Marcel Martinet, Les Temps maudits. Poèmes 1914-1918, Dijon, éditions Raison et Passions, postface de Vincent Chambarlhac, 154 pages, 14 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain

Les éditions Raison et Passions, petite maison dijonnaise dévolue à l’éducation/formation, à la littérature et à l’histoire, viennent de rééditer Les Temps maudits de Marcel Martinet, avec une postface de Vincent Chambarlhac, membre de Dissidences mais également auteur d’une thèse (non publiée à ce jour) sur cet auteur1. Les précédentes éditions, hormis bien entendu celle de 1917 en Suisse puis de 1920 en France, sont principalement celle de 1975 (UGE/10-18) où Les Temps maudits sont couplés avec la pièce de théâtre La nuit et plus récemment celle parue chez Agone, en 2004, qui font suivre les poèmes des Carnets des années de guerre, qui en indiquent le cheminement. Cette édition-ci restitue uniquement le texte paru en 1920 à Paris, en gardant « tant le format du livre, que la disposition – parfois complexe – des poèmes » (note de l’éditeur p. 2). Cet objectif à l’identique justifie sans doute, pour cette maison d’édition, la réédition d’un texte paru il y a à peine dix ans.

Dédiés à Romain Rolland, l’autre grand intellectuel pacifiste auteur d’Au dessus de la mêlée et aux « drapeaux rouges bafoués » de la Deuxième Internationale des travailleurs, Les Temps maudits fait partie d’un héritage historique, celui de la dénonciation des horreurs des guerres nationalistes et impérialistes. Héritage internationaliste, socialiste. Pacifiste. L’été 14 et la soudaine mobilisation d’une société travaillée pourtant par la propagande anti-guerre2 ébranlent et assomment littéralement Marcel Martinet et quelques réfractaires, « réprouvés du monde présent » (p. 32), qui peinent alors à exister contre, simplement. La littérature a su faire écho, en son temps, à cet ébranlement. Jacques Thibault, le héros de la somme romanesque de Roger Martin du Gard, ressent cet égarement, mais aussi cette révolte : « Ne pas faire comme les autres … Ne pas se laisser désarmer par le désespoir ! (…) Espérer, coûte que coûte ! Et agir ! »3

Agir, pour Marcel Martinet, c’est écrire. Des poèmes. Le désespoir, il le ressent au plus profond de sa chair, de son âme. Désespéré que ce peuple, ces damnés de la terre investis de telles espérances (« vous étiez ceux pour qui se lèverait l’aurore … » p. 52) retournent à l’état d’esclaves (« Aux esclaves », p. 7). Désespéré que ces métayers, ces fondeurs, ces dockers se précipitent, baïonnette au canon, contre d’autres métayers, d’autres fondeurs, d’autres dockers, d’autres eux-mêmes en somme. Désespéré qu’ils aient si vite oubliés (quel vent mauvais leur a donc ôté l’esprit ?) la nature profonde de leurs oppresseurs, ceux contre qui ils sont censés se battre, « les riches », « les maîtres », « ceux qui ont des autos/Et des larbins et des châteaux » (p. 13), oubliés au point de devenir eux-mêmes « des laquais/De grande maison, de vieille noblesse, » (« Peuple, peuple », p. 99).

Désespéré, c’est vrai. Mais pas au point de laisser la résignation l’emporter. Pour Marcel Martinet, dénoncer la guerre, la boucherie (« Dix millions d’hommes d’Europe assassinés », p. 73), la terre gorgée de sang, les cadavres « mêlés aux charognes des chevaux », p. 53), c’est s’en prendre aux responsables. C’est dénoncer tous ceux qui ont obtenu cette mobilisation et tous ceux qui « claironnent leurs chants de guerre » (p. 82) pour qu’un Moloch insatiable continue d’engloutir des millions d’hommes, dénoncer les « ennemis de demain,/Vrais ennemis d’hier, d’aujourd’hui, de toujours, » (p. 79), ceux « assis devant leurs tapis verts » (p. 43), ceux des « boutiques de honte où tout se maquignonne,/Des salles de rédaction sordides/Où les ricanements blasphèment » (p. 79). Chacun peut reconnaître là les profiteurs de guerre et la presse aux ordres, celle du « bourrage de crâne ». Et, puisque au XXe siècle la religion figure en bonne place, dans le mouvement révolutionnaire, parmi les « ennemis de toujours », les gens d’Église, « De toutes les églises,/Temples et synagogues,/Trempant vos crucifix,/Vos talmuds et vos bibles/Dans les plaies de vos frères » (p. 80) n’échapperont pas au mépris et à la colère des survivants : « Et renfoncez-leur donc leurs cris sauvages dans la gorge,/Dans leurs gorges de lâches. » (p. 82).

Mobilisé, massacré, trahi (« tes chefs t’ont trahi ! /– Tu avais donc besoin des chefs ? », p. 99), défiguré, gazé, hébété, le peuple des tranchées ne peut que s’éveiller, se relever, revigoré par l’ « haleine enflammée » de la Révolution, afin de « purifier la terre/Et de l’illuminer » (p. 55). Et ainsi redevenir le « peuple des anciens Jours » (p. 99).

Rédigés pour la majorité (36) d’entre eux de juillet 1914 à fin 1915 (huit autres poèmes écrits à la fin de la guerre ne seront adjoints qu’en 1920), c’est-à-dire pendant la première phase de la guerre de position et les débuts de la guerre des tranchées, ces poèmes « participent d’un combat pour peser sur l’opinion publique » (Vincent Chambarlhac, postface, p. 147). D’où leur censure par l’État en 1917 et leur publication en Suisse. Cette « lecture du social irréductiblement hostile à la concorde des classes sociales » (Vincent Chambarlhac, postface, p. 147) démarque Les Temps maudits du seul pacifisme et l’arrime aux grands textes tragiques et lyriques de l’antimilitarisme, tels A l’Ouest rien de nouveau de l’Allemand Erich Maria Remarque ou Les Hommes contre de l’Italien Emilio Lussu. Lorsque sont publiés en France ces poèmes, Marcel Martinet est devenu un fervent partisan de la révolution bolchevique. A ce moment, songe-t-il au poème « Ce soir », dédié à Pierre Monatte (p. 86-91), dans lequel il prophétise, à la fin, « une victoire promise aux éternels vaincus » ? Peut-être …. Sans doute.

1Vincent Chambarlhac, Marcel Martinet, un parcours dans la gauche révolutionnaire (1910-1944), thèse de doctorat sous la direction de Serge Wolikow, Université de Bourgogne, 2000, 890 pages + annexes.

2Lire sur ce sujet la recension par Jean-Guillaume Lanuque de l’ouvrage Trop jeunes pour mourir de Guillaume Davranche, sur notre blog,http://dissidences.hypotheses.org/5405

3Roger Martin du Gard, Les Thibault, tome IV, L’Été 1914 (suite), Paris, Gallimard-Le Livre de poche, 1955, p. 284.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.