Jacqueline Lalouette, Jean Jaurès. L’assassinat, la gloire, le souvenir, Paris, Perrin, 2014, 381 pages, 24 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

A en croire Yves Bordenave1, Raoul Villain, l’assassin de Jaurès, aurait été « chauffé à blanc par la propagande des nationalistes va-t-en-guerre ». Certes, et les caricaturistes notamment ne se sont pas privés, le représentant qui en « hirondelle barbue et coiffée du casque à pointe » (dessin de Molynck dans Le Crayon de novembre 1906), qui décoré par le Kaiser de l’ordre de l’Aigle noir de Prusse (dessin de Bigot dans Le Panache du 30 juin 1903), mais Jacqueline Lalouette nous apprend que Villain était un proche du Sillon et de Marc Sangnier. Ce dernier, figure de proue de ces chrétiens que certains disent « progressistes » – en tout cas c’est comme tels qu’ils seront condamnés par le Pape –, viendra témoigner au procès de Villain en faveur de l’assassin, son ancien disciple, qu’il décrit comme « un être droit, sincère, loyal » … « soumis aux injonctions de sa conscience ». Marc Sangnier héberge même un moment Villain, qui ne manqua pas de soutiens importants, à sa sortie de prison. Cité par la défense, Renauld de Chaumont-Quitry, époux de Françoise de Hauteclocque (sœur aînée de Philippe, le futur Maréchal Leclerc), rappelle l’importance de la loi de 3 ans contre laquelle Jaurès avait mené campagne. Comment s’étonner, ajoute-t-il, que certains aient voulu faire taire une voix qui affaiblissait la France en s’attaquant à ce pilier de la défense nationale !

Dans la première partie de son étude (« L’assassinat »), Jacqueline Lalouette nous permet de mieux comprendre l’incroyable verdict d’acquittement du 29 mars 1919, décidé par la Cour d’Assises de la Seine. Pas vraiment « jugement de classe », comme la gauche a pu le dire à l’époque (ce que certains continuent à écrire, comme Charles Silvestre dans La Victoire de Jaurès, Éditions Privat, 2013, p.31), car le jury était constitué de petites gens de l’est et du centre de Paris. C’est plutôt la glorification du tribun socialiste par ses avocats qui contribua à l’issue malheureuse du procès, selon l’historienne. En condamnant Villain, les jurés auraient donné l’impression d’approuver les idées pacifistes de Jaurès.

Mais le livre n’en reste pas là. Comme l’écrivit le socialiste Jean Locquin au moment du transfert de la dépouille de Jaurès au Panthéon (1924), « en descendant dans la tombe, Jaurès est entré dans l’histoire ». L’historienne s’emploie donc à étudier « La gloire » de Jaurès, de la grande manifestation du dimanche 6 avril 1919, en réplique au verdict du 29 mars, à l’entrée au Panthéon, fin novembre 1924. Vivement défendue par Célestin Bouglé, vice-président de la Ligue des Droits de l’Homme, l’entrée de Jaurès au Panthéon fut permise par la victoire du Cartel des Gauches – mais les députés du PCF s’abstiennent, ligne « classe contre classe » du moment oblige. Le dimanche 23 novembre vers 13 heures, la dépouille mortelle de Jaurès fut amenée au Panthéon sur un immense pavois poussé par 70 mineurs de Carmaux. A la tête de la délégation allemande, deux fillettes portaient une branche de houx et un ruban rouge, l’une accompagnée de l’inscription « A Jaurès, en souvenir de Liebknecht », l’autre « A Jaurès, en souvenir de Rosa Luxemburg ».

Dans une troisième partie, « Le Souvenir », l’historienne étudie les diverses sociétés créées pour défendre, perpétuer ou accaparer sa mémoire. Dès le 9 juin 1916, à l’initiative de Lucien Lévy-Bruhl, était créée la Société des Amis de Jean Jaurès (SAJJ). Dans une étude citée par l’auteure page 225 (voir aussi la note 942, p. 348), Thierry Hohl (membre de Dissidences)voit dans cette initiative une tentative des majoritaires de gauche – c’est-à-dire les socialistes ralliés à l’Union Sacrée – « d’accaparer la mémoire du leader assassiné »2. Toute aussi problématique est l’actuelle Fondation Jean Jaurès qui fait appel à l’expertise de Vincent Peillon ou de Robert Badinter pour décrypter le présent à la lumière de Jaurès. Ayant des objectifs plus scientifiques, la Société d’études jaurésiennes (SEJ), créée en 1959, présidée à sa fondation par Ernest Labrousse, puis par Madeleine Rebérioux, et aujourd’hui par Gilles Candar, publie une revue semestrielle de qualité, Les Cahiers Jean Jaurès.

Ce livre passionnant se termine par une étude de la récupération de Jaurès par les hommes – et aujourd’hui les femmes – politiques. Il est revendiqué dès avant la guerre et pendant la guerre par les néo-socialistes qui refusèrent de s’opposer militairement à l’Allemagne nazie … au nom de Jaurès. Plus récemment, c’est au cours de la Présidentielle de 2007 qu’un candidat, Nicolas Sarkozy, mentionne Jaurès 88 fois dans 17 de ses discours3. La palme revient à Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen, candidat du Front national aux élections européennes de 2009 dans le Sud-Ouest. Sur une affiche rose et bordeaux, il n’hésita pas à reproduire une photo de Jaurès avec cette prétendue citation : « A celui qui n’a plus rien, la patrie est son seul bien ».

1Compte rendu du livre de Dominique Paganelli, Il a tué Jaurès (La Table ronde, 2014), paru dans Le Monde, 23 mai 2014.

2Thierry Hohl, « Jaurès mort, la construction d’un patrimoine », in Vincent Chambarlhac et Romain Ducoulombier (dir.), Les Socialistes français et la Grande Guerre : ministres, militants et combattants de la majorité. 1914-18, Dijon, Presses universitaires de Dijon, 2008.

3 L’historienne cite en note 1176 (p. 357) une étude de Vincent Chambarlhac (également membre de notre collectif), « Jaurès en campagne (septembre 2006-avril 2007 », parue dans Recherche socialiste, hors série 39140, juin-septembre 2007.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.