Claude Guillon, Comment peut-on être anarchiste ?, Paris, Libertalia, 2015, 448 pages, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Claude Guillon est un auteur que l’on connaît, sur Dissidences, principalement pour ses travaux sur la Révolution française (Notre patience est à bout. 1792-1793, les écrits des Enragés1) et pour ses essais ayant parfois suscité la polémique (Suicide, mode d’emploi en 1982 avec Yves Le Bonniec2). Avec ce nouveau livre, il propose une sélection de ses écrits couvrant la période débutant en 2000, faisant de la sorte suite à Pièces à conviction3, qui concernait les années 1970-2000. Sont pris en compte aussi bien des articles pour la presse anarchiste que des tracts ou des billets diffusés en ligne, l’ensemble étant classé suivant une dizaine de thématiques. Le titre en aurait tout aussi bien pu être Comment peut-on être un intellectuel anarchiste, d’abord parce que c’est ainsi que Claude Guillon se définit, ensuite du fait qu’il propose sa vision personnelle de l’anarchisme, exposée par le biais d’une prose incisive, souvent drôle, parfois très intime.

Bien sûr, on retrouve tout au long de ces textes des caractéristiques fondatrices du mouvement libertaire tel qu’il s’est défini au fil du temps, y compris par la négative : une défense de l’alternative révolutionnaire et communiste, entendue comme société sans hiérarchie, « libre association d’individus libres » (p. 137)4, contre les « gauchistes » que sont pour lui les trotskystes5 ; un rejet, à travers l’exemple d’Action directe, de l’assassinat politique tel que le groupe le pratiqua6, tout en se déclarant solidaire de leur libération face aux « appareils répressifs d’État » ; une exigence de radicalité enfin, opposé à tout réformisme, qu’il soit « petit-bourgeois » (le cas d’Attac et de ses animateurs, « bouffons du capital » p. 422) ou anarchiste, avec des figures comme celles de Noam Chomsky, en qui il voit le défenseur d’un « anarchisme d’État » (p. 30).

Mais s’il y a bien un axe que Claude Guillon privilégie par-dessus-tout, c’est la réflexion, la critique7, y compris de fondamentaux présupposés, comme la position anarchiste sur les élections, qu’il rejette comme excessivement dogmatique au profit d’une analyse de chaque situation8, tout en demeurant fidèle à l’analyse d’ensemble9. De même, il adopte une position que l’on peut qualifier de nuancée sur les émeutes de 2005 (ni condamnation, ni éloge aveugle), refuse dans les manifestations toute autorité sur les cortèges, même anarchistes, préconisant leur appréhension comme assemblée générale en actes et n’hésitant pas à prôner l’auto-défense. De son analyse de l’évolution géopolitique dans le prolongement des événements de septembre 2001, on retiendra, outre des développements sur les motivations économiques profondes des interventions étatsuniennes, la caractérisation de l’antiaméricanisme comme « l’internationalisme des imbéciles » (p. 301) et l’idée d’un état de guerre permanent, à l’extérieur comme à l’intérieur10.

Parmi les sujets abordés en détails, aux côtés d’une défense pleine d’empathie des sans-papiers et de leurs luttes (à travers l’exemple du centre de rétention administrative de Vincennes), ou des écrivains et des intermittents du spectacle eux aussi exploités11, il y a celui du féminisme et plus largement la question des supposés besoins sexuels masculins, explication bien commode de certaines situations d’agression ou de viol, que Claude Guillon refuse de confondre avec le désir12. Il se réclame d’ailleurs à plusieurs reprises de Fourier et de la construction d’une « nouvelle utopie amoureuse » contre « (…) l’utopie de la rencontre amoureuse / romantique débouchant sur la formation du couple exclusif/hétérosexuel (la variante homosexuelle étant plus ou moins tolérée) » (p. 97) ; rejetant le « terrorisme normatif » imposé aux femmes, il en appelle également à l’élaboration d’une véritable théorie du genre, a contrario de ce qu’il considère comme une position défensive allant dans le sens de ses contempteurs. Les Femen, dans cette optique, sont critiquées en tant qu’elles s’inscrivent pleinement dans la société du spectacle tout en faisant preuve d’une amnésie historique sur les mouvements antérieurs de femmes, probablement une tendance de notre époque, et pas seulement un phénomène générationnel.

Un herbier anarchiste bien représentatif d’un électron libertaire, plutôt méfiant vis-à-vis des organisations, parfois féroce voire rapide (sur Onfray, vilipendé pour sa position au début de l’affaire Tarnac et qualifié d’intellectuel surplombant, mais dont il aurait été utile d’analyser les œuvres) ; un ensemble qui ne peut laisser indifférent, conclu par « Vous faites erreur, je ne suis pas Charlie » (utile mise en perspective rejetant en particulier toute idée d’union nationale), et dont le seul manque réside dans les éventuelles évolutions de Claude Guillon sur l’ensemble de sa vie militante.

2Ouvrage sur lequel Claude Guillon est revenu il y a quelques années avec Le Droit à la mort, Paris, édition Imho, 2010, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_divers.htm#guillon

3Pièces à conviction. Textes libertaires 1970-2000, Agnès Viénot éditions, collection « Moisson rouge », 2001.

4Extrait du tract « Qu’est-ce qu’une révolution communiste et libertaire ? », construit sous forme de dialogue imaginaire et didactique.

5Il commet à ce propos une petite erreur page 134, lorsqu’il présente Trotsky comme ayant été « (…) à la tête de la police politique (…) ».

6Dans un autre texte, intitulé « Qu’importent les victimes… » et publié quelques mois après les attentats du 11 septembre 2001, Claude Guillon condamne toute idée de responsabilité collective des victimes, et écrit que « La geste révolutionnaire sera d’autant plus belle qu’elle fera moins de victimes, y compris parmi les salauds indiscutables. » (p. 289).

7 « Du plus grand (la géopolitique) au plus intime (nos émotions), tout exige de nous une pensée critique, une philosophie pratique, toujours en éveil. » (p. 10).

8Il prend l’exemple d’un duel Chirac / Jospin, lui-même préférant le premier car le considérant comme « (…) « retardateur » de la modernisation capitaliste (…) » (p. 45).

9« La démocratie représentative est, à ce jour, le mode de gestion politique du capitalisme le plus efficace. Il organise l’apparence d’un contrôle populaire et constitue par là un préservatif contre la lutte de classes. » (p. 179).

10« (…) la paranoïa propre aux temps de guerre est désormais permanente. » (p. 296) ; « Tandis qu’une guerre mondiale permanente et tournante permet, « à l’extérieur », de gendarmer le monde et d’assurer la circulation des sources d’énergie (…), la terrorisation démocratique devenue mode de gouvernement est l’instrument d’une guerre tout aussi réelle : la guerre des classes. » (p. 344) Ce sont là les prolégomènes et/ou les prolongements de son petit essai, paru chez Libertalia, La Terrorisation démocratique, paru en 2009 et chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/terrorisme_lutte%20armee.htm#guillon

11A cet égard, la revendication d’un statut pour ces deux activités manque de précisions concrètes…

12 « Les « besoins sexuels impliquant le recours légitime à autrui sont une construction idéologique, partie intégrante de l’arsenal idéologique de la domination masculine. » (p. 114).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.