Harald Welzer, Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle (Klimakriege wofür im 21. Jahrhundert getötet wird), Paris, Gallimard, collection « Folio actuel », 2009 (2008 pour l’édition originale), 448 pages, 9,50 €.

.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet essai, qui s’inscrit dans les préoccupations larges liées au réchauffement climatique et à ses conséquences, présente la particularité de favoriser le retour sur le passé plutôt que la simple prospective. Il faut dire qu’Harald Welzer est un historien qui s’est spécialisé dans l’étude du judéocide : il est en particulier l’auteur de Les Exécuteurs. Des hommes normaux aux meurtriers de masse (Paris, Gallimard, collection « NRF essais », 2007).

Ses hypothèses d’avenir sont liées par une vision foncièrement pessimiste. Il postule en effet une aggravation de « l’asymétrie » déjà existante entre pays du Nord et du Sud1, et un accroissement de la violence, dû aux flux croissants de réfugiés et aux guerres pour les ressources. Le prototype de ces dernières étant, selon lui, le conflit du Darfour, véritable guerre climatique aux origines non ethniques, mais écologiques et démographiques, éclatant dans une société fragilisée, fruit d’une forme de développement inégal et combiné dégénéré induisant une privatisation de la violence (et une économie propre). C’est cette question de la violence qui lui permet de convoquer l’histoire afin de démontrer qu’elle est non seulement probable, mais qu’elle sera également parfaitement assumée par les populations. Il argumente en effet dans le sens d’une violence humaine plus évidente, plus « normale » (au sens premier du terme), plus rationnelle également, que ce que le sens commun a tendance à considérer. Les tendances actuelles vont, pour les puissances occidentales, vers une violence plus indirecte, où les responsabilités connaissent une certaine dilution.

En s’appuyant sur les exemples du judéocide, mais également de la guerre du Vietnam ou du génocide rwandais, étonnamment ordonné2, Harald Welzer décrypte les causes de ces violences massives, liées au sentiment de menace, de changement, et qui s’accommodent de la coexistence d’une bonne conscience personnelle des meurtriers, justement nécessaire à la conservation d’un équilibre moral. Il les lie également à la modernisation, à la manière d’un Losurdo ou d’un Traverso3, sans hésiter pour autant à grossir le trait4 et à utiliser cet exemple désormais quelque peu usé qu’est l’île de Pâques, où la résolution de la crise écologique se réalisa via guerre et cannibalisme. Il n’empêche, selon lui, s’appuyant sur le concept de shifting baselines, les comportements sociaux peuvent parfaitement évoluer jusqu’à trouver admissible des formes de violence de plus en plus marquées à l’égard des réfugiés climatiques.

C’est justement ce regard très sombre posé sur l’humanité et son devenir5 qui fait de cette étude d’Harald Welzer un travail partial et discutable6, vertébré par une conception de l’histoire que l’on peut qualifier de postmoderne, tant elle met l’accent sur le contingent et le hasard7, possibles générateurs d’une certaine fatalité. Le cas de l’Allemagne nazie retient ainsi l’attention de l’auteur pour la rapidité de l’accoutumance de la population vis-à-vis du rejet des juifs, mais il néglige les formes pourtant réelles de résistance populaire, et a tendance de manière générale à considérer comme acquis des résultats d’enquêtes récentes (sur le sentiment sécuritaire par exemple)…

Les Guerres du climat est de la sorte une contribution utile à la discussion sur la violence et la géopolitique du proche avenir, mais clairement incomplète.

1 « (…) les populations les plus durement frappées sont celles qui ont jusqu’ici émis le moins de gaz à effet de serre, alors que les plus grands pollueurs seront probablement ceux qui pâtiront le moins des conséquences. » (p. 69).

2« La violence génocidaire, vue de l’extérieur, faisait l’effet d’être éruptive, archaïque et spontanée, mais vue de l’intérieur elle était étonnamment réglée et – pour les exécuteurs – sensée. » (p. 116).

3Domenico Losurdo, Contre-histoire du libéralisme, chroniqué sur notre blog, et Enzo Traverso, La Violence nazie : une généalogie européenne, chroniqué dans notre revue électronique. « (…) purifications ethniques et génocides sont étroitement liés à des processus de modernisation, même si la violence apparemment archaïque de leur exécution peut dissimuler ce lien. » (p. 43).

4« Tous les pays occidentaux, à l’exception de la Suisse, de la Belgique, de la Grande-Bretagne et de l’Espagne, doivent leur forme actuelle d’États-nations à une politique d’homogénéisation ethnique dont l’envers est la purification ethnique (…) », (p. 192), une réflexion où l’on sent l’influence des postcolonial studies.

5« Est-ce que, devant le panorama des innombrables exemples qu’offre l’histoire en matière de formes de violence et de disposition à tuer, il ne faudrait pas plutôt partir de l’idée que l’holocauste a encore accru la probabilité que de telles choses se produisent à nouveau ? » (p. 49).

6On peut également citer le parallèle fragile entre terrorisme d’extrême gauche des années 1970 et terrorisme islamiste contemporain, qui reposerait principalement sur un supposé élitisme commun.

7« (…) les catégories de causes et d’effets, de conditions et de conséquences, de structures et de fonctions perdent un peu de l’éclat qu’elles ont (…) et ce sont des catégories « sales », comme le hasard et les sentiments, qui passent au premier plan. » (p. 157).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.