Guy Debord, Lettres à Marcel Mariën, Toulon, éditions La Nerthe, collection « La petite classique », 2015, 165 pages, 14 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Sous cette belle couverture, sont rassemblées les lettres de Guy Debord (1931-1994) – dont cinq inédites – adressées à Marcel Mariën (1920-1993), l’un des surréalistes belges les plus actifs et le responsable de la revue Les Lèvres nues (1954-1958). Dans l’introduction, François Coadou dresse les parcours, d’une part, de Guy Debord et de l’Internationale lettriste (IL), d’autre part, de Mariën et du surréalisme en Belgique, de leur rencontre, enfin.

François Coadou note ainsi les points de contact – la critique du surréalisme parisien, une démarche plus matérialiste, l’usage du détournement, l’intérêt pour le cinéma… – et rappelle l’importance des Lèvres nues pour la cristallisation et la diffusion des théories lettristes, puisqu’y paraîtront d’importants textes, sur la dérive et le détournement notamment. Dans la première lettre, datée du 24 octobre 1954, Guy Debord remercie son correspondant pour l’envoi de livres de Paul Nougé, principal poète et théoricien surréaliste belge, alors pratiquement inconnu en France, et avec lequel la recherche situationniste a des affinités. Mais dès la seconde lettre, quelque mois plus tard, se manifeste un désaccord ; les Français ne partageant pas la foi de Marcel Mariën en « la valeur réellement agissante de la méthode actuelle des Partis Communistes » (p. 30).

Au fil des lettres, d’un intérêt inégal, mais appuyées par un important appareil critique de notes, le lecteur suit les appuis logistiques – ainsi Rapport sur la construction des situations de Debord fut imprimé en Belgique, avec le soutien de Mariën –, les actions communes – contre l’exposition L’industrie du pétrole vue par les artistes par exemple –, le travail éditorial, les réflexions sur les événements (notamment la catastrophe de Marcinelle, en Belgique, le 8 août 1956, qui coûte la vie à 262 mineurs). Si le ton, teinté ici ou là d’ironie, demeure amical, il n’est pas véritablement chaleureux. Et François Coadou de s’interroger sur les raisons qui expliquent que, sans jamais avoir été exclu, Marcel Mariën ne participe pas à la fondation de l’Internationale situationniste en 1957. Il avance deux hypothèse : la présence d’Asger Jorn (1914-1973), offrant aux futurs situationnistes l’accès à des réseaux plus intéressants, et la réticence de Marcel Mariën à suivre la logique d’exclusion de Guy Debord. Et il est vrai que celle-ci – comme en témoignent ces lettres – mêlait le souci réel d’une radicalisation, qui se dégage des ornières de l’esthétisme, à une stratégie de positionnements avant-gardistes, qui devait apparaître, aux yeux de Marcel Mariën, comme la reprise des tares et du parisianisme du surréalisme français, avec lequel il avait justement voulu rompre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.