif de « réduire le poids des clichés dans notre appréhension » de l’histoire espagnole des XIXe et XXe siècles. Et disons-le, il y réussit fort bien, montrant que par bien des aspects, « la trajectoire de l’Espagne » est « liée à celles d’autres sociétés européennes », même si le long régime de Franco en fit un moment un pays marginal en Europe.

Mais, au XIXe siècle, de la même manière qu’en France les acquis de la révolution ne se concrétisèrent vraiment que dans les années 1880, il fallut à l’Espagne plusieurs décennies, « dans un va-et-vient entre réactionnaires et libéraux », pour assimiler les années 1808-1812 (adoption de la Constitution de 1812 par l’Assemblée de Cadix). Il n’empêche ! Dès l’origine de cette modernisation politique, la singularité de l’Espagne est présente. Certes, la Constitution affirme les libertés fondamentales, organise la séparation des pouvoirs, mais le Catholicisme est reconnu comme religion d’État. C’est une nation catholique qui naît. De même, si une monarchie constitutionnelle, à l’anglaise, tente de s’affirmer entre 1876 et 1923, elle est bien vite déréglée par la corruption et cette plaie que fut le « caciquisme », la domination de l’homme fort du lieu.

Plus en amont, l’historien éclaire bien la « décennie abominable » (« decada ominosa »), ces années 1820 au cours desquelles le roi Ferdinand VII tente d’en revenir à l’absolutisme. Pendant le règne d’Isabelle II (1833-1868), que l’historien qualifie peut-être un peu audacieusement de Monarchie de Juillet à l’espagnole, une tentative de modernisation des structures agraires notamment, est opérée, par la vente des terres et des biens confisqués à l’Église. Les deux vagues de « désamortissement » (« desamortización ») ont eu lieu en 1837 puis 1855. Cependant, de la même manière qu’en France la vente des Biens nationaux a profité à la bourgeoisie, ce sont les classes moyennes supérieures qui bénéficient de cette réforme. Le sort des paysans pauvres n’est pas amélioré. Malgré tout, les partisans de Don Carlos, le très réactionnaire oncle d’Isabelle, connus sous le nom de Carlistes, bien implantés en Navarre, mais pas seulement, multiplient les offensives armées contre la reine en place. L’historien a le grand mérite d’éclairer ce XIXe siècle espagnol présenté trop souvent de manière confuse.

De même l’auteur décrypte patiemment la progression du suffrage, étroitement censitaire puis universel à partir de 1890 (en France : en 1848), la naissance du mouvement ouvrier et la lenteur des réformes sociales. La grève ne sera dépénalisée qu’en 1909 (en France : en 1864) et les ouvrières enceintes ne seront protégées qu’à partir de 1907. Quant à l’armée, elle est couramment utilisée contre les ouvriers, par exemple lors de la Semaine tragique de Barcelone (juillet 1909), au terme de laquelle le pédagogue libertaire Francisco Ferrer est condamné à mort et exécuté. De même l’Église conserve une place prédominante, le pays étant consacré au Sacré Cœur de Jésus en mai 1919, avec inauguration du Cerro de los Àngeles près de Madrid, c’est-à-dire au centre géographique de l’Espagne.

Alors le parallèle se brouille avec la France, et l’Espagne du XXe siècle devient atypique. A ce poids écrasant de l’Église répond un anticléricalisme virulent qui se manifeste au début de la Guerre civile. A cette incapacité des élites de réformer le pays répond un mouvement ouvrier à dominante anarchiste qui se développe à l’écart des institutions démocratiques qui tentent de naître. Ce n’est qu’après la mort de Franco, dans le dernier quart du XXe siècle qu’on assiste à une stabilisation démocratique, avec la succession au pouvoir du Parti socialiste et de l’UCD (Union du centre démocratique), sous l’égide du monarque Juan Carlos restauré. Les putschistes de février 1981 ne parviennent pas à enrayer le processus. Avec la crise économique actuelle et l’émergence de Podemos !, l’Espagne est-elle en train d’écrire une nouvelle page de son histoire ?

En tout cas cet ouvrage, trop tôt paru pour évoquer ce dernier épisode, est un véritable outil de travail qui éclaire bien des épisodes que peu d’historiens français avaient jusqu’ici réussi à expliquer aussi nettement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.