Jean Solchany, L’Allemagne au XXe siècle entre singularité et normalité, Paris, PUF, Collection « Nouvelle Clio », 2003, 490 pages, 36 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Dans cet ouvrage, Jean Solchany tente de prendre le contre-pied de la thèse de l’exceptionnalité allemande. Et si l’épisode nazi – somme toute de brève durée – était « l’illustration des potentialités malignes de la modernité occidentale plutôt que l’aboutissement d’une voie particulière (Sonderweg) ? ». Disons tout de suite qu’on ne sort pas convaincu de la démonstration, mais enrichi oui !, considérablement, tellement l’érudition de l’auteur est grande, et charmé aussi par un style limpide. Il n’est pas aisé de retracer en un volume un siècle d’histoire allemande, du début de la République de Weimar à la chute du Mur de Berlin. Le défi est relevé brillamment par l’auteur, en trois parties (Weimar, p. 25-151, Allemagne nazie, p. 153-307, Les années de l’après-guerre, p. 309-454) précédées d’une abondante bibliographie qui fait la part belle aux historiens allemands, selon les normes de cette célèbre et ancienne collection.

De la première partie nous retiendrons tout d’abord la tentative de caractériser les diverses cultures politiques héritées de l’Empire, un peu à la manière de René Rémond. Il voit quatre grands milieux socio-professionnels : la démocratie-chrétienne (le Zentrum), la gauche (SPD et KPD), le libéralisme (notamment le Parti Démocratique allemand – DDP – de Friedrich Naumann), les Nationaux-Allemands (DNVP : Deutschnationale Volkspartei), un milieu dans lequel s’épanouit l’idéologie völkisch (mysticisme germanique mêlé de racisme biologique). Seule novation des années 1920 : l’affirmation d’une cinquième culture politique à l’extrême droite, le nazisme, en même temps que se militarise la vie politique. L’auteur évoque également l’évolution de la condition féminine. Certes l’avortement reste interdit, mais dans les grandes villes des cellules d’information sur le mariage et la sexualité permettent la diffusion de moyens contraceptifs. Le succès du livre de Theodor van der Velde (Die volkommene Ehe, Le mariage accompli, 1926) témoigne de l’importance de ces questions. Désormais les femmes votent. Elles sont allées aux urnes massivement en janvier 1919 (90% des femmes ont voté pour l’Assemblée constituante, et 9,6% des députés élus ont été des femmes). Malgré tout les progrès restent fragiles. Avec la crise et le chômage massif naît un ressentiment contre les épouses qui travaillent : « la normalité patriarcale sera remise sur pied ». En effet, malgré « la fulgurance des avant-gardes », le succès du jazz et les audaces du Bauhaus en architecture, les formes de culture traditionnelle subsistent avec force. Ainsi en littérature, sur les trente-quatre romans vendus à plus de 500 000 exemplaires entre 1918 et 1933, trois seulement échappent à la littérature de terroir exaltant le Heimat et les valeurs paysannes. Hans Grimm publie Volk ohne Raum (Peuple sans espace) en 1926, à 700 000 exemplaires, dans lequel il retrace l’aventure des Boers, convaincu du rôle dominant de la « race germanique ». Passée sous le contrôle d’Alferd Hugenberg, leader des Nationaux-Allemands, l’UFA (Universum Film AG) produit des films patriotiques, alors que le début des années 1920 avait vu fleurir les chefs d’œuvre expressionnistes. Et constamment sont dénoncées les œuvres « sans âme », « indisciplinées », « non-allemandes », « décadentes » ou « dégénérées ».

Hitler et le nazisme n’auront pas trop de difficulté pour se lover dans un pays dont beaucoup d’habitants étaient déjà mobilisés contre la modernité « décadente ». Comme l’écrit l’historien, « la proximité idéologique entre nationalistes-conservateurs et nationaux-socialistes a conduit la plupart des conservateurs (notamment la majorité des pasteurs et des théologiens, mais aussi plus de la moitié des médecins) à suivre aveuglément le pouvoir ». Certes diverses formes d’opposition ont existé, l’ambition totalitaire s’étant heurtée à la cohérence des milieux et des solidarités. Mais plutôt que d’employer le mot de « Resistenz » pour les désigner – comme le fait Martin Broszat – l’historien anglais Ian Kershaw préfère parler de « dissent » pour désigner des comportements réticents, différents de la « résistance organisée ». Sont bien synthétisés les débats historiographiques suscités par l’État nazi. Ainsi, qu’en est-il de la modernité du nazisme ? Son refus des Lumières, de la grande ville, du libéralisme, de la démocratie en fait-il « l’aboutissement des traditions autoritaires, militaristes et féodales qui font la spécificité d’un pays qui n’a pas suivi la voie classique de la modernité incarnée par les démocraties occidentales ? » (Toujours le fameux Sonderweg !). Ou plutôt, si on prend en compte ses effets modernisateurs – affaiblissement de la région, de la religion, de la famille, renforcement du pouvoir central – « le militarisme nazi apparaît moins comme la résurgence d’un prussianisme antédiluvien que la volonté de mobilisation totale de l’économie et de la société au service de la guerre, ambition née du choc de la Première Guerre mondiale, prologue sanglant du XXe siècle » (p.261). Là, c’est plutôt la thèse de « la brutalisation des sociétés européennes » développée par George L. Mosse qui est convoquée. Et si la lutte contre les asociaux et en faveur de l’hygiène raciale (« le projet inhumain et meurtrier de purification de la nation allemande de ses éléments jugés racialement ou socialement étrangers ») n’était que la reformulation radicalisée d’idées eugénistes véhiculées à l’époque par de nombreux scientifiques ? Le débat opposant historiens « intentionnalistes » (Hitler aurait décidé de l’extermination des Juifs dès 1919) et historiens « fonctionnalistes » (la Solution finale ne serait pas le produit d’un plan préétabli mais l’aboutissement d’un processus chaotique) est utilement synthétisé. Et de nouveau la responsabilité du peuple allemand n’est pas exonérée : « La prédisposition à l’intolérance induite par un antisémitisme diffus mais répandu a sans conteste facilité la tâche persécutrice et exterminatrice du régime nazi ».

Cette implication des « hommes ordinaires » dans la barbarie nazie1 est illustrée par la persistance de l’influence nazie en RFA après 1945, comme l’auteur le montre dans la troisième partie (p. 309-454) consacrée aux années d’après-guerre. Vers 1950 encore, « beaucoup d’Allemands voyaient dans le nazisme une bonne idée mal réalisée ». Et la poursuite des criminels nazis a été menée avec peu de zèle, les anciens de la Gestapo par exemple étant réintégrés dans la police. Cependant, au moins jusqu’à la fin des années 1990, l’électorat récuse les partis néo-nazis. Le développement sur la RDA nous montre un régime qui n’a jamais réussi parfaitement à dominer la société, malgré le développement de la Stasi (Ministerium für Staatssicherheit) et son impressionnant réseau d’informateurs. Dès 1953 les ouvriers se mettent en grève, puis les intellectuels (cf. le chanteur Wolf Biermann qualifié en 1965 de « chien de garde de la réaction ») et les chrétiens (campagne pour obtenir un service civil puis pacifisme) se mobilisent. Certes la RDA – souvent symbolisée par la silhouette désuète de la Trabant – a connu un moindre développement que la RFA, mais au milieu des années 70 elle connut un mieux sous Honecker. Le développement d’une nomenclature (la Dienstklasse) ne permettra pas, malgré tout, au régime de survivre à l’effondrement de l’URSS.

Un livre riche, complet, clair, bien écrit, un ouvrage de référence en bonne place dans toutes les bibliothèques universitaires. Par la connaissance du contexte historique, il nous permet d’affiner notre observation de l’Allemagne d’aujourd’hui.

1L’historien américain Christopher Browning a montré comment de braves gens du peuple de Hambourg se sont transformés en criminels, à été 1942, dans Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne (1994, Les Belles Lettres). Par contre, Jean Solchany disqualifie le livre à succès de Daniel Goldhagen, Les bourreaux volontaires d’Hitler (1997, Seuil), « vision rudimentaire du paradigme de la déviance allemande, une sorte de Sonderweg primitif … ne tenant pas compte de la recherche des 30 dernières années ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.